Ecoutez Radio Sputnik
    Tu-214ON

    Ciel ouvert: pourquoi les USA piétinent encore un accord crucial avec la Russie

    © Sputnik . Maksim Blinov
    Lu dans la presse
    URL courte
    Vzgliad
    Traduction de la presse russe (septembre 2018) (49)
    5210

    Les États-Unis mettent à mal le traité dit «Ciel ouvert», un accord crucial signé avec la Russie. Du moins, c'est ce que l'on pourrait penser après que Washington a refusé, sans explication, de certifier l'avion russe Tu-214ON pour qu'il puisse survoler le territoire américain.

    Quelles seront les conséquences de cette décision et quelle en est la véritable raison?

    «Le tout nouvel avion russe de surveillance Tu-214ON ne sera pas autorisé à survoler les territoires et États membres du traité Ciel ouvert, a annoncé Sergueï Ryjkov, directeur du Centre national pour la réduction du risque nucléaire. Pendant la procédure de vérification à la base aérienne de Koubinka du 2 au 11 septembre, toutes les délégations ont confirmé la conformité de l'appareil, sauf les Américains».

    Tu-214
    © Sputnik . Press service of "KAPO named after S.P.Gorbunov"
    Le chef de la délégation américaine a refusé de signer le document final, sans explication ni mention du moindre motif, se référant seulement «aux consignes directes de Washington», écrit le quotidien Vzgliad. Les termes du traité ont été enfreints, souligne Sergueï Ryjkov. La Russie exige des explications des USA.

    Comme l'a déclaré le directeur du Centre national pour la réduction du risque nucléaire dans une interview, les USA ont montré une fois de plus que ce n'était pas la conformité de l'avion aux normes qui comptait, mais les questions politiques. Selon lui, les USA ne peuvent pas se résigner au fait qu'avec son avion de surveillance moderne doté d'équipements numériques russes, Moscou a devancé les USA de 5-7 ans.

    Le général Vladimir Popov, pilote militaire émérite de 1ère classe, n'exclut pas que l'autorisation du nouvel avion à effectuer des vols de surveillance puisse être considérée par les Américains comme une atteinte à leur image. «Ils ont peut-être agi ainsi par jalousie», estime-t-il.

    Le Tu-214ON a été conçu uniquement pour effectuer des vols de surveillance dans le cadre du traité Ciel ouvert. Présenté pour la première fois au public au salon international MAKS 2011, l'avion possède des systèmes de surveillance aérienne comprenant des appareils photo, des caméras vidéo et infrarouge, un radar de vision latérale avec une ouverture synthétisée. La portée pratique du Tu-2014ON atteint 6.500 km. L'avion est censé remplacer les Tu-154 et An-30 obsolètes.

    Vladimir Popov souligne que les nouveaux équipements installés sur le Tu-214ON ne représentent certainement pas une menace pour les USA et ne peuvent pas être la véritable raison du refus de signer le document. «L'avion est nouveau, mais ses équipements possèdent un certificat international. Les mêmes équipements sont utilisés sur les Boeing américains et les avions de surveillance d'autres pays membres du traité. Tout est très réglementé dans le traité: les appareils photo, les systèmes de reconnaissance, les radars, les fréquences. Il ne faut pas craindre l'avion en tant que tel. De plus, les équipements qu'ils trouvent suspects ou interdits peuvent être consignés ou même démontés», précise-t-il.

    Vladimir Popov a expliqué que les nouveaux éléments de l'avions comme le système de prévention des collisions ou le radar à vision latérale n'étaient pas directement liés à la mission d'un vol de surveillance. «De plus, lors de chaque décollage pour une mission de contrôle de l'espace civil, des observateurs internationaux se trouvent obligatoirement à bord. Notamment, des opérateurs américains sont assis avec nos opérateurs dans la cabine du pilote et dans la cabine d'accompagnement avec les équipements», ajoute-t-il.

    Le traité Ciel ouvert a été signé le 24 mars 1992 à Helsinki. Dans le cadre de ce dernier, les pays survolent les territoires des autres pays signataires pour contrôler l'activité militaire et le respect des accords de contrôle des armements.

    La situation actuelle n'est pas la première confrontation entre les USA et la Russie dans le cadre du traité Ciel ouvert. En particulier, en décembre 2017, les Américains avaient fermé à la Russie les survols de l'Alaska et d'Hawaï parce que la «sous-limite» russe de survol ne leur avait pas permis de mener une inspection au-dessus de Kaliningrad. En réponse, la Russie avait également décrété des restrictions contre les USA dans le cadre du traité à partir du 1er janvier 2018. De plus, le budget américain adopté pour l'année fiscale 2019 limite le financement de plusieurs travaux pour la mise en œuvre du traité Ciel ouvert.

    En ce qui concerne la situation actuelle autour du Tu-214ON, Vladimir Popov a souligné que tout refus d'accès devait être motivé, ce que les Américains n'ont pas encore fait. «C'est une violation du traité», souligne l'expert. D'après lui, ces actions des USA sont purement politiques et s'inscrivent dans la continuité de la politique de sanctions de Washington. «Autrement dit, les Américains suspendent temporairement ce traité», souligne le général.

    Selon lui, de tels incidents ne profitent à personne. «Le traité comporte notamment une mission de maintien de la paix. C'est une possibilité supplémentaire pour aider les diplomates et les militaires à ne pas se regarder les uns les autres à travers un viseur. Il aide à régler les questions problématiques», précise-t-il.

    Konstantin Sivkov, docteur ès sciences militaires et vice-président de l'Académie d'études géopolitiques, va plus loin: il considère que les «USA passent à une guerre ouverte».

    «Les Américains disent que le traité Ciel ouvert ne leur est pas bénéfique, que de toute évidence ils ne le respecteront pas — avec toutes les conséquences que cela implique. Le contrôle de l'état des armements cesse des deux côtés, ce qui est bénéfique actuellement pour les USA», déclare l'expert.

    Il suppose que les Américains comptent sur la reconnaissance spatiale pour obtenir des informations sur les armements russes. «Apparemment, ils pensent que cela suffit. La Russie dispose également de telles capacités, mais pas au même niveau que les USA. Le système de reconnaissance spatiale de la Russie est bien plus faible que celui des Américains. Simplement parce que le groupe de satellites russe est moins grand. C'est assez banal», conclut Konstantin Sivkov.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (septembre 2018) (49)

    Lire aussi:

    Ciel ouvert: le Tu-214 homologué élargira les possibilités de vols d’observation de Moscou
    Un avion militaire russe se prépare à survoler les États-Unis
    Traité Ciel ouvert: les États-Unis certifient le Tu-214 russe
    Tags:
    Traité Ciel ouvert, Tu-214, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik