Ecoutez Radio Sputnik
    Les manœuvres Vostok-2018

    Pourquoi la Russie organise les plus importantes manœuvres depuis l'époque soviétique

    © Sputnik . Alexei Nikolskiy
    Lu dans la presse
    URL courte
    Izvestia
    Traduction de la presse russe (septembre 2018) (49)
    2241

    Les manœuvres Vostok-2018, dont la phase active se déroule sur les polygones des districts militaires Est et Centre du 11 au 17 septembre 2018, sont les plus importantes depuis les exercices soviétiques Zapad-81.

    Le quotidien Izvestia revient sur les principaux moments de ces exercices historiques.

    Des manœuvres particulières

    Le colonel de réserve Viktor Mourakhovski, rédacteur en chef du magazine Arsenal Otetchestva, a attiré l'attention sur plusieurs détails des manœuvres en cours.

    «Hormis l'ampleur des exercices, il convient de souligner les questions de mobilisation et d'utilisation des forces de sécurité territoriale. De plus, pour la première fois a été travaillée la projection des troupes par les structures civiles. Cela concerne les voies ferrées, l'aviation et le transport routier. La mobilisation des réserves des forces armées est largement travaillée. En particulier, un régiment du génie a été mobilisé — il s'agit de forces commandées au niveau des districts», note Viktor Mourakhovski.

    L'expert a également attiré l'attention sur la coopération internationale: «C'est la première fois qu'il y a une intégration aussi étroite entre nos structures de commandement et les structures de l'armée chinoise. Aux manœuvres ont participé le commandement opérationnel du nord, le commandement interarmées, et une brigade mécanisée. La participation de hautes structures de commandement est la plus importante en l'occurrence. En outre, des structures de commandement de l'armée mongole participent également aux exercices», dit-il.

    Selon Viktor Mourakhovski, il convient d'attirer l'attention sur les délais rapides de la création de groupes interarmées. «Ces délais sont sans précédent. Dans l'ensemble, en termes d'ampleur et de vitesse, c'est probablement les projections les plus significatives de l'histoire nationale en temps de paix, même si l'on prend en compte la période soviétique, et elles sont comparables au déploiement de l'armée lors de la détérioration des relations avec la Chine fin 1960-début 1970 — mais ce déploiement était bien plus long», indique l'expert.

    De plus, Viktor Mourakhovski remarque le franchissement de la Route maritime du Nord par la flotte du Nord, qui a illustré les possibilités de projection de grands groupes navals.

    Dans l'ensemble, selon les sources ouvertes, près de 300.000 hommes ont participé aux manœuvres.

    Balancer le pendule

    L'entraînement à la projection des troupes sur de grandes distances ces dernières années a constitué l'une des principales particularités des exercices russes. Les effectifs relativement réduits des forces armées russes par rapport à la taille du pays et aux menaces militaires clés poussent à veiller rigoureusement à la manœuvrabilité opérationnelle et stratégique des forces, qui doivent être capables d'agir loin de leur base permanente.

    Cela amène à prêter une attention particulière aussi bien aux capacités de transport des forces armées en soi qu'à l'interaction avec les civils, notamment les structures commerciales — pour utiliser, si nécessaire, les capacités de l'aviation civile, des trains et du transport routier.

    Un tel «pendule» doit garantir aussi bien la réaction rapide aux menaces locales dans différentes régions que la concentration de grands groupes en cas de risque de grande guerre.

    Au final, la projection des forces et du matériel devient un élément central des exercices (notamment quand il est question des manœuvres des districts militaires Est et Centre, avec leurs immenses distances), et la protection de l'infrastructure tout comme son maintien en état opérationnel sont la mission principale de la défense du pays.

    Regard sur l'Occident

    Traditionnellement, les médias occidentaux accordent une grande importance aux manœuvres Zapad («Occident» en russe) en exagérant régulièrement leur ampleur: ainsi, les estimations des effectifs participant aux manœuvres Zapad-2017 dépassaient 100.000 hommes, alors qu'en réalité moins de 13.000 militaires y participaient — essentiellement des soldats biélorusses.

    Voici l'ampleur des exercices des 10 dernières années:

    Exercices Nombre d'hommes

    Zapad-2009 12.500
    Vostok-2010 20.000
    Centre-2011 12.000
    Caucase-2012 8.000
    Zapad-2013 10.000
    Vostok-2014 155.000
    Centre-2015 95.000
    Caucase-2016 12.500
    Zapad-2017 13.000
    Vostok-2018 300.000

    Ce tableau indique que les manœuvres les plus importantes se déroulent précisément dans le cadre des exercices des districts Est et Centre, ce qui s'explique tant bien par leur taille que par l'espace disponible pour les manœuvres de ce niveau au vu de leur densité de population plus faible.

    Les manœuvres des districts Est et Centre ne concernent pas l'Europe directement, mais cette année elles ont attiré une grande attention aussi bien à cause de leur envergure que du niveau d'interaction sans précédent entre les forces russes et chinoises. Enfin, les méthodes et les méthodes de projection et de concentration des forces utilisés pendant ces manœuvres peuvent également être appliqués sur l'axe occidental.

    «Bien sûr, il est impossible d'organiser en Occident des manœuvres d'une telle envergure — il n'y a pas de place pour cela. En comparant ces exercices à l'échelle européenne, ce n'est même pas le fameux «corridor de Suwalki» dont parle la presse occidentale. C'est l'ampleur d'une opération offensive stratégique sur l'axe européen», a noté Viktor Mourakhovski.

    A noter également: des exercices de la marine et de l'aviation russe ont été organisés en Méditerranée pratiquement en parallèle — région où se concentre actuellement le plus grand groupe naval russe de la période postsoviétique.

    Les exercices d'envergure deviennent ces derniers temps une routine pour les deux camps de la nouvelle guerre froide. D'un côté, c'est un signe indéniable de hausse de la tension dans les relations entre la Russie et l'Occident, de l'autre, la disposition opérationnelle affichée permet de dissuader les opposants potentiels de régler les problèmes par la force.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (septembre 2018) (49)

    Lire aussi:

    La Russie entame ses plus grandes manœuvres militaires depuis l'époque soviétique (images)
    Vostok 2018: les plus grands exercices depuis l'époque de Brejnev annoncés
    Les craintes sur le «caractère agressif» des exercices Zapad 2017 démasquées
    Tags:
    manœuvres, exercices militaires, Vostok-2018 (exercices stratégiques), URSS, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik