Ecoutez Radio Sputnik
    Il-20

    Quelles seront les relations Russie-Israël après le crash d'un avion Il-20 russe en Syrie?

    © Sputnik . Alexandr Tarasenkov
    Lu dans la presse
    URL courte
    Vzgliad
    Traduction de la presse russe (septembre 2018) (49)
    481093

    La provocation de l'armée de l'air israélienne, qui a coûté la vie à 15 militaires russes dans le crash d'un avion de reconnaissance Il-20 en Syrie, affectera forcément les relations russo-israéliennes. Notamment en ce qui concerne les actions d'Israël en Syrie.

    Dès qu'il s'est avéré que l'Il-20 russe avait été abattu par la défense antiaérienne syrienne à cause d'une attaque de l'aviation israélienne menée parallèlement à son atterrissage, Moscou a fermement condamné Tel-Aviv, écrit le quotidien Vzgliad.

    Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a déclaré pendant un entretien téléphonique avec son homologue israélien Avigdor Liberman que la responsabilité du crash de l'avion russe et la mort de son équipage reposait entièrement sur les autorités israéliennes. Sergueï Choïgou a rappelé que Moscou avait appelé plusieurs fois Israël à s'abstenir de frappes contre la Syrie car ces dernières menaçaient les militaires russes. «L'irresponsabilité de l'armée de l'air israélienne vient de coûter la vie à 15 militaires russes. La Russie se réserve le droit de prendre des contre-mesures vis-à-vis d'Israël», a indiqué le ministre russe.

    Quelques heures plus tard, le président russe Vladimir Poutine a entièrement soutenu la déclaration du ministre, tout en précisant que la présente tragédie ne devait pas être comparée à celle de novembre 2015, quand la Turquie avait abattu un Su-25 russe.

    «A l'époque, le chasseur turc avait sciemment abattu notre avion. Ici, cela ressemble plutôt à une succession de circonstances accidentelles tragiques, car notre avion n'a pas été abattu par un avion israélien. Bien sûr, nous devons encore nous pencher sérieusement sur ce cas, et notre attitude par rapport à cette tragédie est exprimée dans la déclaration du ministère russe de la Défense, qui a été convenue avec moi. En ce qui concerne les contre-mesures, elles viseront avant tout à renforcer la sécurité de nos militaires et de nos sites en Syrie. Ce seront des démarches que tout le monde remarquera.»

    Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a téléphoné à Vladimir Poutine et a rejeté toute la responsabilité sur la Syrie, comme l'avait fait le porte-parole de l'armée israélienne:

    «Le régime d'al-Assad, dont les militaires ont abattu l'avion russe, est entièrement responsable de cet incident. Israël estime que l'Iran et l'organisation terroriste Hezbollah en sont également responsables.»

    En d'autres termes, Israël refuse de reconnaître sa responsabilité et même de s'excuser pour les faits.

    La Russie a déjà commencé à proposer différentes mesures de sanction contre Israël, allant jusqu'à la rupture des relations diplomatiques. Il est évident que le gouvernement israélien n'avait pas besoin d'un conflit avec la Russie, mais suite à ses agissements complètement provocateurs il a mis en péril les relations entre les deux pays. La Russie ne rompra pas avec Israël, mais le crash de l'Il-20 aura forcément des conséquences. En résumé: que veut la Russie d'Israël, et Israël de la Russie?

    Sur les 70 ans d'existence de l'État hébreu, il n'y a pas eu de relations diplomatiques entre les deux pays pendant près d'un quart de siècle. Mais des relations assez étroites et diversifiées se sont établies après la chute de l'Union soviétique. Après le lancement de l'opération russe en Syrie, Israël a même manifesté son aspiration à établir les contacts les plus étroits possibles dans le domaine militaire et des renseignements — parce que Tel-Aviv avait compris que la Russie devenait un acteur-clé en Syrie et renforçait significativement ses positions au Moyen-Orient dans l'ensemble.

    Durant ces années, Benjamin Netanyahu a bien plus souvent visité Moscou que Washington, ce qui ne signifiait pas pour autant l'abandon, par Israël, du principe fondamental d'«alliance indestructible USA-Israël». Tel-Aviv expliquait son rapprochement avec Moscou uniquement par la préoccupation pour sa propre sécurité, avec pour argument que «des ennemis nous entourent et il est important pour nous que la fin de la guerre en Syrie n'entraîne pas leur renforcement».

    Pour la Russie, Israël considérait Daech, le Hezbollah libanais et l'Iran comme des ennemis, et exigeait de Moscou le droit de protéger ses intérêts sur le territoire d'autres pays. Autrement dit, le droit de bombarder le territoire syrien et libanais pour frapper tous ceux qui semblaient être les ennemis d'Israël.

    Il est évident que cela ne pouvait être toléré que dans une situation de chaos général et d'absence de contrôle du gouvernement syrien sur l'ensemble du territoire du pays et de ses frontières. Tout comme il était évident que dès que l'État syrien se relèverait, Israël serait forcé de cesser ses actions agressives ou ferait l'objet de représailles.

    Mais un autre facteur permettait également à Israël de frapper la Syrie — et pas des moindres. La Russie était contrainte de tolérer les agissements israéliens parce que le succès de l'opération russe pour défaire les forces anti-Assad en Syrie n'était possible qu'avec la coordination et la prise en compte des intérêts des trois principales forces extérieures: la Turquie, l'Iran et Israël. La Russie manœuvrait entre leurs intérêts parce que l'opération russe était menée par un contingent très limité, essentiellement l'aviation, et Moscou n'avait pas l'intention de déployer en Syrie un contingent à part entière dont la présence aurait permis d'ignorer les revendications turques et israéliennes.

    Mais en soi, le fait que jusqu'à récemment la Russie ait toléré les frappes israéliennes contre certains sites en Syrie n'était pas perçu par Tel-Aviv comme une exception temporaire, mais comme un dû — ce qui a débouché sur l'attaque de F-16 israéliens ayant provoqué la destruction de l'Il-20 russe. Les explications d'Israël, selon lesquelles il aurait frappé des «sites d'infrastructure de l'armée syrienne fabriquant l'arme de destruction massive pour l'organisation terroriste Hezbollah» et que «cette arme était prévue pour être utilisée contre Israël» ne l'excusent pas du tout.

    Le Hezbollah n'est pas une organisation terroriste selon la Russie, qui la considère comme une organisation politique et militaire des chiites libanais représentant les intérêts de 40% de la population de ce pays désintégré — un «État dans l'État», au fond. Elle a de nombreux reproches envers Israël, qui a attaqué plusieurs fois le Liban, notamment dans le but de détruire le potentiel militaire de l'organisation. Les troupes du Hezbollah combattent en Syrie du côté de Bachar al-Assad, ce qui est parfaitement légitime et naturel, d'autant plus que la séparation du Levant entre la Syrie et le Liban est assez conditionnelle.

    Le Hezbollah représente-t-il une menace pour Israël? Seulement dans la même mesure qu'Israël est une menace pour le Hezbollah — c'est-à-dire pour le Liban, qui a été attaqué la dernière fois en 2006.

    Israël n'a pas besoin de voisins forts, et il fait tout pour les affaiblir. La guerre en Syrie était bénéfique pour Israël parce que les Arabes, qui ne lui ont pardonné ni la prise de territoires palestiniens ni l'occupation de Jérusalem-Est, étaient ainsi occupés à s'entretuer.

    Mais grâce à la Russie, cette guerre touche à sa fin. Israël, s'il veut espérer pouvoir conserver un semblant de paix, doit s'habituer au fait qu'il devra respecter la souveraineté territoriale de ses voisins. Et pour commencer, il devra cesser d'attaquer les cibles qui se situent à 1.500 km de la frontière israélienne dans la province côtière syrienne de Lattaquié où se trouve la base militaire russe de Hmeimim, pour renforcer la protection de laquelle Vladimir Poutine a promis de prendre des mesures que «tout le monde remarquera».

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (septembre 2018) (49)

    Lire aussi:

    La défense antiaérienne syrienne à l'épreuve des missiles israéliens
    «Cauchemar d’Israël»: le renforcement de l'influence du Hezbollah au Liban alarme Tel Aviv
    Ce que l’on sait sur les nouveaux raids de l’aviation israélienne en Syrie
    Tags:
    crash d'avion, Iliouchine Il-20, Benjamin Netanyahu, Vladimir Poutine, Israël, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik