Ecoutez Radio Sputnik
    Crimée

    Le Soudan considère le référendum criméen conforme au droit international

    © Sputnik . Alexei Pavlishak
    Lu dans la presse
    URL courte
    Izvestia
    Traduction de la presse russe (octobre 2018) (31)
    2191

    Nadir Ioussouf Babiker, ambassadeur du Soudan en Russie, a accordé une interview au quotidien Izvestia pour évoquer la coopération avec Moscou dans les secteurs pétrolier et militaire, les positions de Khartoum sur la question criméenne et le règlement du conflit syrien.

    «La Russie lancera la construction d'une raffinerie au Soudan avant fin 2019», a déclaré l'ambassadeur soudanais Nadir Ioussouf Babiker, précisant que la nouvelle usine couvrirait «entièrement les besoins du pays en produits pétroliers», écrit jeudi le quotidien Izvestia.

    Le diplomate souligne également que Khartoum reconnaît les résultats du référendum de Crimée de 2014 et n'écarte pas la possibilité d'une visite d'une délégation soudanaise sur la péninsule. L'ambassadeur a également évoqué les positions de la république concernant le règlement du conflit syrien et la coopération avec la Russie dans le secteur militaro-technique. Il a dit espérer que Vladimir Poutine se rendrait prochainement au Soudan:

    «En juillet 2018, le ministre russe des Ressources naturelles et de l'environnement Dmitri Kobylkine s'est rendu au Soudan pour s'entretenir avec le ministre du Pétrole et du Gaz Azhari Abdul-Gadir Abdalla et le président Omar el-Béchir. Le gouvernement soudanais salue la coopération avec les compagnies russes pour la construction de la raffinerie. Cette dernière transformera aussi bien le pétrole soudanais que d'autres pays.

    La raffinerie se situera à quelques kilomètres du principal port soudanais en mer Rouge, ce qui facilitera les fournitures pétrolières par la mer en Erythrée, à Djibouti et en Somalie. Sur le territoire de 4 km² de la future usine, il est prévu d'installer une usine pétrochimique et une zone de libre-échange (ZLE). La raffinerie permettra de couvrir tous les besoins pétroliers du Soudan, qui n'aura plus besoin d'en importer.

    La coopération militaro-technique entre la Russie et le Soudan se déroule selon les plans. Le Soudan a l'intention de moderniser son armée en termes d'armements et de formation militaire. La Russie fournira notamment des armes à l'armée soudanaise, historiquement habituée au matériel militaire russe. Nous sommes satisfaits par le niveau actuel de nos relations.

    Membre de la Ligue arabe, le Soudan est attaché à la position de cette organisation concernant la situation en Syrie. Nous poursuivons nos contacts bilatéraux avec la Syrie. Nous avons une ambassade à Damas, et une ambassade syrienne fonctionne également à Khartoum.

    Nous pensons que le dialogue est la meilleure solution au problème syrien. Nous croyons qu'un jour viendra où la Syrie fera partie intégrante du monde arabe et reviendra au sein de la Ligue arabe.

    En 2014, le Soudan a voté contre la résolution 68/262 de l'Assemblée générale des Nations unies portant sur l'appartenance territoriale de la Crimée. La Russie s'opposait à ce que la question criméenne soit soulevée pendant la session et nous l'avons soutenue. Le Soudan pense que le référendum criméen est conforme au droit international.

    Notre Président s'est déjà rendu deux fois en Russie. Nous espérons également que le président russe Vladimir Poutine viendra en visite au Soudan. Les relations entre nos deux pays sont amicales, c'est pourquoi nous nous attendons à ce que les visites se poursuivent à tous les niveaux», conclut l'ambassadeur du Soudan en Russie.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (octobre 2018) (31)

    Lire aussi:

    Washington veut partager le Soudan en cinq parties, selon Khartoum
    Une base militaire russe au Soudan: les pour et les contre
    Le Soudan rappelle son ambassadeur en Égypte
    Tags:
    référendum, ambassadeur, Soudan, Crimée
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik