Ecoutez Radio Sputnik
    Militaires US. Photo d'archive

    Les USA intensifient-ils secrètement leur activité militaire en Tunisie?

    © AFP 2018 USMC
    Lu dans la presse
    URL courte
    Vestifinance.ru
    Traduction de la presse russe (octobre 2018) (31)
    111037

    La première ingérence militaire directe des USA en Tunisie depuis la Seconde Guerre mondiale est passée pratiquement inaperçue.

    Au mois d'août, un représentant du Commandement des États-Unis pour l'Afrique (Africom) a confirmé qu'en 2017 l'infanterie de marine avait participé à une bataille dans un pays d'Afrique du Nord non mentionné, où les troupes américaines ont combattu avec les forces de leurs alliés contre le groupe terroriste Al-Qaïda* au Maghreb islamique (AQMI*), selon le site d'information Vestifinance.

    Le commandement a également rapporté que des forces spéciales des Marines avaient participé à une opération de trois jours. Cependant, les recherches et les analyses qui ont suivi indiquent que la participation des USA était bien plus significative: les événements dramatiques décrits par le commandement coïncident avec ceux qui se sont produits en Tunisie à la même période. Les faits indiquent que la bataille a eu lieu sur le mont Semmama à Kasserine, non loin de la frontière algérienne. Les USA y ont essuyé leurs premières pertes dans des opérations en Tunisie depuis la Seconde Guerre mondiale.

    Les États-Unis maintiennent leur présence militaire en Tunisie au moins depuis quatre ans et demi, et il est peu probable que les événements de Semmama soient un incident isolé. La bataille ayant impliqué des militaires américains a eu lieu en pleine campagne intensive visant à évincer les terroristes du bastion situé en montage. Onze jours avant l'opération américano-tunisienne conjointe à proximité du mont Semmama, une autre opération avait été menée, qui avait permis de tuer deux combattants. On ignore si les troupes américaines ont participé à cette opération.

    A l'heure actuelle, la Tunisie reçoit plus d'aide militaire américaine que tout autre pays d'Afrique du Nord et du Sahel, à l'exception de l'Égypte.

    La présence militaire des USA perdure depuis février 2014, quand le Pentagone a déployé plusieurs dizaines de fantassins de marine dans une base éloignée à l'ouest de la Tunisie.

    Le partenariat entre les USA et la Tunisie dans le secteur de la défense et de la sécurité inclut le renforcement du potentiel militaire et de la sécurité des frontières, ainsi que la préparation stratégique et tactique des forces des alliés pour lutter contre le terrorisme. Cependant, la présence de militaires et de drones américains en Tunisie a soulevé des questions.

    Dans l'ensemble, la politique étrangère américaine est impopulaire, et l'attitude négative envers les USA est largement répandue au sein de la société tunisienne, souligne Vestifinance. La récente décision des USA de reconnaître Jérusalem en tant que capitale d'Israël a provoqué une vague de protestation partout en Tunisie. La présence militaire des États-Unis avait également provoqué des débats enflammés au parlement tunisien.

    Les informations sur les combats de Kasserine l'an dernier mettent en évidence une participation militaire plus active des USA que l'Africom n'est prêt à le reconnaître. Les détails de la bataille de Semmama laissent comprendre que les USA intensifient leurs opérations secrètes et ouvertes sur le continent africain, conclut Vestifinance.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (octobre 2018) (31)

    Lire aussi:

    L’ambassadeur tunisien à Sputnik sur le niveau des relations bilatérales avec la Russie
    «Je ne suis pas une ONG!», le camouflet de Macron aux détracteurs du gouvernement tunisien
    Les trois facettes de la présence allemande en Tunisie
    Tags:
    Tunisie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik