Ecoutez Radio Sputnik
    Vladimir Poutine et le chancelier autrichien Sebastian Kurz à Saint-Pétersbourg

    La diplomatie russe intensifie son activité en Europe

    © Sputnik . Alexei Nikolsky
    Lu dans la presse
    URL courte
    Nezavissimaïa gazeta
    Traduction de la presse russe (octobre 2018) (45)
    4343

    Immédiatement après la visite de travail assez discrète du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à Berlin, Vladimir Poutine a reçu à Saint-Pétersbourg le chancelier autrichien Sebastian Kurz dans le cadre de la Semaine russe de l'énergie.

    C'est à l'occasion de la visite de Sebastian Kurz en Russie que Gazprom a signé un important contrat gazier avec le géant énergétique autrichien OMV pour l'exploitation commune du gisement d'Ourengoï, écrit lundi 8 octobre le quotidien Nezavissimaïa Gazeta.

    Ils marchent ainsi sur les pas du groupe pétrolier et gazier allemand Wintershall qui, en association avec une autre grande compagnie allemande, Dea, compte intensifier sa participation aux projets russes. Inutile de dire que l'Allemagne et l'Autriche financent toutes les deux le projet Nord Stream 2, qui a été évoqué par le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à Berlin avec son homologue allemand Heiko Maas, et par Vladimir Poutine avec le chancelier autrichien.

    En apparence, cette activité rappelle les années 1970 quand, en contrariant les États-Unis, les mêmes acteurs avaient signé un contrat sans précédent pour l'époque, entré dans l'histoire sous le nom de «gaz contre tuyaux».

    Le chef de la commission à l'énergie de la Douma (chambre basse du parlement russe) Pavel Zavalny a déclaré: «Le secteur pétrolier et gazier pourrait constituer une base solide de coopération stratégique. Nous avons mis en place une telle coopération avec l'Europe, qui a survécu aux époques les plus difficiles, notamment à la Guerre froide. Dans les conditions les plus défavorables, notre pays reste un partenaire fiable pour assurer la sécurité énergétique.»

    Il ajoute que la Russie ne considère pas ses partenaires uniquement comme des acheteurs d'hydrocarbures ou des fournisseurs d'équipements: «Nous sommes disposés à une coopération en matière d'investissements et de technologies, à un échange d'actifs, à la création de projets d'infrastructure communs. Les exemples d'une telle coopération existent déjà et ils sont de plus en plus nombreux chaque année.» Même si à l'époque il était déjà question de nouer des partenariats avec l'Asie, cette approche devient fondamentale pour Moscou quand il s'agit de surmonter la pression des sanctions et d'organiser une résistance aux USA.

    En effet l'histoire se répète. Mais cette fois, en échange du gaz qui sera acheminé en Europe via le gazoduc Nord Stream 2, la Russie recevra les technologies pour exploiter les champs gaziers à grande profondeur et dans les sous-sols gelés.

    La composante politique de ces deux visites est également liée aux affaires, souligne le quotidien. Car à Berlin comme à Saint-Pétersbourg, il était question du Nord Stream 2, que l'administration Trump tente de stopper. Il a été affirmé à la Russie que l'Europe avait l'intention de résister à Donald Trump. Par ailleurs, Vladimir Poutine et Sergueï Lavrov ont fermement appelé leurs interlocuteurs à mettre un terme à la «réflexion bipolaire». Ils ont remis sur le tapis le concept d'une Europe unie de Lisbonne à Vladivostok, qui a été quelque peu oublié après les événements de 2014. La période pour sa mise en œuvre paraît favorable. Car c'est l'Autriche qui présidera l'UE pendant le second semestre de l'année, et le chancelier autrichien Sebastian Kurz a déjà appelé plusieurs fois ses partenaires européens à mettre un terme à la «réflexion bipolaire» en prônant le changement de vecteur dans les relations avec la Russie.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (octobre 2018) (45)

    Lire aussi:

    Nord Stream 2: Berlin répond à Trump après son offensive contre le gaz russe
    L’Europe se voit menacée à l’annonce des sanctions US contre le secteur énergétique russe
    Kurz: la paix à long terme en Europe n’est possible qu’avec la Russie, et non contre elle
    Tags:
    diplomatie, Sebastian Kurz, Sergueï Lavrov, Vladimir Poutine, Autriche, Europe, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik