Ecoutez Radio Sputnik
    Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe

    La France serait favorable au retour de la Russie à l'APCE

    © AFP 2018 Koen van Weel
    Lu dans la presse
    URL courte
    Izvestia
    Traduction de la presse russe (octobre 2018) (27)
    5174

    Les membres de la délégation française de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) ne seraient pas contre la reprise du travail de la Russie à l'assemblée. C'est ce qu'a déclaré la chef de la délégation française Nicole Trisse au journal Izvestia.

    Le quotidien Izvestia a interviewé Nicole Trisse, chef de la délégation française à l'APCE.

    «L'APCE doit préserver son statut de forum de dialogue interparlementaire avec la participation équitable de toutes les délégations», a déclaré Nicole Trisse au nom de sa délégation (18 députés). Elle a ainsi soutenu le retour de la Russie au sein de cette assemblée, explique le journal.

    Nicole Trisse souligné que la position de ses collègues coïncidait entièrement avec le point de vue des autorités françaises. Le président de la délégation allemande Andreas Nick s'est également prononcé en faveur du retour des députés russes malgré les contradictions entre Moscou et Berlin sur plusieurs problèmes internationaux graves. Sa position a été soutenue par le chef de la délégation allemande (18 députés) Andreas Nick: «Malgré les divergences sur la question criméenne et le conflit dans l'est de l'Ukraine, la Russie doit rester au sein du Conseil de l'Europe et sous la juridiction de la Cour européenne des droits de l'homme, ainsi que poursuivre son travail à l'APCE afin que le dialogue ne soit pas interrompu, notamment sur les questions controversées.»

    L'un des thèmes principaux de la session d'automne de l'APCE, qui s'est tenue cette semaine, était le vote sur sa réforme. Comme l'avait déclaré le représentant permanent russe auprès de l'organisation, Ivan Soltanovski, «beaucoup de choses [dépendaient] de ces discussions» parce que le durcissement du vote à l'APCE (selon le projet, la décision ne devait pas être prise par la simple majorité mais par les deux tiers des députés) aurait pu permettre à la Russie de reprendre légalement son travail à l'APCE. Au final, sur décision de 99 des 194 députés, le projet de résolution a été renvoyé à la commission spéciale pour une mise au point. 79 députés se sont prononcés contre, 16 se sont abstenus. La mise au point a été soutenue à l'unanimité ou par la majorité des délégations du Royaume-Uni, de l'Ukraine, de la Pologne, de la Norvège, de la Lituanie et de l'Espagne.

    Les auteurs de la résolution ont souligné à plusieurs reprises que l'objectif de ce document ne consistait pas à aider la Russie à revenir au sein de l'APCE, mais à perfectionner la procédure de prise de décisions à l'Assemblée. Néanmoins, le thème russe a été soulevé plusieurs fois dans les discours — principalement ceux des opposants à la réforme de l'organisation — et, de toute évidence, la perspective du retour de la Russie à l'APCE a constitué l'un des principaux obstacles à l'approbation de la réforme.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (octobre 2018) (27)

    Lire aussi:

    La Russie pourrait quitter le Conseil de l'Europe
    11 millions d’euros en moins, l’APCE privée d’un tiers des subventions russes
    Écartée de l'Assemblée du Conseil de l'Europe, la Russie réduit ses subventions
    Tags:
    Conseil de l'Europe, Russie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik