Ecoutez Radio Sputnik
    armée américaine

    Pourquoi la moitié des soldats US n’excluent-ils pas qu'un nouveau conflit éclate?

    CC BY 2.0 / Expert Infantry / 8th US Army - Korea
    Lu dans la presse
    URL courte
    RT
    Traduction de la presse russe (octobre 2018) (45)
    8015

    46% des militaires américains pensent que les États-Unis entreront en guerre en 2019. Selon les résultats d'un sondage mené par la revue Military Times, aux yeux des USA les «plus graves menaces» sont le cyberterrorisme, la Russie et la Chine.

    L'an dernier, seulement 5% des militaires US interrogées s'attendaient à une guerre à court terme, écrit le site de la chaîne RT. Cette année, déjà 46% des soldats américains pensent que les États-Unis entreront en guerre en 2019. La raison d'un virage, selon la revue Military Times, est le discours de Donald Trump concernant la nécessité d'accroître les capacités opérationnelles du pays face à la menace croissante émanant des «ennemis extérieurs».

    Ainsi, en validant le nouveau budget militaire en août, Donald Trump a déclaré qu'il était «nécessaire d'approvisionner l'armée avec les armes les plus modernes, car d'autres pays ont progressé dans l'élaboration d'armements de pointe».

    Le ministère russe des Affaires étrangères a souligné que le nouveau budget militaire américain se refléterait de manière négative sur la sécurité internationale.

    Par ailleurs, selon un sondage mené en octobre 2018 par l'institut d'étude de l'opinion publique YouGov pour l'hebdomadaire The Economistt, au sein de la société américaine seulement un tiers des personnes interrogées considèrent la Russie comme un ennemi, et seulement 17% désignent la Chine comme une menace.

    «Cette différence s'explique par le fait que le commandement prépare psychologiquement les soldats américains à une guerre contre la Russie», affirme le colonel à la retraite Viktor Litovkine, expert militaire.

    La grande majorité des militaires (89%) considère le cyberterrorisme comme une grave menace, et sont préoccupés par le fait que les USA ne sont pas tout à fait prêts à mener une cyberguerre.

    «Dans l'armée américaine, toute la formation est orientée sur une guerre contre la Russie et la Chine — les plus grands concurrents des USA sur la scène internationale. Pour l'armée, ces deux pays représentent l'ennemi éventuel. Toute la préparation pratique des militaires vise à faire en sorte qu'ils ne soient pas simplement parés à une guerre contre la Russie, mais également qu'ils soient prêts à gagner», explique-t-il.

    Le politologue Andreï Kochkine, responsable de la chaire de politologie et de sociologie à l'université russe d'économie Plekhanov, pense que de telles dispositions d'esprit pourraient provoquer de nouveaux incidents liés au rapprochement dangereux d'avions et de navires russes et américains.

    «Il y a toujours une teinte émotionnelle qui entraîne la rupture des actions automatiques. Le facteur humain est la cause de 80% des catastrophes aériennes. Et en cas de rapprochement dans les airs, le pilote pourrait craquer et perdre le contrôle de ses actes», affirme-t-il.

    Andreï Kochkine souligne que cette «teinte émotionnelle» résulte du «travail» des médias américains.

    «Le potentiel médiatique, qui est renforcé actuellement par toutes les agences américaines, se reflète sur le travail avec les militaires au sein des forces armées. Les médias attisent la «menace russe». L'atmosphère générale provoquée aussi bien au sein de la société que des forces armées des USA se développe activement. Tout cela donne aux militaires l'impression que la confrontation n'est plus très loin, que bientôt ils devront s'engager dans un conflit armé», note l'expert.

    «Aucune confrontation réelle n'aura lieu entre la Russie et les USA», affirme le politologue Konstantin Blokhine, expert du Centre d'études des problèmes de sécurité affilié à l'Académie des sciences de Russie spécialiste des États-Unis. Il remarque que Washington n'entre en conflit qu'avec des adversaires bien plus faibles.

    «Des actions directes des militaires américains contre la Russie sont peu plausibles. Il est évident que les Américains ne seront prêts à lancer une guerre contre la Russie qu'en cas de supériorité technologique absolue des USA sur la Russie. Ce n'est pas le cas aujourd'hui», affirme-t-il.

    Cependant, Konstantin Blokhine admet que les militaires américains organiseront des provocations, notamment l'accompagnement des avions et le rapprochement des militaires des frontières russes.

    «Les provocations sont une pratique normale, jouer sur les nerfs est leur habitude. Cette pratique existait déjà pendant la Guerre froide. C'est le cas de l'accompagnement de leurs avions par les nôtres et vice versa, par exemple. Le rapprochement des frontières à une distance risquée est déjà considéré comme une norme pour eux», souligne l'expert.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (octobre 2018) (45)

    Lire aussi:

    Dans la guerre moderne, ce sont les technologies qui combattent
    Donald Trump capitule en Syrie
    La Corée du Nord se prépare-t-elle à une Troisième Guerre mondiale?
    Tags:
    cyberterrorisme, soldats, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik