Lu dans la presse
URL courte
Par
Traduction de la presse russe (octobre 2018) (45)
4391
S'abonner

Les élaborations soviétiques des années 1980 dans le domaine de la construction de blindés sont longtemps restées un secret bien gardé. C'est seulement aujourd'hui que nous commençons à découvrir quels engins étonnants auraient pu faire leur apparition dans les forces armées.

Par exemple, le site btvt.info évoque pour la première fois en détail l'Objet 490 insolite et assez controversé. Ce «char du XXIe siècle» conçu à Kharkov possédait des éléments inhabituels: il devait notamment être propulsé par quatre chenilles. Selon l'idée des constructeurs, cela augmentait significativement sa viabilité car la perte de l'une des chenilles, par exemple sur une mine, n'immobilisait pas le blindé. Par ailleurs, sa suspension hydropneumatique était contrôlable, écrit vendredi 26 octobre le quotidien Rossiïskaïa gazeta.

Sa vitesse élevée (jusqu'à 75 km/h) était assurée par la propulsion de deux moteurs d'une puissance totale de 2.000 chevaux. Sachant que le char pouvait rouler à la même vitesse en avant et en arrière.

Le puissant canon de 152 mm se trouvait dans une tour inhabitée. Dans son inclinaison maximale, le canon était utilisé comme un tuyau d'air lors du franchissement d'obstacles aquatiques.

Le dispositif de rechargement automatique était prévu pour 32 munitions. Des panneaux éjectables étaient prévus pour réduire les conséquences de l'explosion des munitions.

La viabilité de l'Objet 490 était sans précédent, même pour notre époque. Par exemple, la défense contre les munitions anti-blindage sous-calibrées était assurée par une protection équivalente à deux mètres de blindage traditionnel, et jusqu'à 4,5 mètres contre les munitions à charge creuse.

Le toit pouvait supporter un obus d'une pénétration jusqu'à 600 mm.

Sans oublier la possibilité de l'équiper d'une défense active.

L'équipage de deux hommes devait se trouver à l'arrière de l'appareil dans une capsule bien protégée disposant des meilleurs viseurs de l'époque, notamment à vision thermique.

Un lance-grenade de 30 mm et deux mitrailleuses de 7,62 mm étaient installés sur le toit.

Les experts militaires considèrent cette élaboration comme un véritable chef-d'œuvre de la pensée militaire. Dans le même temps, ils doutent que ce char aurait pu un jour entrer en service. Il aurait été trop coûteux et complexe d'exploitation. Ne serait-ce que pour entretenir les deux moteurs et les boîtes de vitesses situés pratiquement sous la tourelle. Même chose pour le système automatique de chargement. Compte tenu des difficultés qu'avait connu la mise au point des prédécesseurs bien plus simples de l'Objet 490, les militaires n'ont probablement pas voulu perdre leur temps avec ce système.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

Dossier:
Traduction de la presse russe (octobre 2018) (45)

Lire aussi:

«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
Ces pays considérés par Vladimir Poutine comme les futures superpuissances mondiales
Une enseignante estime que Samuel Paty a «provoqué» l’acte terroriste
Tags:
construction, véhicules blindés, char, URSS
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook