Ecoutez Radio Sputnik
    Vienne

    L’Autriche a-t-elle déjoué le «plan» britannique contre la Russie?

    © Sputnik . Alexei Danichev
    Lu dans la presse
    URL courte
    Vzgliad
    Traduction de la presse russe (novembre 2018) (39)
    6652

    Le scandale d'espionnage qui a éclaté en Autriche ne ternira pas sérieusement ni longtemps les relations entre Vienne et Moscou, a déclaré le Président autrichien, l'Autriche comprenant parfaitement qu'on cherche à la brouiller avec la Russie.

    Le scandale autour d'un ancien collaborateur du ministère de la Défense autrichien prend de l'ampleur depuis cinq jours, rappelle le site d'information Vzgliad. Le colonel à la retraite de 70 ans interpellé samedi aurait travaillé pendant ces 30 dernières années pour le renseignement russe. C'est un «pays ami de l'Autriche» qui aurait aidé les services secrets à l'attraper.

    Les médias hésitent entre l'Allemagne et le Royaume-Uni. Étant donné que le renseignement allemand est lui-même sous la supervision des services anglo-saxons, la piste londonienne paraît bien plus logique. Et le Royaume-Uni a plus d'un motif.

    Moscou et Vienne ont plusieurs projets et intérêts communs, bilatéraux mais aussi de plus grande ampleur comme le Nord Stream et d'autres gazoducs: le South Stream, finalement annulé, et le Turkish Stream qui est venu le remplacer. Les autorités autrichiennes prônent continuellement le maintien des relations avec la Russie.

    En quatre ans de guerre de sanctions, Vladimir Poutine s'est rendu trois fois en Autriche, notamment deux fois cet été, d'abord en visite, puis pour participer au mariage de la chef de la diplomatie autrichienne Karin Kneissl. Cette semaine, cette dernière est attendue à Moscou et son supérieur le chancelier Sebastian Kurz se rend régulièrement en Russie.

    Dans l'ensemble, le gouvernement autrichien suscite chez les atlantistes une irritation particulière, note le quotidien, aussi bien à cause de son attitude envers l'intégration européenne que de sa position vis-à-vis de la Russie.

    Il n'est donc pas étonnant qu'il y a quelques mois, la presse européenne a publié des articles manifestement commandités pour dire que les alliés de l'UE ne faisaient plus totalement confiance aux services secrets autrichiens, désormais supervisés par un homme du parti de la liberté d'Autriche «connu pour ses sympathies prorusses». Comprendre: les services de renseignement du pays pourraient transmettre des secrets aux Russes.

    L'Autriche n'a pas réagi à ces aberrations au niveau officiel, mais il était évident qu'on ne laisserait pas Vienne en paix. C'est pourquoi l'histoire du colonel à la retraite a fait son apparition, puis une autre. A présent, la presse autrichienne écrit qu'un autre «espion russe» a été percé à jour, cette fois au sein des renseignements autrichiens. Il s'agirait d'un collaborateur de l'Office fédéral pour la protection de la Constitution et la lutte contre le terrorisme, qui remplit également des fonctions de contrespionnage, soupçonné de fournir des informations à Moscou et de divulguer des secrets d'État. L'enquête le visant a commencé il y a près d'un an.

    Dans ces conditions, Karin Kneissl et Sebastian Kurz ont dû déclarer qu'ils exigeraient des explications de Moscou. La chef de la diplomatie a reporté sa visite à Moscou. Mais la réaction du Président autrichien Alexander Van der Bellen est révélatrice. Immédiatement après le début du «scandale d'espionnage», il a déclaré qu'à l'heure actuelle il ne voyait «pas de raisons de dramatiser l'impact de ces affaires sur le développement des relations russo-autrichiennes».

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (novembre 2018) (39)

    Lire aussi:

    Espionnage: le Président autrichien se dit confiant sur les relations russo-autrichiennes
    Le Président autrichien commente le «scandale d’espionnage» avec la Russie
    Un ex-colonel autrichien soupçonné d'espionnage en faveur de la Russie
    Tags:
    espionnage, Russie, Autriche
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik