Ecoutez Radio Sputnik
    Benjamin Netanjahu

    Israël et les pays arabes s'unissent face aux «menaces» communes

    © Sputnik . Sergey Guneev
    Lu dans la presse
    URL courte
    Kommersant
    Traduction de la presse russe (novembre 2018) (39)
    25751

    Benjamin Netanyahu a annoncé qu'il se rendrait prochainement dans plusieurs pays arabes. Les journalistes israéliens supposent que Bahreïn sera la première étape du voyage. Les contacts d'Israël avec les pays arabes, avec lesquels Tel-Aviv n'entretient pas de relations diplomatiques, sont un secret de polichinelle.

    L'activité diplomatique d'Israël avec les pays arabes s'explique avant tout par la menace commune incarnée par l'Iran et par leur partenariat étroit avec les États-Unis, écrit mardi 27 novembre le quotidien Kommersant. Ces contacts sont devenus si étroits qu'Israël a commencé à vendre à ses voisins des logiciels pour lutter contre les cyberattaques et l'espionnage des réseaux sociaux et des téléphones portables.

    Benjamin Netanyahu a promis dimanche de visiter «très prochainement» plusieurs pays arabes. Les journalistes israéliens affirment qu'il ne s'agit pas seulement d'une visite à Bahreïn, mais également d'un travail sur l'établissement de relations diplomatiques avec ce pays.

    Les médias affirment également qu'il serait question d'établir des contacts diplomatiques avec le Soudan.

    A l'heure actuelle, Tel-Aviv entretient des relations diplomatiques avec l'Égypte et la Jordanie. Par contre, les relations diplomatiques sont gelées avec la Mauritanie, tout comme les contacts diplomatiques officiels avec la Tunisie, le Maroc, Bahreïn, ainsi que la coopération commerciale avec le Qatar suite à l'aggravation du conflit israélo-palestinien. Mais les contacts officieux ont continué. Tout a changé il y a deux ans après la visite de Donald Trump en Arabie saoudite en mai 2017. Après Riyad, le chef de l'État américain s'était rendu à Tel-Aviv. En l'accueillant à l'aéroport, Benjamin Netanyahu avait déclaré: «J'espère qu'un jour le Premier ministre israélien pourra se rendre de Tel-Aviv à Riyad.»

    Depuis, le public saoudien se voit insuffler l'idée que les contacts avec Israël n'ont rien d'anormal. Et que l'alliance politique USA-Israël-Arabie saoudite est devenue réalité. En soutenant Donald Trump et la famille royale saoudienne, Benjamin Netanyahu a livré un commentaire très prudent sur l'affaire du journaliste Jamal Khashoggi tué au consulat général d'Arabie saoudite à Istanbul. «Ce qui est arrivé à Istanbul était horrible. Il faut s'en occuper comme il se doit», a déclaré le dirigeant israélien début novembre après un long silence. Il avait également souligné que «pour la paix et la sécurité de la région l'Arabie saoudite [devait] rester stable» et qu'il fallait «trouver le moyen de remplir les deux tâches».

    Se référant au premier ministre, le journal Haaretz souligne qu'Israël est «prêt à coopérer avec les pays du Golfe dans le secteur des technologies et de la sécurité afin d'élargir l'alliance anti-iranienne».

    «Quand vous créez une alliance pour parer une menace, pour régler un problème concret, vous remarquez rapidement les possibilités non seulement en matière de sécurité, mais également pour assurer une vie meilleure à nos peuples, un domaine où Israël peut et veut aider», a déclaré Benjamin Netanyahu à l'Assemblée générale des Nations unies fin septembre.

    Et d'ajouter: «J'espère qu'un jour Israël pourra élargir la sphère de la paix, de la paix officielle, au-delà de l'Égypte et de la Jordanie, vers d'autres de nos voisins arabes.»

    Washington espère que les monarchies du Golfe financeront des projets économiques qui fédéreront la Jordanie, l'Égypte, Israël et la Palestine. Encouragés par un soutien financier, les Palestiniens pourraient également rejeter la violence et reconnaître Israël.

    Un autre signe de détente dans les relations entre Israël et les pays arabes a été la participation de sportifs israéliens à des compétitions aux Émirats arabes unis et au Qatar, fait remarquer le journal.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (novembre 2018) (39)

    Lire aussi:

    Israël conclut un grand accord avec le «meilleur ami» de l'Iran
    Israël et Arabie saoudite, plus proches que jamais?
    Quelles seront les relations Russie-Israël après le crash d'un avion Il-20 russe en Syrie?
    Tags:
    menaces, pays arabes, Benjamin Netanyahu, Israël
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik