Ecoutez Radio Sputnik
    Joseph Staline

    Comment Staline a approuvé le plan de création de la Yougoslavie

    © Sputnik .
    Lu dans la presse
    URL courte
    Gazeta.ru
    Traduction de la presse russe (novembre 2018) (39)
    10216

    Il y a 75 ans, les partisans de Josip Broz Tito décidaient de créer la Yougoslavie socialiste. Ils avaient alors interdit au roi Pierre II Karadjordjevic, qui avait fui après l'invasion nazie, de revenir dans son pays.

    Il y a 75 ans, Tito avait été promu maréchal — il reste le seul à avoir porté ce grade dans l'histoire du pays — et l'URSS avait volontiers reconnu le nouveau gouvernement, proclamant la Yougoslavie comme son principal allié au sud-est de l'Europe, écrit jeudi le site d'information Gazeta.ru. 

    La décision de créer la Yougoslavie socialiste a été prise le 29 novembre 1943. Il y a cinquante ans, ce pays qui avait pris la tête du Mouvement des non-alignés occupait une place importante sur la carte géopolitique non seulement de l'Europe, mais également du monde entier. Ce bloc se positionnait en tant que troisième force faisant contrepoids à l'Otan et au Pacte de Varsovie.

    Au début de la Seconde Guerre mondiale, une grande partie du royaume de Yougoslavie a été occupée par les pays de l'Axe.

    Les nazis étaient combattus par les partisans de l'Armée de libération nationale sous le commandement du secrétaire général du Parti communiste yougoslave Josip Broz Tito et les tchetniks monarchistes menés par le colonel Draza Mihailovic. Parallèlement à cette lutte contre l'ennemi commun, les deux groupes s'affrontaient activement et leurs dirigeants éprouvaient une haine personnelle l'un envers l'autre.

    Pour des raisons idéologiques évidentes, les sympathies de l'URSS étaient entièrement du côté de Tito, qui était particulièrement apprécié par Joseph Staline. Ce dernier avait même envisagé pendant un certain temps qu'il puisse lui succéder.

    De leur côté, le Royaume-Uni et les USA «protégeaient» Draza Mihailovic. Mais en voyant que les tchetniks perdaient la lutte pour l'influence dans les Balkans face aux partisans et, qui plus est, entraient parfois en contact avec les Allemands, les Alliés ont dû changer de position. Pendant la conférence de Téhéran, en novembre 1943, a été prise la décision d'apporter une plus grande aide aux communistes yougoslaves. Les partisans ont alors été reconnus comme une force militaire décisive sur le territoire yougoslave.

    Le 23 novembre 1943, la 2e session du Conseil antifasciste de libération nationale de Yougoslavie (AVNOJ) s'est déroulée dans la ville bosniaque de Jajce occupée par les partisans. Plusieurs décisions cruciales y ont été prises pour le futur aménagement des Balkans. Premièrement, l'AVNOJ a été proclamé organe législatif et exécutif suprême. Deuxièmement, le Comité national de libération de la Yougoslavie (NKOJ), exerçant des fonctions de gouvernement provisoire, a vu le jour. Il était dirigé par Tito, promu maréchal au même moment. Troisièmement, les participants ont approuvé le plan de création de la Constitution yougoslave et de la construction d'un nouvel État fédératif démocratique après la Seconde Guerre mondiale.

    La puissance unifiée avec une capitale à Belgrade devait inclure, selon le principe d'égalité des droits, la Serbie, la Croatie, la Bosnie, la Slovénie, la Macédoine et le Monténégro — soit une population de plus de 16 millions d'habitants.

    Les événements de Jajce ont été entièrement approuvés par l'Union soviétique. Le 14 décembre déjà, le Conseil des commissaires du peuple a reconnu le NKOJ comme étant l'«unique représentant légitime des peuples de la Yougoslavie», auquel il accordera un large soutien militaire et matériel.

    La proclamation officielle de la République fédérative socialiste de Yougoslavie a eu lieu exactement deux ans plus tard, le 29 novembre 1945 — mais sous les armoiries de la Yougoslavie figurait la date du 29 novembre 1943.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (novembre 2018) (39)

    Lire aussi:

    Au seuil des années 1980, la Yougoslavie aurait pu créer sa bombe atomique
    Macédoine? Forte mobilisation en Grèce au sujet du nom de l’Ancienne République Yougoslave
    Les chars russes T-72 ouvrent à la Serbie l’accès au blindage réactif
    Tags:
    guerre, nazis, création, Josip Broz Tito, Joseph Staline, URSS, Yougoslavie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik