Ecoutez Radio Sputnik
    Militaires israéliens près de la frontière israélo-syrienne

    Israël se prépare-t-il à une guerre de grande envergure en Syrie?

    © AFP 2018 JALAA MAREY
    Lu dans la presse
    URL courte
    Nezavissimaïa gazeta
    Traduction de la presse russe (décembre 2018) (39)
    13427

    La décision du Président américain de retirer son contingent militaire de Syrie a provoqué des réactions mitigées de la part des acteurs internationaux et régionaux: le mécontentement le plus prononcé a été exprimé par Israël, qui devra désormais compter sur ses propres forces pour faire face à la présence iranienne dans ce pays.

    «Nous continuerons d'agir en Syrie afin d'y empêcher le renforcement militaire de l'Iran, qui est orienté contre nous. Nous n'avons pas l'intention de réduire ces efforts, et envisageons même de les intensifier», a indiqué le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou cité par le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

    Selon l'ancien ministre israélien de la Défense Avigdor Liberman, «le retrait américain augmente considérablement la possibilité d'un conflit réel dans le nord — au Liban comme en Syrie». D'après lui, le départ des Américains devrait remonter le moral du Président syrien Bachar al-Assad et de ses alliés, l'Iran et le Hezbollah libanais.

    La décision de Trump de retirer les forces américaines du nord de la Syrie n'a évidemment pas été concertée avec ses partenaires de la coalition antiterroriste qui avait lancé ses opérations contre Daech* quand Barack Obama était au pouvoir aux USA. Qui plus est, il semble qu'il n'a pas non plus demandé l'opinion du système interministériel de sécurité nationale responsable de la mise en œuvre des décisions du Président.

    «En ce qui concerne Israël et certaines monarchies arabes du Golfe, la situation ne changera pas vraiment pour eux, explique l'expert militaire Iouri Liamine. Ils auraient certainement préféré le maintien du contingent américain sur cette partie du territoire syrien, qui était un moyen supplémentaire de pression sur le gouvernement syrien et l'Iran, mais le retrait de ces forces ne modifiera pas considérablement la situation. Damas contrôle fermement la majorité du pays, notamment les régions situées à proximité d'Israël. Les troupes américaines ne sont pas non plus en mesure d'arrêter les livraisons iraniennes en Syrie, car les itinéraires de ces dernières contournent les zones contrôlées par les USA».

    Et d'ajouter: «L'Iran ne considérera certainement pas cette décision comme une carte blanche. Il ne faut pas non plus oublier que la Turquie menace actuellement de lancer une nouvelle opération contre les Kurdes syriens. Cette dernière pourrait établir le contrôle turc dans une partie importante du nord de la Syrie. Les autorités syriennes et leurs alliés iraniens ne seront certainement pas réjouis par ces développements. Qui plus est, les restes des troupes de Daech* poursuivent leurs actions à l'est de la Syrie. Bien qu'ils ne soient plus aussi menaçants que par le passé, la lutte contre eux pourrait durer encore longtemps».

    * Organisation terroriste interdite en Russie

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (décembre 2018) (39)

    Lire aussi:

    Trump soupçonné de vouloir laisser la Syrie «à la merci» de Poutine
    Quelles seront les relations Russie-Israël après le crash d'un avion Il-20 russe en Syrie?
    Téhéran dément la présence de bases militaires iraniennes en Syrie
    Tags:
    retrait des troupes, opération, guerre, Daech, Benjamin Netanyahu, Donald Trump, Barack Obama, Turquie, Iran, Israël, Syrie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik