Lu dans la presse
URL courte
Par
Traduction de la presse russe (décembre 2018) (39)
1171
S'abonner

A l'approche du Brexit, des innovations du ministère britannique de l'Intérieur se seraient soldées par des problèmes sérieux et une menace d'expulsion pour les immigrés européens séjournant sur le territoire britannique.

Selon le Financial Times, la décision du ministère britannique de l'Intérieur d'améliorer le processus d'octroi des visas et de se préparer en même temps au Brexit, a créé des problèmes sérieux pour les immigrés européens séjournant sur le territoire britannique, écrit le quotidien Kommersant.

Certains de ces derniers font même face à la menace d'expulsion. Tout cela s'explique par le fait que le ministère avait signé en mai dernier un contrat de 91 millions de livres avec Sopra Steria, opérateur français de données numériques, qui s'est avéré incapable d'accomplir sa mission à temps et sans erreurs, souligne le média.

Depuis le 30 novembre, Sopra Streria assure le traitement de toutes les demandes en ligne concernant la prolongation des visas ou l'octroi de la citoyenneté britannique. Cela aurait dû en théorie rendre ces processus plusieurs fois plus rapides, mais le travail du prestataire français aurait suscité beaucoup de mécontentement depuis moins d'un mois. Il s'agit notamment du traitement urgent des requêtes stipulant que le ministère doive présenter une réponse pendant 24 heures. Ce qui coute 600 livres.

Dans tous les cas, certains clients ont été obligés d'attendre la réponse pendant près d'une semaine malgré ce prix très considérable.

«Ce schéma a été appliqué trop rapidement et sans les consultations nécessaires. Ces demandes sont trop importantes pour la vie des personnes pour qu'elle puissent faire l'objet d'un test. Si ces individus n'arrivaient pas à déposer à temps leur requêtes ou à présenter les papiers nécessaires, leurs demandes pourraient être refoulées ce qui rendrait leur présence dans le pays illégale», explique Bryony Rest, juriste et spécialiste des migrations de Newcastle.

Les responsables de Sopra Streria ont répondu à ces prétentions que l'entreprise coopérait activement avec le service migratoire du Royaume-Uni pour résoudre tous les problèmes existants: «Depuis le lancement du service moins de 1% de visites aux centres ont été reportées, alors qu'il n'existe qu'un nombre très limité de requêtes d'examen urgent qui n'ont pas été traitées à temps. Chaque cas a été examiné de manière individuelle pour établir le montant des indemnisations». 

En ce qui concerne d'autres prétentions, Sopra Streria souligne que ses collaborateurs ne doivent pas en principe offrir aucune consultation concernant l'établissement des papiers. Le ministère britannique de l'Intérieur confirme avoir reçu des informations sur l'incompatibilité du travail de l'entreprise française aux standards annoncés, mais souligne que le nombre de ces cas a été peu important.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

Dossier:
Traduction de la presse russe (décembre 2018) (39)

Lire aussi:

«Toutes les personnes qui vont aller se faire vacciner sont des cobayes», lance une députée française
L’Iran suspend sa coopération avec l’UE dans plusieurs domaines
«Reprendre le pouvoir»: «Une partie des endormis va se réveiller», prédit François Boulo
Tags:
immigration, expulsions, Brexit, Sopra Steria, Europe, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook