Lu dans la presse
URL courte
Par
Traduction de la presse russe (janvier 2019) (25)
1272
S'abonner

Paris et Moscou envisagent de créer en 2019 un Office franco-russe pour la jeunesse afin de favoriser les échanges scolaires et universitaires. La levée des visas pour les jeunes pourrait aussi être discutée. La présidente du Groupe d'amitié France-Russie à l'Assemblée en a parlé au quotidien Izvestia.

Moscou accueillera au printemps 2019 une réunion de la Grande commission interparlementaire franco-russe, dont l'un des sujets prioritaires sera la création d'un Office franco-russe de la jeunesse. Selon Caroline Janvier, présidente du Groupe d'amitié France-Russie à l'Assemblée nationale française, interviewée par Izvestia les parties envisagent d'intensifier considérablement leur travail sur cet office et de définir ses modalités de fonctionnement compte tenu du dialogue politique existant entre les deux pays.

La députée souligne que ce projet a trois dimensions principales: le renforcement des positions de la langue russe en France et de la langue française en Russie, la création de nouveaux schémas d'échanges entre les universités et la formation de nouveaux partenariats dans le domaine de l'éducation.
D'après Caroline Janvier, cette initiative devrait s'appuyer sur le Dialogue de Trianon orienté vers une coopération plus étroite entre les sociétés civiles des deux pays.

L'idée d'un Office franco-russe pour la jeunesse est examinée depuis longtemps et a notamment été avancée par Alexandre Orlov, ancien ambassadeur russe en France et secrétaire exécutif du Dialogue de Trianon.

Parmi les objectifs de cet office, Alexandre Orlov cite notamment l'apprentissage des langues étrangères, le développement des échanges scolaires et universitaires et la facilitation de l'octroi des visas.

«Comme les Français accordent de plus en plus d'attention à l'anglais, on constate en France une baisse de la part des autres langues étrangères. La perte de positions concerne non seulement le russe, mais aussi l'allemand. On apprend toujours le russe, mais nous estimons qu'il faut élargir sa présence», indique Alexandre Orlov.

Le centre sociologique russe VTsIOM devrait lancer prochainement une étude complexe de la géographie des études du russe en France et du français en Russie pour présenter aux établissements d'enseignement le paysage réel de la présence et de la demande de ces langues.

Qui plus est, la Russie voudrait évoquer la levée du régime de visas pour les jeunes. A l'ordre du jour figurent donc pour l'instant deux questions principales: la formation d'un Office franco-russe de la jeunesse et la signature d'un accord-cadre sur les échanges scolaires.

«Bien que le Dialogue de Trianon soit un forum de la société civile, il a le droit de lancer des initiatives d'envergure nationale qui concernent également notre gouvernement», conclut Alexandre Orlov.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

Dossier:
Traduction de la presse russe (janvier 2019) (25)

Lire aussi:

L'Armée nationale libyenne d'Haftar proclame zone militaire la frontière entre la Libye et l'Algérie
Un important incendie suivi de déflagrations dans le centre de Moscou - vidéos
«On aurait dit une guerre civile»: des fêtards en Bretagne reviennent sur la nuit d’affrontements avec la gendarmerie
Le Drian assure sans plaisanter envisager une frappe nucléaire russe sur l’Europe
Tags:
jeunesse, visas, Office franco-russe de la jeunesse, Groupe d'amitié France-Russie à l'Assemblée nationale, VTsIOM (centre russe d'étude de l'opinion publique), Dialogue de Trianon, Caroline Janvier, Alexandre Orlov, France, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook