Lu dans la presse
URL courte
Par
Traduction de la presse russe (janvier 2019) (25)
3150
S'abonner

Le retrait du contingent américain de Syrie, annoncé par Donald Trump le 19 décembre 2018 et lancé officiellement le 4 janvier 2019, a suscité une vague de critiques à Washington, en Europe et dans les pays arabes. Ankara, Moscou, Téhéran et Damas ont approuvé cette décision.

Les analystes s'interrogent: le Président américain commence-t-il à prendre conscience de la gravité des conséquences de sa décision pour le Proche-Orien et la sécurité des USA ou fait-il simplement une concession à ses opposants afin d'atténuer les différends et imposer sa décision?

Dans le premier cas, il ne faudrait pas exclure un changement radical de l'ordre déjà donné, sous un prétexte spécieux. Dans le second, il pourrait plutôt s'agir de manœuvres politico-administratives. Dans tous les cas, l'argument principal de Trump — «la défaite de Daech*» — est de plus en plus remis en cause, écrit le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

Le sénateur Lindsay Graham affirme que le retrait des unités américaines constituerait une «grande victoire pour Daech*, l'Iran, Bachar el-Assad et la Russie». Mais ce sont les démissions du chef du Pentagone James Mattis (20 décembre), du représentant spécial pour la lutte contre Daech* Brett McGurk (22 décembre) et du vice-amiral Kevin Sweeney, chef de l'appareil du Pentagone (5 janvier) qui ont fait le plus de bruit. James Mattis a directement parlé de «différends globaux» avec le Président sur la Syrie.

Par contre, les décisions du locataire de la Maison-Blanche vis-à-vis de la Syrie sont publiquement approuvées par de nombreux démocrates. Le congressiste de Californie Ro Khanna souligne que les forces américaines se trouvent en Syrie non seulement sans mandat du Conseil de sécurité des Nations unies, mais également sans résolution du Congrès américain.

Face aux divergences manifestes au sein de son équipe concernant la Syrie, Donald Trump mise pratiquement sur son unique collaborateur loyal: James Jeffrey. Ce dernier sera chargé de mettre en application le retrait du contingent de Syrie, ce qui signifie l'abandon total de la stratégie présentée en août par l'administration.

La presse européenne résume les craintes des Européens: les actions des USA pourraient entraîner la renaissance de Daech*, le massacre des Kurdes, de nouvelles vagues de réfugiés en Europe et des «avantages stratégiques» pour la Russie.

Le 20 décembre déjà, la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni et le Danemark ont exprimé au niveau ministériel leur désapprobation du plan de Donald Trump. Quelques jours plus tard, la position de la France a été réaffirmée par Emmanuel Macron qui a déclaré que le contingent français maintenait sa présence en Syrie pour apporter un soutien aux partenaires de la coalition sur le terrain — c'est-à-dire aux Kurdes et aux rebelles syriens. Pour sa part, le chef de la diplomatie danoise Anders Samuelson a appelé les pays de l'UE à inciter de manière coordonnée la Maison-Blanche à «changer d'avis sur la Syrie».

Les événements qui ont suivi la déclaration de Donald Trump concernant le retrait du contingent des USA de Syrie ont confirmé que les 2.000 soldats américains qui le constituaient n'y jouaient pas un rôle majeur sur le plan militaire (les opérations étaient organisées par l'aviation des USA et d'autres pays de la coalition), mais étaient un facteur de dissuasion limitant les inquiétudes d'Ankara, de Damas, de Téhéran et de Moscou. Dans ces conditions grandit la tentation pour Ankara et Damas, de recourir à la force pour atteindre leurs objectifs: pour la Turquie afin d'assurer le contrôle du Kurdistan du Nord, pour Damas afin de rétablir l'intégrité territoriale du pays dans ses anciennes frontières.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

Dossier:
Traduction de la presse russe (janvier 2019) (25)

Lire aussi:

Ces 25 propriétaires du 93 ont appris par simple lettre qu’ils étaient expropriés
Un eurodéputé surpris dans une orgie gay à Bruxelles présente sa démission
Méfiance face aux vaccins anti-Covid: «vous n’êtes ni des cobayes ni des jouets de l’industrie pharmaceutique»
Cinq morts, dont un enfant, et des blessés en Allemagne où une voiture a foncé sur des piétons - images
Tags:
enjeu, guerre, défaite, conséquences, perspective, retrait, Daech, James Mattis, Donald Trump, Bachar el-Assad, Russie, Turquie, Iran, Syrie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook