Ecoutez Radio Sputnik
    Un militaire israélien

    «Israël ne cache plus ses opérations contre l'Iran en Syrie»

    © REUTERS / Baz Ratner
    Lu dans la presse
    URL courte
    Nezavissimaïa gazeta
    Traduction de la presse russe (janvier 2019) (25)
    19657

    L'entrée en fonctions du nouveau chef d'État-major des armées israélien Aviv Kochavi a marqué le passage de l'État hébreu à une nouvelle politique en Syrie, écrit le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

    Ces dernières semaines, le gouvernement israélien fait preuve d'une transparence sans précédent dans ses déclarations relatives aux opérations en Syrie, souligne Nezavissimaïa gazeta. Cette approche, adoptée en prévision des élections législatives du printemps, pourrait entraîner une réponse tout à fait réelle de l'Iran, suppose le quotidien russe.

    Aviv Kochavi a pris ses fonctions de commandant de Tsahal mardi 15 janvier. Pendant la cérémonie solennelle qui s'est tenue à Tel-Aviv, le Premier ministre israélien a de nouveau soulevé le thème de l'Iran en suggérant à ce dernier et aux groupes affiliés déployés sur le territoire syrien de quitter les régions adjacentes aux frontières israéliennes. «Je leur suggère de partir rapidement, parce que nous poursuivrons notre politique offensive», a déclaré le chef du gouvernement.

    Les permutations au sein de l'état-major israélien ont marqué une nouvelle étape dans la politique militaire de l'État hébreu. Actuellement, Israël participe ouvertement aux opérations militaires contre les forces iraniennes en Syrie, s'efforce d'empêcher le renforcement du groupe libanais Hezbollah dans la zone frontalière et fait face à des confrontations hebdomadaires au sud, à la frontière avec la bande de Gaza.

    Toutefois, ces derniers temps, l'État hébreu a affiché une approche conceptuelle nouvelle dans sa campagne en Syrie. Ainsi, dans une interview aux médias britanniques, l'ancien commandant de Tsahal Gadi Eizenkot a réaffirmé que son pays aidait l'opposition syrienne au sud de la Syrie avec de l'argent et des armes, et un peu plus tôt Benjamin Netanyahu avait reconnu qu'Israël était l'auteur d'une frappe de missiles contre le territoire syrien. Jusque-là, l'État hébreu s'était efforcé de cacher son implication dans de telles opérations.

    Selon le quotidien Times of Israel, l'aveu de Gadi Eizenkot s'inscrit manifestement dans une nouvelle stratégie d'Israël, qui consiste à se débarrasser des malentendus concernant les actions de l'État hébreu en Syrie. Le Premier ministre israélien déclarait toujours que son pays lutterait contre la présence militaire iranienne, mais faisait rarement des déclarations publiques sur les opérations concrètes.

    En général, les militaires israéliens évitaient également d'émettre des commentaires sur les attaques contre les sites iraniens afin d'éviter la riposte des forces iraniennes et pro-iraniennes. Mais la situation a foncièrement changé. Par ailleurs, le quotidien The Wall Street Journal note que cette politique de transparence pourrait provoquer des démarches concrètes très brutales de l'Iran et des forces qui lui sont loyales en Syrie.

    Les analystes ne s'attendent pas à des actions fermes de l'Iran en réponse à l'ouverture de l'État hébreu par rapport à sa politique syrienne. «Je ne pense pas qu'en l'occurrence, de simples paroles soient susceptibles de changer quelque chose. Les représentants officiels et les médias iraniens accusaient déjà ouvertement Israël d'aider les combattants et d'attaquer la Syrie. En d'autres termes, cette nouvelle politique israélienne ne change rien pour l'Iran. Mais ce serait différent si Israël appuyait ses propos par des actes en détruisant, par exemple, l'un des avions de transport qui se rendent régulièrement en Syrie avec des chargements militaires. Mais Israël en est également conscient et s'est abstenu de telles attaques jusqu'à présent, visant plutôt les chargements déjà déchargés mais pas les avions-mêmes», explique l'expert militaire Iouri Liamine.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (janvier 2019) (25)

    Lire aussi:

    Un incendie impressionnant est en cours à Versailles (vidéos)
    Le RAID déployé à Lourdes, une personne blessée lors d'une prise d'otages
    «Fumée jaune», propagation… Un ancien pompier livre sa version de l’incendie de Notre-Dame
    Tags:
    opération, guerre, Tsahal, Hezbollah, Aviv Kochavi, Benjamin Netanyahu, Iran, Israël, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik