Ecoutez Radio Sputnik
    Il leader della Lega Nord Matteo Salvini

    Pourquoi le Président français n'arrange-t-il pas le gouvernement italien?

    © AP Photo / Luca Bruno
    Lu dans la presse
    URL courte
    Kommersant
    Traduction de la presse russe (janvier 2019) (25)
    15512

    A l'approche des européennes les autorités italiennes font des déclarations peu diplomatiques à l'égard du gouvernement français. Matteo Salvini dit espérer que les Français ne soutiendront pas LREM d'Emmanuel Macron lors des prochaines élections européennes. Le ministère français des AE a déjà qualifié des déclarations pareilles «d'inadmissibles».

    Au fur et à mesure que les élections européennes approchent, l'Italie, en la personne des vice-Premiers ministres Luigi Di Maio et Matteo Salvini, s'exprime de plus en plus durement vis-à-vis d'Emmanuel Macron, écrit le quotidien Kommersant. «La popularité de Macron est inférieure à 20%. J'espère que bientôt les Français pourront faire un autre choix (qui ne sera pas au profit du Président en place)», a déclaré mercredi Matteo Salvini à la radio RAI. «Macron semble avoir des problèmes avec des millions de Français à qui il a fait des promesses qu'il n'a pas remplies», a-t-il ajouté.

    Les relations entre les deux pays se ternissent depuis plusieurs années. En particulier, les Italiens ne pardonnent pas à Paris les bombardements de la Libye en 2011, lancés à leur insu et ayant entraîné la crise migratoire. Rome se souvient encore des sourires moqueurs à l'égard du Premier ministre italien de l'époque Silvio Berlusconi lors d'une conférence de presse de l'ex-président Nicolas Sarkozy et de la chancelière allemande Angela Merkel.

    Mais avec l'arrivée au pouvoir de la coalition réunissant la Ligue et le Mouvement 5 étoiles, les relations entre Rome et Paris ont commencé à se dégrader sérieusement.

    En juin 2018, quand le ministre de l'Intérieur Matteo Salvini a ordonné de fermer les ports italiens au navire Aquarius transportant des migrants, Emmanuel Macron a publiquement qualifié la politique du gouvernement italien de «lèpre populiste». Les mois qui ont suivi se sont déroulés dans la même rhétorique polémique, jusqu'en janvier 2019 quand Luigi Di Maio a publié sur Facebook un message de soutien aux «Gilets jaunes» pendant les manifestations en France.

    Mais ce n'était qu'un début. Récemment, Luigi Di Maio a publiquement accusé la France de provoquer l'immigration par sa «politique néo-coloniale».

    Les politologues expliquent les attaques anti-françaises, et notamment anti-Macron, par la stratégie de campagne italienne en prévision des législatives européennes en mai.

    Bien que la Ligue et le M5E se présentent séparément, Emmanuel Macron, qui ne suscite pas de grandes sympathies en Italie, semble être une bonne cible préélectorale que l'on peut accuser de ses propres lacunes, conclut le journal. 

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (janvier 2019) (25)

    Lire aussi:

    «L'Iran a fait une très grosse erreur»: Trump réagit à la destruction du drone US par les militaires iraniens
    L'Iran sera-t-il frappé par les USA? «Vous le saurez bientôt», lance Trump
    Poutine évalue les possibles conséquences d'une guerre impliquant l'Iran
    Tags:
    querelle, gilets jaunes, élections européennes 2019, Mouvement 5 étoiles, Silvio Berlusconi, Nicolas Sarkozy, Luigi di Maio, Emmanuel Macron, Matteo Salvini, Italie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik