Ecoutez Radio Sputnik
    Crimée

    Une délégation britannique attendue pour la première fois en Crimée

    © Sputnik . Sergey Malgavko
    Lu dans la presse
    URL courte
    Izvestia
    Traduction de la presse russe (février 2019) (28)
    3183

    Une délégation représentative du Royaume-Uni se rendra en république de Crimée en avril 2019.

    Le dirigeant de la péninsule Criméenne Sergueï Aksionov a fait savoir dans une interview au quotidien Izvestia que le groupe composé d'une quinzaine d'hommes politiques, entrepreneurs et experts britanniques se rendra ce printemps en Crimée. C'est la première visite d'une délégation de la Grande-Bretagne dans la péninsule. 

    «Tous ces visiteurs participeront au 5e Forum économique international de Yalta (du 17 au 20 avril 2019, ndlr)», a annoncé le coprésident de la plateforme internationale Andreï Nazarov. Côté britannique est exprimé le désir d'établir des liens avec la région et de réaliser des projets d'affaires sur la péninsule.

    «Compte tenu de la tension actuelle dans les relations entre Moscou et Londres, la venue de cette délégation britannique joue un rôle majeur», explique Sergueï Aksionov. Selon lui, de telles visites permettent de «détruire les barrières artificiellement créées» et «contribuent à la normalisation des relations».

    Et de poursuivre: «La Crimée possède un immense potentiel d'investissement. Les entrepreneurs étrangers en sont conscients et souhaitent établir des liens commerciaux avec la région. De plus, dans un contexte d'hystérie antirusse et de fausses informations diffusées par certains médias concernant la vie sur la péninsule, de plus en plus de personnes veulent voir de leurs propres yeux la situation dans la république.»

    «En dépit de la position de Londres, les entreprises britanniques perçoivent des perspectives dans la coopération avec les entrepreneurs criméens. C'est particulièrement vrai dans le secteur industriel et du bâtiment. Nous sommes prêts à présenter les accomplissements de la république des cinq dernières années. Nous sommes certains que cela permettra d'attirer l'attention d'Albion sur la situation en Crimée et constituera une sorte de premier pas de rapprochement entre Londres et Moscou», a noté Andreï Nazarov.

    «Les activités comme le forum de Yalta, auxquelles participent des dizaines de représentants de différents pays, contribuent au renforcement de la paix internationale», estime Bill Etheridge, membre du Parti libertarien (Royaume-Uni).

    «Je me réjouis de l'opportunité de présider la délégation cette année. Malheureusement, dans la politique mondiale, des lignes de démarcation supplémentaires sont constamment créées entre les pays occidentaux et la Russie. J'espère que notre visite contribuera à l'établissement d'un dialogue, sans lequel il est impossible de régler les problèmes internationaux. Le début de la coopération entre les entrepreneurs et les experts serait déjà un grand succès. La péninsule ne doit pas restée isolée», a déclaré l'homme politique britannique.

    Malgré les nombreuses tentatives de l'UE, des États-Unis et de leurs alliés d'empêcher la reconnaissance de la Crimée en tant que région russe, ainsi que d'isoler par les sanctions cette péninsule du monde extérieur, les hôtes étrangers sont de plus en plus nombreux chaque année à visiter la péninsule. Rien que la délégation française, ayant le statut d'invitée d'honneur, comptera près de 50 personnes au 5e forum de Yalta. Le même statut a été accordé à la délégation syrienne qui sera dirigée par le Président syrien Bachar el-Assad.

    Il a été annoncé plus tôt que des groupes de compagnies de Chine et de Bahreïn étaient prêts à investir prochainement plus de 100 millions d'euros dans la construction de centrales en Crimée et la réalisation d'autres projets d'infrastructure sur la péninsule.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (février 2019) (28)

    Lire aussi:

    De nouveaux détails sur les causes possibles de l’incendie de Notre-Dame
    Moscou s’exprime sur les premiers résultats de la présidentielle en Ukraine
    Pour Thierry Mariani, voici pourquoi la crise des Gilets jaunes a commencé
    Tags:
    politiciens, entrepreneur, délégation, investissements, sanctions, Forum économique international de Yalta 2019, Parti libertarien Grande-Bretagne, Bill Etheridge, Sergueï Aksionov, Yalta, Royaume-Uni, Crimée, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik