Ecoutez Radio Sputnik
    La famille Romanov

    Anna Anderson, le mystère de la «fille survivante» de Nicolas II

    © Sputnik .
    Lu dans la presse
    URL courte
    Gazeta.ru
    Traduction de la presse russe (février 2019) (28)
    12280

    Anna Anderson est décédée dans la ville américaine de Charlottesville le 12 février 1984. Selon ses dernières volontés, son corps a été incinéré et ses cendres ont été placées sous une dalle funéraire avec l'inscription: «Anastasia Romanova. Anna Anderson».

    Bien que la parenté d'Anna Anderson avec le dernier empereur russe n'ait pas été reconnue officiellement, jusqu'au dernier jour de sa vie Anna insistait sur la véracité de ses propos et de sa santé psychique, écrit le site d'informatino Gazeta.ru.

    Fräulein Unbekannt

    En 1920, une patiente inhabituelle a fait son apparition à l'hôpital Elizabeth de Berlin. Elle avait été sauvée du suicide la veille par un policier qui patrouillait le long du canal Landwehr. N'ayant pas dévoilé son identité, elle a été inscrite dans le registre des admissions comme «Fräulein Unbekannt» — mademoiselle inconnue. Un mois plus tard, elle a été transférée à la clinique neurologique de Daldorf où elle a passé deux ans avec le diagnostic «maladie mentale à caractère dépressif».

    Elle a avoué aux médecins avoir voulu mettre fin à ses jours, sans jamais en révéler la cause car elle disait craindre pour sa vie. Les spécialistes ont écrit dans son carnet médical: «Laisse entendre qu'elle ne veut pas révéler son identité car elle craint des persécutions. Donne une impression de retenue engendrée par la peur. Plus de peur que de retenue.»

    De plus, pendant l'examen, les médecins ont déterminé que la jeune femme avait accouché moins de six mois avant sa tentative de suicide. Ils ont constaté sur la poitrine et le ventre de la patiente des nombreuses cicatrices, et sur la tête, derrière l'oreille droite, une cicatrice de 3,5 cm de long, si profonde qu'un doigt pouvait y entrer librement. La jeune femme possédait également une cicatrice sur le front, à la racine des cheveux, cachée par sa frange. En bas du pied droit se trouvait une cicatrice d'une blessure qui aurait pu être engendrée, selon les médecins, par une baïonnette russe.

    Cependant, cette patiente inhabituelle n'aurait pas attiré l'attention si un jour, dans la chambre de l'hôpital, n'avait pas fait son apparition un numéro du Berliner Illustrirte Zeitung où était publiée la photo des filles de Nicolas II.

    La ressemblance frappante de la «mademoiselle inconnue» avec Anastasia Romanova a été remarquée d'abord par sa voisine de chambre. Mais à toutes les questions, la jeune femme a placé un doigt sur les lèvres en disant: «Tais-toi!»

    C'est seulement en 1922, quand la jeune femme a enfin quitté l'hôpital, que les rumeurs sur son appartenance à la dynastie Romanov ont commencé à se répandre. La «Fräulein Unbekannt», installée dans la maison de la baronne Maria von Kleist qui lui avait rendu visite à la clinique plusieurs fois, les confirmait elle-même. C'est dans la famille von Kleist que la jeune femme a commencé à être appelée Anna.

    Avec le temps, elle a raconté pourquoi elle était venue à Berlin: le but d'«Anastasia» était de trouver la sœur de l'impératrice Alexandra (Alix de Hesse-Darmstadt). Cependant, ses «parents» ne l'ont pas reconnue et l'ont chassée de la maison, tout en condamnant son fils illégitime qu'elle avait laissé aux proches de son mari en Roumanie. Après cela, Anna aurait décidé de mettre fin à ses jours mais a été sauvée.

    Par la suite, des émigrés russes ont commencé, l'un après l'autre, à se rendre dans la maison de la baronne pour voir de leurs propres yeux «Anastasia rescapée». Tout le monde était préoccupé par une seule question: comment avait-elle pu survivre à l'exécution? La jeune fille affirmait s'être cachée derrière sa sœur aînée Tatiana. Sonnée par les coups de feu, elle aurait perdu connaissance et se serait réveillée quelques heures plus tard dans la maison d'un soldat, qui aurait réussi à sauver la fille de l'empereur tué. Elle serait ensuite partie en Roumanie avec la famille de ce soldat.

    Le mystère de la frange d'Anastasia

    L'entourage d'«Anastasia la survivante» s'est alors scindé en deux groupes: ceux qui la reconnaissaient comme l'une des filles de l'empereur, et ceux qui affirmaient qu'il s'agissait d'une malade psychique. L'impératrice douairière Maria, mère de Nicolas II et grand-mère supposée d'«Anastasia», qui habitait à l'époque au Danemark, a décidé de vérifier l'identité de la «princesse».

    Pour ce faire, elle a envoyé son valet Volkov, qui avait servi auprès de la famille du tsar et connaissait bien tous ses membres. «Anastasia» n'a pas reconnu son «vieil ami» et n'a pas convaincu ce dernier en faisant référence à certains faits spécifiques pendant leur conversation. Comme il s'est avéré plus tard, «Anastasia» était alors déjà très affectée par la tuberculose — elle pesait à peine 33 kg — et avait du mal à rassembler ses idées.

    D'autres Romanov ont ensuite pris contact avec Anna-Anastasia, sans cependant pouvoir tirer de conclusion définitive. Elle était plutôt considérée par la majorité comme une intruse, malgré le fait qu'elle se rappelait des surnoms intimes de beaucoup des membres de la famille et racontait des détails inconnus sur la détention de la famille du tsar à Tobolsk et à Ekaterinbourg. Bien que son récit détaillé de spectacles théâtraux présentés par des membres de la famille du tsar à Tobolsk ait été confirmé 30 ans plus tard dans les mémoires de Gibbes, tuteur des enfants de l'empereur, cela n'a joué aucun rôle particulier à l'époque.

    La véracité des paroles de la jeune fille n'a été reconnue que par deux représentants de la famille: Ksenia, arrière petite-fille de Nicolas II, et le grand prince Andreï. Comme Anna n'a pas réussi à prouver à l'amiable son appartenance à la famille, elle a saisi la justice afin de faire confirmer son droit d'hériter des biens de la cour impériale. Le procès, qui a débuté en 1938, a duré près de 30 ans. L'intruse a appelé comme témoins non seulement deux «parents» impériaux, mais aussi Gleb Botkine, médecin personnel de la famille. Ce dernier était resté près des princesses pendant toute leur enfance et a admis une ressemblance entre Anna et Anastasia.

    Les deux parties ont présenté leurs arguments. Le fait principal avancé par les opposants à la «résurrection» d'Anastasia résidait dans sa méconnaissance de la langue russe. Anna ne comprenait pas du tout le russe et ne savait pas le parler, alors qu'Anastasia avait couramment parlé sa langue maternelle. Tous les Romanov (à l'exception des deux personnes susmentionnées) insistaient sur ce fait. Ils soulignaient également que le caractère de l'intruse était trop violent, alors qu'Anastasia était par nature très gentille et facétieuse. Malgré son bas âge, elle assistait sa mère et ses sœurs qui travaillaient comme infirmières, aidait les personnes très malades à écrire des lettres à leur famille et leur lisait des livres.

    Les arguments de la défense semblaient plus sérieux: ils se basaient sur des faits confirmés par des analyses d'experts. Outre la similitude de taille, de couleur de cheveux et d'yeux et la pointure, les spécialistes soulignaient des nuances plus fines. Premièrement, selon les documents retrouvés, Anna souffrait d'une maladie congénitale des pieds très rare (un cas sur 17,75 millions de personnes), tout comme Anastasia. L'un des orthopédistes ayant participé à l'examen avait même souligné: «Il est plus facile de trouver deux jeunes filles du même âge et ayant les mêmes empreintes digitales que des signes de hallux valgus congénital».

    Qui plus est, la princesse avait un autre trait caractéristique: un grain de beauté de forme spécifique sur son dos. Sur celui d'Anna on ne voyait qu'une cicatrice profonde, laissée, selon elle, par la baïonnette de l'un des tueurs de sa famille.

    Les autres cicatrices de «Fräulein Unbekannt», enregistrées lors de son examen médical à la clinique, correspondaient aux blessures subies par Anastasia pendant l'exécution dans le sous-sol de la maison Ipatiev, reportée par l'enquêteur Tomachevski. La cicatrice sur son front était une autre coïncidence: Anastasia en avait eu une dès son enfance et était la seule princesse obligée de porter la frange spécialement pour la couvrir.

    On a également trouvé une explication logique au nom d'Anna. Au début du XXe siècle, il était en vogue en Russie de donner deux noms aux enfants: le premier pour l'usage quotidien et le deuxième (qu'on gardait secret) pour honorer son ange gardien. Anastasia Romanova est née le 18 juin 1901, et son baptême a eu lieu le septième jour de sa vie, selon la tradition orthodoxe. Pour la petite princesse, c'était le jour de la Sainte Anna.

    Une erreur fatale

    Ces arguments sérieux de la défense auraient pu persuader les détracteurs si Anna-Anastasia ne s'était pas immédiatement faite un ennemi — de manière absolument involontaire — en la personne d'un duc allemand. La raison d'une grande partie de la malchance de la jeune fille résidait dans son histoire naïve concernant l'arrivée de son oncle Ernest-Louis, grand-duc de Hesse-Darmstadt, en Russie en 1916. Cette visite, liée à la volonté de pousser Nicolas II vers une paix séparée avec l'Allemagne, restait un secret d'État — ce qu'Anna ne savait pas. Le prince et tous les autres ont activement tenté de démentir les propos d'Anna, mais elle tenait bon (et il a plus tard été confirmé qu'elle avait raison). Le grand-duc de Hesse-Darmstadt a donc été obligé d'accuser Anna de diffamation et de la proclamer comme une intruse.

    C'est sur la demande du grand-duc qu'Anna Anderson a subi un examen d'experts judiciaires. Il s'est d'abord agi d'une analyse graphologique menée en 1927 par le docteur Lucy Weizsäcker de l'Institut de graphologie. Après avoir étudié des échantillons de l'écriture d'Anna et les avoir comparés aux textes écrits par Anastasia alors que Nicolas II était encore vivant, la spécialiste a conclu qu'il s'agissait de la même personne.
    Des décennies après, le tribunat de Hambourg a chargé un autre graphologue, le docteur Minna Becker, de confirmer cette analyse. Elle a étudié les échantillons pendant quatre ans. En présentant son rapport, elle a conclu: «Je n'ai jamais vu tellement de signes de similitude entre deux textes écrits par deux personnes différentes».

    Les conclusions de Becker ont détruit les arguments de ceux qui mettaient l'accent sur la méconnaissance de la langue russe par Anna. Le fait est qu'on a présenté à l'experte deux textes — en russe et en allemand — écrits par Anna Anderson. En évoquant les textes russes d'Anna, le docteur Becker a noté: «On a l'impression qu'elle s'était retrouvée dans un environnement familier».

    Le dernier argument du tribunal, qui refusait toujours de reconnaître Anna comme la princesse russe, résidait dans la non-conformité entre l'oreille droite d'Anna et celle d'Anastasia Romanova. Cette conclusion a été tirée par une analyse menée dans les années 1920. Personne n'avait voulu vérifier ces données pendant des années, alors que le docteur Moritz Furtmayr, l'un des experts judiciaires les plus reconnus d'Allemagne de l'Ouest, a annoncé en 1976 l'une des erreurs médicales les plus ridicules: ainsi, son analyse a établi que les experts avaient utilisé pour leur comparaison une photo établie à partir d'un négatif inversé. A cause de cette erreur ils ont comparé l'oreille droite d'Anastasia Romanova à l'oreille gauche de Fräulein Unbekannt: la différence était donc évidente.

    Après avoir comparé les photos d'Anastasia avec un cliché de l'oreille droite d'Anna Anderson, Moritz Furtmayr a établi la similitude dans 17 positions anatomiques. Les tribunaux d'Allemagne de l'Ouest n'en demandaient que 5 pour établir l'identité.

    Je suis Anastasia

    Mais il était déjà trop tard: le tribunal n'a pas modifié son jugement. En 1961, le tribunal de Hambourg a déclaré qu'Anna Anderson n'avait rien à voir avec Anastasia Romanov. La Cour d'appel supérieure du Sénat a confirmé cette position: les juges n'ont pas non plus été convaincus par les arguments de la plaignante. Ils ont adopté un jugement négatif et n'ont donc pas reconnu son droit à gérer tous les biens de la famille du dernier empereur russe. Ils n'avaient pourtant trouvé aucune preuve sérieuse pour affirmer avec certitude que cette femme n'était pas Anastasia.

    Le tribunal ne pouvait pas compter sur les témoins principaux de l'exécution de la famille du tsar car ils se trouvaient en URSS, derrière le Rideau de fer. Quant à l'Union soviétique, elle n'évoquait pratiquement pas le meurtre des Romanov par les bolcheviks: tous les documents relatifs à cette affaire étaient classifiés. La presse soviétique n'a rien rapporté non plus sur l'affaire Anna Anderson à l'étranger.

    Suite à la fin de ce procès laborieux de 30 ans, Anna a publié le livre Je suis Anastasia ressemblant davantage à un roman qu'à une source historique.
    Ensuite, Anna Anderson est partie aux États-Unis où elle a épousé en 1968 le professeur John Manahan, avec qui elle a fini sa vie dans l'État de Virginie.

    Les historiens ont soulevé des questions sérieuses au milieu des années 1990, après la découverte dans les environs d'Ekaterinbourg d'un tombeau avec les restes de l'ancien empereur russe Nicolas II, de sa femme, de ses enfants et de leurs serviteurs proches. Leurs dépouilles ont été réinhumées dans la forteresse Pierre-et-Paul le 18 juillet 1998. La commission d'enquête publique a établi à l'époque qu'aucun représentant de la famille du tsar n'avait survécu.

    Elle a visiblement commis une erreur. Selon le docteur William Maples, directeur du C.A. Pound Human Identification Laboratory invité pour réaliser l'analyse, une autre personne avait été identifiée comme Anastasia. Selon sa théorie, le squelette №6, présenté par les anthropologues russes comme celui d'Anastasia, serait en réalité celui de sa sœur Maria. L'expert britannique Peter Gill a tiré les mêmes conclusions quelques années après.

    Ces données n'ont pourtant pas modifié la position des experts russes, qui ont officiellement validé le 30 janvier 1998 un rapport présentant ce squelette comme celui de la princesse Anastasia. Ce texte historique, approuvé par beaucoup de signatures personnelles, était erroné: ainsi, on a transmis pour l'inhumation les restes de «Romanov Anastasia, née en 1899». Autrement dit, on a mis la date de naissance de la princesse Maria en face du nom d'Anastasia.

    Qui plus est, une nouvelle exhumation des dépouilles de Nicolas II et des membres de sa famille a établi que les restes de la princesse Maria (Anastasia) et du prince Alexeï ne se trouvaient pas dans la tombe. Ce fait a agité l'opinion publique et suscité une nouvelle vague d'intruses qui se présentaient comme la princesse survivante.

    Dans tous les cas, les dépouilles restantes des enfants du tsar ont été trouvées en 2007 à proximité de la fosse principale, alors qu'Anna Anderson avait indiqué dans son testament la volonté d'être incinérée. Ainsi, son appartenance présumée à la famille Romanov reste toujours un mystère.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (février 2019) (28)
    Tags:
    mystère, usurpateur, exhumation, fille, Anastasia Romanova, Anna Anderson, Nicolas II (empereur russe), URSS, États-Unis, Ekaterinbourg, Allemagne, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik