Ecoutez Radio Sputnik
    Yémen

    La Russie ne divise pas les Yéménites en «bons» et «mauvais», selon l'ambassadeur russe

    © AFP 2019 AHMAD AL-BASHA
    Lu dans la presse
    URL courte
    Kommersant
    Traduction de la presse russe (février 2019) (28)
    2101

    Les accords de Stockholm sur le Yémen ont-ils échoué? Quels sont les principaux acteurs qui influent aujourd'hui sur le règlement du conflit au Yémen? L'ambassadeur de Russie au Yémen, Vladimir Dedouchkine, a répondu aux questions du quotidien Kommersant.

    Vladimir Dedouchkine, ambassadeur de Russie au Yémen, a accordé une interview au quotidien Kommersant. Sputnik cite des extraits de cet entretien. 

    Question: Pourquoi la mise en œuvre des accords de Stockholm est-elle à ce point retardée?

    V.D.: «Malheureusement, le contexte médiatique autour des négociations yéménites est très négatif. Les deux parties s'accusent constamment de saper les accords de Stockholm, les médias parlent d'un échec et disent qu'une nouvelle guerre va commencer. J'ai participé aux négociations de Stockholm, notamment dans le cadre du groupe d'ambassadeurs représentant les membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies.

    Nous avons travaillé avec les deux camps en conflit pour qu'ils rapprochent leurs positions. Deux accords importants ont été conclus à Stockholm: un sur les prisonniers de guerre et un autre sur Hodeïda. Un comité bilatéral de coordination pour le processus de paix a également été créé dans la troisième plus grande ville du pays, Ta'izz. L'accord sur Hodeïda était le plus important. Pour la première fois en quatre ans de guerre, une entente a été conclue sur la séparation des belligérants.

    Cela ne s'était encore jamais produit. Aucun des prédécesseurs de l'envoyé spécial du secrétaire général de l'Onu pour le Yémen Martin Griffiths n'y était parvenu. Les négociateurs ont fixé un calendrier à Stockholm. Malheureusement, ils n'a pas été respecté. Mais il faut comprendre à quel point les négociations étaient difficiles, l'immense méfiance qui existe entre les deux camps, dont chacun est prêt à poursuivre la guerre. Il faut l'empêcher.

    Ce qui a été accompli lors des négociations sur Hodeïda est le maximum de ce qui pouvait l'être à cette étape. Des accords généraux ont été mis au point, et à présent il est question de détails concrets.

    Aujourd'hui, dans le cadre de la résolution 2452, une mission de l'Onu est créée pour soutenir l'entente sur Hodeïda. C'est une démarche très sérieuse. Pour la première fois de l'histoire du conflit yéménite sera créée une structure de l'Onu chargée de contrôler le respect du cessez-le-feu et la séparation entre les belligérants. Cette mission sera composée de 75 observateurs sous le commandement du général danois Michael Lollesgaard».

    Question: La question relative à l'échange de prisonniers de guerre paraît plus simple, mais rien ne se passe non plus — en dépit des listes rédigées. Tous les délais fixés ont déjà été dépassés.

    V.D.: «En effet, les deux camps ont présenté leur liste. Il s'agit de près de 15.000 personnes au total (7.000 d'un côté et 8.000 de l'autre). Mais il faut comprendre où sont en réalité ces individus, et s'ils sont réellement prisonniers. Ils ont peut-être été tués, ou ont quitté le pays. Il est important aujourd'hui de dresser la liste de ceux qui sont effectivement prisonniers.

    Certains pensent qu'il suffit d'appuyer sur un bouton, de faire pression sur quelqu'un pour que tout se termine. Mais beaucoup de choses dépendent des intérêts économiques, régionaux et politiques des parties. La pression politique ne fait pas tout.

    Par ailleurs, il existe une différence fondamentale entre la politique de la Russie et celle des pays occidentaux. Nous ne classons personne entre bons et mauvais. Nous mettons en avant notre attitude équilibrée envers les belligérants. En aucun cas nous ne nous ingérons dans les affaires intérieures des États et ne cherchons à imposer à personne notre volonté et notre mode de vie. Même en ce qui concerne l'aide humanitaire, nous essayons de l'apporter de manière équilibrée — un avion à Aden et un avion à Sanaa. Nous pensons que c'est aux Yéménites de régler leurs problèmes, nous essayons seulement de les aider à trouver un terrain d'entente.

    La politique de classement des alliés, comme le fait l'Occident et avant tout les USA, est une politique de division qui entraîne l'aggravation des différends intérieurs au sein de tout État. Les Yéménites le ressentent parfaitement. Demandez à n'importe quel Yéménite, quel que soit son camp dans le conflit, ce qu'il pense de la Russie. On vous répondra que c'est le seul pays auquel il est possible de faire confiance. Et cette confiance est très importante. Ils savent que nous ne mentons pas et ne poursuivons pas des intérêts géopolitiques, y compris au Yémen».

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (février 2019) (28)

    Lire aussi:

    La septuagénaire blessée ce samedi à Nice «est dans le coma», selon son avocat
    Un policier à terre place de la République, un pompier lui prodigue un massage cardiaque
    Pour Schiappa, «contester la parole du chef de l’État», c’est «un pas vers le terrorisme»
    Tags:
    crise humanitaire, ambassadeur, guerre, ONU, Vladimir Dedouchkine, Hodeida, Yémen, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik