Ecoutez Radio Sputnik
    Rougeole

    Pourquoi l'Ukraine est le pays le plus touché par la rougeole

    © AP Photo/ Eric Risberg
    Lu dans la presse
    URL courte
    Vzgliad
    Traduction de la presse russe (mars 2019) (34)
    8222

    Kiev vient de battre un triste record: l'Onu a officiellement déclaré que l'Ukraine était le pays où la rougeole se répandait le plus rapidement au monde. Pourquoi les Ukrainiens ont-ils commencé à mourir de la rougeole et pourquoi la région de Lvov est-elle la plus vulnérable?

    En URSS, la rougeole était quasiment considérée comme exotique, mais aujourd'hui l'Ukraine est passée devant des pays comme le Yémen et le Soudan pour égaler la morbidité des Philippines, écrit le quotidien Vzgliad.

    Le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) a annoncé que l'Ukraine avait enregistré le plus fort taux de morbidité de la rougeole l'an dernier.

    «La plus grande augmentation du nombre de cas de rougeole entre 2017 et 2018 a été enregistrée en Ukraine, aux Philippines et au Brésil. Rien qu'en Ukraine, 35.120 cas de rougeole ont été recensés en 2018. Selon le gouvernement, encore 24.042 personnes ont été infectées au cours des deux premiers mois de l'année 2019», indique le site de l'Unicef. Dans le top-10 se trouvent également le Yémen, le Venezuela, la Serbie, Madagascar et le Soudan.

    Il y a encore six mois, selon l'Unicef, le nombre d'enfants ukrainiens vaccinés contre la rougeole était de seulement 42% — à peine plus qu'au Soudan.

    «En Ukraine, l'Unicef apporte un soutien permanent pour accélérer l'immunisation planifiée à travers le pays et régler les problèmes d'incertitude par rapport aux vaccins, notamment en déployant des efforts supplémentaires par rapport à la dernière éclosion qui a emporté 30 vies depuis 2017», informe le communiqué.

    L'Unicef note également que souvent, les enfants contractent la rougeole «même dans les endroits où cela n'est absolument pas logique», et désigne «la désinformation, la méfiance et la complaisance» comme une cause réelle de l'épidémie.

    Le Fonds a déclaré que la région la plus touchée était celle de Lvov, «où l'attitude négative envers l'immunisation et la pénurie antérieure de vaccins ont conduit à des indices de vaccination bas». Avec le soutien de l'Unicef, le ministère ukrainien de la Santé a déjà lancé une campagne d'immunisation dans cette région.

    Les spécialistes sont unanimes quant aux raisons du retour mondial de la rougeole: si, dans les pays du Tiers monde, il n'y a souvent pas suffisamment de vaccins, dans les pays plus développés c'est le refus en nombre de se faire vacciner pour des questions de principe. Dans son communiqué l'Unicef accuse également indirectement le «mouvement anti-vaccin».

    La semaine dernière, 3.142 personnes sont tombées malades en Ukraine. D'après le ministère de la Santé, huit personnes, dont deux enfants, sont déjà mortes cette année. Les indices les plus élevés sont enregistrés, outre dans la région de Lvov, dans une autre région à l'ouest du pays: Rovno. Les régions de Vinnitsa, de Khmelnitski et Kiev sont également en tête du classement.

    Guennadi Onichtchenko, premier vice-président de la commission de la Douma (chambre basse du parlement russe) pour l'éducation et la science, ancien médecin sanitaire en chef de la Russie, est inquiet de constater des morts d'adultes et d'enfants à cause de la rougeole dans le pays voisin.

    «Quand nous vivions tous dans un même pays, l'Union soviétique, nous agissions selon un programme commun d'éradication de la rougeole. Jusqu'à récemment, le taux de morbidité de la rougeole en Ukraine était très faible, avec seulement sept cas sur 100.000 habitants en 2010 par exemple. Autrement dit, l'Ukraine gérait la situation», rappelle Guennadi Onichtchenko. Il pense que l'épidémie actuelle est due à «l'irresponsabilité criminelle des autorités en place, qui ont renoncé à la vaccination».

    «Comment la situation peut-elle s'améliorer s'ils n'ont pas de vaccins? Ils n'en ont pas. C'est le plus grave des problèmes. L'État n'achète pas les vaccins en quantité nécessaire», s'indigne le médecin.

    D'après ce dernier, hormis la vaccination des nouveau-nés (entre 420.000 et 450.000 personnes par an) Kiev a besoin d'amorcer une «immunisation totale de toute la population adulte».

    «La moitié de la population adulte de l'Ukraine n'est pas immunisée contre la rougeole. Ils ne le font plus depuis 2009. Auparavant déjà, ils se vaccinaient de manière chaotique. Aujourd'hui il faudrait au moins vacciner toutes les personnes d'un âge socialement actif. C'est un grand travail logistique, il faut constituer des brigades, les approvisionner en seringues. Mais ce n'est pas à la hauteur de leurs moyens parce que l'économie est au plus mal, et qu'ils s'amusent à jouer aux élections», poursuit Guennadi Onichtchenko.

    Ce dernier se souvient de la récente session de l'Assemblée parlementaire de l'OSCE à Vienne. Pendant la réunion finale, Guennadi Onichtchenko a prononcé un discours sur la propagation de la rougeole en Ukraine.

    «J'ai appelé les députés européens et le Bureau régional de l'OMS pour l'Europe à exiger du gouvernement ukrainien qu'il remplisse ses engagements en matière de vaccination de la population. J'ai dit que la Russie était prête à étudier la possibilité de livrer des vaccins à titre d'aide humanitaire. Mais cela ne peut pas être fait de force. Ces gens enivrés par l'aggravation de leur schizophrénie ne l'accepteront pas. Ils préféreront s'étrangler. Néanmoins, la Russie reste disposée à influencer ces processus à travers l'OMS. Nous sommes également prêts à aider avec des spécialistes», rappelle le médecin. Les politologues ne pensent pas que les autorités de l'Ukraine ont sciemment décidé de renoncer à l'héritage soviétique dans le domaine de la santé.

    «Cette situation découle de l'effondrement économique du pays. Si l'économie ne fonctionne pas, l'État n'a tout simplement pas d'argent pour remplir ses fonctions. L'effondrement du système de vaccination contribue naturellement à la propagation de l'épidémie. Mais il est temps de parler non seulement du système de vaccination, mais également de l'ensemble du système de sécurité infectieuse», a déclaré le politologue ukrainien Rostislav Ichtchenko, président du Centre d'analyse systémique et de prévision.

    D'après l'expert, la ministre ukrainienne de la Santé par intérim Ouliana Souproun est personnellement responsable de la situation.

    «Dans l'ensemble, l'État ukrainien s'est dégagé de ses engagements sociaux. L'effondrement n'a pas seulement lieu dans le domaine de la santé, mais également dans celui des services communaux. Partout où le financement public est nécessaire, soit il est absent, soit il manque cruellement. Après tout, Ouliana Souproun n'est pas apparue par hasard, elle est nécessaire en tant que personne qui assumera la responsabilité de la déshumanisation de la médecine. Cela fait plusieurs fois qu'on a tenté de virer Souproun, néanmoins les siens ne l'abandonnent pas», déplore Rostislav Ichtchenko.

    En Russie, notamment à Moscou, les cas de rougeole cet hiver sont également devenus plus fréquents. «Il n'y a pas d'épidémie, mais des éclosions de foyers», a déclaré à ce sujet l'académicien Viktor Maleev de l'Académie russe des sciences médicales, docteur ès sciences médicales et expert en infections. Et de poursuivre: «Des cas isolés sont observés, mais l'indice n'est pas au même niveau que la grippe. La solution est très simple: la vaccination.»

    La Russie a récemment transmis gratuitement 100.000 vaccins contre la rougeole à la Biélorussie, car la république se trouve dans une zone à risque à cause de son voisinage avec l'Ukraine.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (mars 2019) (34)

    Lire aussi:

    Les USA donneraient 15 jours à la Turquie pour renoncer aux S-400 russes
    Une instagrameuse a abîmé à coups de marteau une statue vieille de 200 ans pour impressionner ses abonnés (vidéo)
    GNL américain: la Chine annonce la sentence
    Tags:
    vaccination, rougeole, vaccin, épidémie, Unicef (Fonds des Nations unies pour l'enfance), Ouliana Souproun, Brésil, Ukraine, Philippines
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik