Ecoutez Radio Sputnik
    F-35

    Y a-t-il une nouvelle stratégie US pour une éventuelle guerre contre Moscou et Pékin?

    © AP Photo/ Ariel Schalit
    Lu dans la presse
    URL courte
    Nezavissimaïa gazeta
    Traduction de la presse russe (mars 2019) (34)
    40587

    Le Pentagone développerait une nouvelle stratégie face à Moscou et Pékin.

    Avant le discours du commandant de l'armée de l'air américaine David Goldfein à la Brookings Institution le 19 février dernier, les experts militaires avaient seulement entendu parler d'une certaine «nécessité de frapper les principaux adversaires des USA». Mais les spécialistes ne savaient certainement pas que le Pentagone élaborait alors déjà une nouvelle stratégie de guerre contre la Russie et la Chine, écrit le quotidien Nezavissimaïa gazeta. Le journaliste qui a décrit cet événement pour le magazine allemand Telepolis a noté que la nouvelle stratégie américaine faisait penser au fameux Cheval de Troie.

    Les généraux et amiraux américains évoquent constamment la nécessité d'élaborer de nouveaux concepts d'opérations contre la Russie et la Chine. Lors d'une conférence de l'Atlantic Council début février, l'amiral John Richardson, chef des opérations navales des USA, a accusé la Russie et la Chine d'avoir l'intention d'utiliser leurs flottes afin de prendre des territoires terrestres et maritimes d'autres pays pour y instaurer leur pouvoir.

    «L'heure est venue d'agir les premiers», avait-il alors déclaré.

    Deux semaines plus tard, le général Goldfein a officiellement déclaré que d'ici un an son département élaborerait avec l'armée de terre, l'infanterie de marine et la marine des États-Unis un concept d'opération contre Moscou et Pékin, c'est-à-dire la nouvelle stratégie d'une future guerre éventuelle. Cette dernière consisterait en une invasion discrète en profondeur sur le territoire de ces pays.

    Cette stratégie s'appuie sur l'utilisation de l'avantage asymétrique de l'armée américaine agissant au sein de formations unifiées, qui forceront l'ennemi à remplir simultanément une multitude de tâches stratégiques et tactiques complexes, ainsi qu'à réagir aux frappes sur des axes très diversifiés et non définis à l'avance. Le nouveau plan stratégique du Pentagone contient l'idée d'une pénétration conjointe discrète des unités américaines sur le territoire ennemi au sol, par les airs, en mer et sous l'eau, pour placer l'adversaire dans une situation extrêmement difficile.

    Le général a également noté que la création de nouveaux moyens, formes et méthodes de pénétration des troupes américaines sur le territoire de la Russie et de la Chine demanderait 135 milliards de dollars.

    Le général a tenu ces propos dans un contexte où de nombreux représentants officiels américains soulignent le renforcement excessif de l'agressivité de la Russie et l'accroissement de son potentiel militaire. Les politiciens, les hauts fonctionnaires et les militaires sont également préoccupés par le renforcement des capacités militaires de la Chine, qui entraîne la réduction de l'écart entre les forces armées de Pékin et de Washington et menace le leadership des États-Unis sur la scène mondiale.

    Comme le font remarquer plusieurs médias russes et étrangers, les nouvelles idées stratégiques du Pentagone s'appuient sur la mise en place des conditions pour porter des frappes inattendues et de haute précision contre les points faibles de l'ennemi, tout en évitant l'affrontement avec les unités bien organisées et renforcées des armées russe et chinoise. Comme l'a noté le général, les termes de la nouvelle stratégie s'étendront à tous les corps d'armée américains, mais un accent particulier sera mis sur l'usage d'escadrilles de chasseurs F-35 qui joueront le rôle de pointeurs et coordonneront les actions des unités offensives pour lancer les frappes.

    «C'est un changement fondamental aussi bien sur le plan culturel que technique», a déclaré le général.

    «Si la Chine, la Russie ou un autre adversaire voyait un jour un F-35 dans son espace aérien, cela signifierait: «Nous sommes là». Et non «Je suis là», car il est peu probable qu'un F-35 agisse en solitaire. Il représenterait seulement la partie infiltrée des forces unifiées», a souligné David Goldfein.

    «Cela signifiera: nous sommes là, nous sommes là depuis longtemps, nous vous observons depuis longtemps, nous savons ce qui se passe et avons déjà franchi toute la défense sur laquelle vous comptiez», a noté le général. Et d'ajouter: «Votre défense est trouée comme le fromage suisse, nous savons où sont ces trous, nous pouvons les utiliser, nous pouvons passer à travers et tenir votre territoire dans notre ligne de mire.»

    Selon le général, les forces spéciales des USA agiront parallèlement au sol et les sous-marins seront à proximité des côtes de l'ennemi. «Il s'agira d'une guerre de réseau en temps réel où non seulement les avions ou les sous-marins, mais également les forces terrestres devront être furtives», explique le commandant de l'armée de l'air.

    Telepolis note que comme avec de nombreux systèmes d'armement dont l'efficacité n'est pas prouvée en réalité, les plans des militaires américains ont avant tout un objectif de propagande et de dissuasion par la guerre de l'information. Le magazine indique que les militaires doivent souligner leur importance et obtenir un financement, ce pour quoi il faut inventer et «vendre» de nouvelles idées.

    Comme l'a déclaré début mars le chef d'état-major des forces armées russes Valeri Guerassimov, les USA travaillent à une stratégie de «Cheval de Troie», qui combine des outils de pression politique à l'intérieur de la Russie avec des frappes militaires.

    «Le Pentagone a entamé l'élaboration d'une toute nouvelle stratégie d'activités militaires qui a déjà été baptisée «Cheval de Troie». Elle consiste à utiliser activement le potentiel protestataire de la cinquième colonne afin de déstabiliser la situation tout en lançant simultanément une frappe avec des armes de haute précision contre les sites les plus importants», a déclaré le général.

    Selon lui, de son côté la Russie prépare sa «stratégie de défense active», élaborée avec la participation de «chercheurs militaires». «Les travaux des chercheurs militaires doivent viser à valider les mesures en cours d'élaboration. C'est l'un des domaines prioritaires de garantie de la sécurité de l'État. Nous devons devancer l'ennemi dans le développement de la stratégie militaire, avoir une longueur d'avance», a expliqué le général Guerassimov.

    Toutefois, le général américain Goldfein, dans son discours publié sur YouTube, ne disait pas que le Pentagone avait l'intention d'utiliser des éléments de pression politique, notamment la cinquième colonne, et n'a pas mentionné le «Cheval de Troie» dans son allocution.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (mars 2019) (34)

    Lire aussi:

    Un homme armé d’un couteau commet une agression à Villejuif, il aurait crié «Allahu Akbar»
    Madonna et les candidats islandais sortent un drapeau palestinien lors de l’Eurovision en Israël (images)
    Une explosion vise un car de touristes près des pyramides en Égypte (photos)
    Tags:
    stratégie, guerre, F-35 Lightning II, Valéri Guérassimov, Chine, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik