Ecoutez Radio Sputnik
    Arctique, image d'illustration

    La catastrophe climatique imminente touchera notamment la Russie, les USA et le Canada

    CC0 / Wolf Schram
    Lu dans la presse
    URL courte
    Lenta.ru
    Traduction de la presse russe (mars 2019) (34)
    18711

    Des experts de l'Onu affirment que même si l'humanité revenait immédiatement à la raison, les émissions anthropiques entraîneraient tout de même un réchauffement climatique et des changements catastrophiques.

    Des experts de l'Onu sont parvenus à la conclusion que même si l'accord de Paris sur le climat de 2015 était mis en application tout de suite et que les émissions de CO2 cessaient rapidement, ce qui est pratiquement impossible, nous ne pourrions pas éviter une hausse de la température globale de 1,5 degré, écrit lundi 18 mars le site d'information Lenta.ru.

    De plus, il est fort probable que l'humanité échoue dans ses efforts pour empêcher un réchauffement de deux degrés. Les humains devront s'adapter à vivre dans un monde en réchauffement dans les décennies à venir. Ce n'est rien d'autre qu'une catastrophe environnementale à l'échelle planétaire.

    La région la plus vulnérable de la planète est l'Arctique, mais les changements qui s'opèrent affectent le climat de tout l'hémisphère nord. Selon les experts, les températures d'hiver y augmenteront inévitablement de 3 à 5°C d'ici 2050 et de 5 à 9°C d'ici 2080. Par conséquent, une importante fonte des glaces se produira dans les régions polaires, ce qui fera monter le niveau de la mer à travers toute la planète.

    Danger pour quatre millions de personnes vers 2050!

    D’après le rapport, les peuples autochtones du Grand-Nord, dont 70% vivent en Russie, commencent déjà à se heurter aux premiers indices de la crise alimentaire provoquée par l’effet néfaste des changements climatiques sur les écosystèmes locaux. Vers 2050, la fonte du pergélisol représentera un danger pour quelque quatre millions de personnes et pour la majeure partie de l’infrastructure installée au-delà du cercle polaire.

    Les simulations climatiques montrent qu'au rythme actuel des émissions de CO2, d'ici 2030 l'été arctique sera entièrement privé de glace. La fonte des glaciers et du bouclier de glace du Groenland contribue de plus en plus à la montée de la mer. Cependant, l'arrêt des émissions ne serait pas en mesure de changer considérablement la situation: le permagel diminuera de toute façon de 45% par rapport à son étendue actuelle. C'est une immense bombe climatique à retardement, car cette glace renferme 1.672 milliards de tonnes de carbone.

    Impact anthropique?

    Il est relativement difficile de déterminer la cause des changements climatiques, mais les nombreuses recherches scientifiques ont obtenu des preuves irréfutables de l'impact anthropique. On sait que la combustion des hydrocarbures entraîne l'émission annuelle de 8 milliards de tonnes de carbone (30 milliards de tonnes de CO2). Ce qui dépasse d'environ 100 fois les estimations les plus larges de la contribution maximale de volcans à l'émission de gaz à effet de serre chaque année.

    Afin d'expliquer comment la situation évoluera, les chercheurs font appel aux simulations climatiques. Ces dernières sont une description mathématique de l'interaction entre l'atmosphère, l'océan, la surface terrestre, les glaciers et la radiation solaire. De telles simulations ne peuvent pas prédire si l'année prochaine sera chaude ou froide, mais permettent de déterminer la tendance moyenne pour des dizaines et des centaines d'années.

    D'après le rapport du Groupe intergouvernemental d'experts pour les changements climatiques, les simulations qui ne tiennent pas compte de la hausse anthropique de la concentration de CO2 dans l'atmosphère ne correspondent pas aux observations actuelles.

    Le système climatique est doté de rétroaction positive et l'indétermination dans les pronostics penche plutôt du côté de la sous-estimation des conséquences. Ainsi, les pronostics du Groupe intergouvernemental amoindrissent la situation réelle: les photos satellites montrent notamment que la hausse du niveau de la mer augmente plus rapidement que les prévisions. De la même manière, la fonte des glaces dépasse les prédictions de 40%.

    Pire qu'un astéroïde

    Ce n'est pas la première fois que le climat connaît des changements, d'ailleurs le dioxyde de carbone en est la principale force motrice. Quand son taux augmentait, il y avait un réchauffement et vice versa. Les changements des époques glaciaires, les maximas thermiques et d'autres changements paléoclimatiques ont toujours entraîné de graves changements environnementaux et la disparition de nombreuses espèces animales. Le problème est que maintenant le taux de rejet de dioxyde de carbone dépasse de beaucoup les processus naturels qui se sont produits dans le passé.

    Les premières victimes

    Les animaux ne sont pas les seuls à avoir été victimes des changements climatiques. D'après un rapport de l'ONG Christian Aid, les phénomènes météorologiques extrêmes causés par les changements climatiques anthropiques ont déjà coûté la vie à des milliers de personnes et causé d'énormes dégâts économiques de plusieurs dizaines de milliards de dollars.

    L'ouragan Florence, qui a frappé la côte sud-est des États-Unis, a provoqué de fortes pluies 50% plus fortes que d'habitude et ce justement en raison du changement climatique. Au même moment, les inondations au Japon ont tué 230 personnes. Dans le monde entier, les chaleurs et les sécheresses sont 30 fois plus probables en raison de l'augmentation de la température moyenne. Il a été rapporté plus de 60 décès par coup de chaleur au Japon, environ 70 au Canada et plusieurs douzaines dans des pays européens. Et ces chiffres ne tiennent pas compte du fait que des milliers de personnes ont été hospitalisées en raison de la détérioration de leur santé.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (mars 2019) (34)

    Lire aussi:

    Un classement des 20 meilleurs smartphones actuels en rapport qualité-prix
    De nouveaux détails sur les causes possibles de l’incendie de Notre-Dame
    Le gouvernement sri-lankais indique l'auteur de la série d'attentats au Sri Lanka
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik