Ecoutez Radio Sputnik
    Palais présidentiel à Luanda, Angola

    L'Angola se dit ouverte à la coopération approfondie avec la Russie

    © Sputnik . Alexey Babushkin
    Lu dans la presse
    URL courte
    Vzgliad
    Traduction de la presse russe (avril 2019) (29)
    2272

    Le Président angolais Joao Lourenço est arrivé à Moscou où il rencontre le 4 avril Vladimir Poutine. Les Angolais, qui ont réussi à défendre leur indépendance en grande partie grâce à l'aide russe, veulent renforcer les relations avec Moscou, écrit la presse russe.

    Ces dernières années, on évoque souvent l'«expansion» russe en Afrique, indique le quotidien Vzgliad. Et voici un nouveau pays africain dans son collimateur. Tout au long de l'année 2018 on a parlé de la Centrafrique, où avaient été trouvés plusieurs dizaines de conseillers russes. Récemment a été évoqué le cas de Madagascar où des consultants politiques russes auraient travaillé lors de la présidentielle.

    Ceci étant dit, la Russie a bien des intérêts économiques et politiques dans le centre de l'Afrique et sur l'île, et plusieurs pays d'Afrique noire ont des relations bien plus profondes et sérieuses avec la Russie. L'Angola en fait partie, dont le Président Joao Lourenço est arrivé mercredi à Moscou pour une visite officielle.

    Il s'agit du premier voyage de ce dernier en Russie en tant que chef d'État après son élection il y a un an et demi, mais ce n'est pas sa première rencontre avec Vladimir Poutine. Les deux Présidents s'étaient rencontrés l'an dernier en Afrique du Sud, où le chef de l'État russe s'était rendu pour assister au sommet des Brics. Leur rencontre avait commencé par les salutations réciproques d'usage, mais ce que le Président angolais avait dit à son homologue russe reflétait assez clairement l'attitude de son pays envers la Russie:

    «Pendant la Guerre froide, beaucoup nous considéraient comme des terroristes. Vous faisiez partie des rares qui nous voyaient comme un peuple ayant le droit de se battre pour son indépendance. En 42 ans d'indépendance angolaise, la Russie ne nous a jamais tourné le dos, elle était toujours de notre côté et nous a aidé à combattre le régime d'apartheid. Soyez certains que le peuple angolais n'oubliera jamais l'amitié entre nos pays, qui a été forgée dans la lutte. Nous savons également que certains citoyens russes sont morts en combattant pour l'indépendance de l'Angola».

    Après l'obtention de l'indépendance de l'Angola en 1975, Joao Lourenço est venu à Moscou faire ses études à l'Académie militaro-politique. Des spécialistes et militaires soviétiques ont effectué des missions dans ce pays. Au milieu des années 1980 se trouvait parmi eux le traducteur russo-portugais Igor Setchine, qui fera quelques années plus tard la connaissance de Vladimir Poutine avant de devenir l'un de ses collaborateurs les plus proches.

    Joao Lourenço dirige le pays depuis 2017 seulement, après un règne de presque 40 ans de José Eduardo dos Santos, également diplômé d'une université soviétique (l'École supérieur du pétrole de Bakou). Après la chute de l'URSS, l'Angola s'est transformé et passé du socialisme au modèle social-démocrate, et les proches de Santos ont progressivement occupé divers postes importants tant bien dans le monde des affaires qu'au sein du pouvoir politique.

    Il y a deux ans, José Eduardo dos Santos, alors âgé de 75 ans, a décidé de ne pas se représenter, et sur sa proposition c'est Lourenço, ministre de la Défense, qui a été élu. Ce dernier n'est pas devenu un Président nominal: les proches de José Eduardo dos Santos ont perdu leurs postes de direction dans différentes compagnies (sa fille aînée Isabel dos Santos n'est plus à la tête de la compagnie pétrolière publique) et dans le service public, l'un des fils de l'ex-Président a même été arrêté. L'automne dernier, José Eduardo dos Santos a cédé sa place de chef du Mouvement populaire de libération de l'Angola à Joao Lourenço, marquant ainsi la fin de la passation du pouvoir.

    Après une longue interruption des visites bilatérales au sommet, le Président de plein droit est donc arrivé à Moscou pour rencontrer son homologue. José Eduardo dos Santos s'était rendu pour la dernière fois en Russie en 2006 (et la première fois, également en tant que Président, en 1979, à l'époque de Leonid Brejnev), puis il avait reçu en 2009 à Luanda Dmitri Medvedev, qui avait été le premier chef de l'État russe à se rendre en Angola.

    Moscou s'est très sérieusement préparé pour la visite actuelle de Joao Lourenço. Deux hauts représentants chargés de la politique étrangère russe se sont rendus à Luanda l'an dernier: Sergueï Lavrov et Nikolaï Patrouchev. Joao Lourenço connaît également Sergueï Choïgou, avec qui il a mené des négociations en 2015 en tant que ministre de la Défense.

    Par conséquent, la rencontre avec Vladimir Poutine ne sera pas du tout protocolaire. Les deux chefs d'État ont des sujets à aborder. Le renforcement des relations est souhaité par les deux parties, et la Russie pourrait donc considérablement renforcer ses positions en Angola. Et il ne s'agit pas de fournitures d'armes. Même si elles sont importantes et seront évoquées (les Angolais disposent de l'un des plus importants budgets militaires d'Afrique).

    Les Angolais appellent ouvertement les Russes: venez et travaillez. La Russie possède des positions fortes dans l'industrie du diamant et du pétrole (l'Angola est le deuxième producteur pétrolier d'Afrique). Mais elle est absente dans d'autres secteurs comme ceux de l'or, du poisson. Pas étonnant, donc, que ce mercredi Joao Lourenço ait ouvertement déclaré à Moscou:

    «La coopération économique entre nos pays est encore loin du niveau souhaitable. Si l'on met de côté l'industrie du diamant et du pétrole, les investissements directs de la Russie en Angola sont pratiquement nuls, c'est pourquoi nous jugeons important d'élargir la coopération et de l'étendre à d'autres secteurs».

    Certes, dans les années 1990, la Russie avait annulé 3,5 milliards de dollars de la dette de l'Angola, d'un total de 5 milliards de dollars, en échange de la livraison d'armes soviétiques, mais la situation est foncièrement différente aujourd'hui, aussi bien en Russie qu'en Angola. Le nettoyage par Joao Lourenço de l'héritage corruptionnel de José Eduardo dos Santos ouvre des portes à la coopération économique.

    A l'heure actuelle, les positions de la Chine sont très fortes en Angola, et les Portugais y sont revenus en force. Toutefois, avec le temps, l'ancienne métropole risque de se transformer en une sorte d'appendice économique de sa colonie si l'Angola maintient et augmente sa croissance.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (avril 2019) (29)
    Tags:
    apartheid, coopération, visite, investissements, Joao Lourenço, José Eduardo dos Santos, Vladimir Poutine, Angola, Madagascar, République centrafricaine, Portugal, Chine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik