Ecoutez Radio Sputnik
    Паломники во время хаджа дотрагиваются до Каабы во время обхода вокруг нее в мечети Масджид аль-Харам в Мекке.

    Le problème iranien «réconcilie» l'Arabie saoudite et le Qatar

    © Sputnik . Михаил Воскресенский
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    Traduction de la presse russe (juin 2019) (26)
    212
    S'abonner

    Plusieurs dirigeants arabes se sont réunis à La Mecque, ville sacrée d'Arabie saoudite, pour une réunion d'urgence de deux jours. Les discussions portaient sur le problème de la tension grandissante dans les relations avec l'Iran.

     A la Mecque même le Qatar était présent à la réunion des pays du Golfe où il a été invité. Un fait curieux car il y a deux ans l'Arabie saoudite, Bahreïn, les Émirats arabes unis et l’Égypte avaient décrété contre Doha un embargo terrestre et maritime. Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a envoyé une invitation à Doha, qui l'a acceptée. Pour la première fois depuis juin 2017, un avion qatari a donc atterri sur le sol saoudien, écrit le site d'information Vestifinance

    «Le fait même que les Saoudiens aient pris contact avec l'émir du Qatar indique que Riyad prend très au sérieux la tension avec l'Iran», souligne Andreas Krieg, professeur au King's College de Londres.

    Peut-on parler d'une éventuelle levée du blocus?

    «L'invitation de l'émir qatari est un pas positif vers la normalisation des relations. Cependant, il ne faut pas surestimer la signification de cette démarche. C'est plutôt un acte symbolique et important, mais il contribue peu à la suppression des principaux facteurs qui ont entraîné la scission», indique Becca Wasser, analyste politique et spécialiste de Rand Corporation.

    «Les Saoudiens maintiennent l'interdiction faite aux avions qataris de franchir l'espace aérien saoudien. L'avion officiel qui a atterri à Djeddah ce 27 mai a été autorisé à entrer dans l'espace aérien de l'Arabie saoudite uniquement pour le sommet à La Mecque. Aucun changement réel n'est constaté dans la politique de l'Arabie saoudite», indique Giorgio Cafiero, fondateur de Gulf State Analytics.

    Les communiqués officiels informent que le Qatar a chaleureusement accepté l'invitation. Mais on sait que Doha a envoyé au sommet son premier ministre Abdallah ben Nasser ben Khalifa al-Thani, et non le chef de l’État. Par conséquent, officiellement, les relations entre les pays restent froides. Le blocus économique et politique a commencé après que le Qatar a été accusé de soutenir l'extrémisme et de développer des liens étroits avec l'Iran, ce que Doha dément encore aujourd'hui.

    Faire front uni contre l'Iran?

    En ce qui concerne la formation d'un front uni contre Téhéran, le fait que tous les pays du Golfe ne sont pas visés par des attaques directes de l'Iran «complique la subversion iranienne», déclare Becca Wasser.

    Néanmoins, les attaques contre les cargos pétroliers «ont attiré l'attention de nombreux pays, car les itinéraires maritimes sont cruciaux pour leur santé économique».

    Andreas Krieg indique que «certains États plus petits du Golfe ne participent pas à la sécurisation irrationnelle contre l'Iran menée par Riyad et Abou Dabi». C'est le cas notamment du Qatar, du Koweït et d'Oman, qui ont souvent joué le rôle de médiateurs pendant les crises régionales.

    «De cette manière, le dénominateur commun auquel tout le monde arrivera pourrait ne mener à aucun résultat efficace vis-à-vis de l'Iran. Dans le meilleur des cas, on peut s'attendre à ce que l'Iran soit simplement appelé à ne pas attiser les conflits», dit Andreas Krieg.

    Ce sommet intervient quelques semaines après les événements dans le golfe Persique, notamment après l'attaque contre quatre cargos au large des Émirats arabes unis dont les responsables américains tiennent l'Iran pour responsable. De plus, des frappes ont été portées contre l'infrastructure pétrolière de l'Arabie saoudite, qui ont été revendiquées par les rebelles Houthis soutenus par l'Iran.

    Le conseiller du Président américain à la sécurité nationale John Bolton s'est rendu à Abou Dabi pour rencontrer les alliés du Golfe. Il a eu l'intention de prévoir un plan d'action visant à «réagir au renforcement des graves menaces émanant de Téhéran», selon l'administration Trump. Washington a déjà annoncé l'envoi 1.500 militaires américains supplémentaires dans la région. La semaine dernière, il a vendu des armes à l'Arabie saoudite, aux Émirats arabes unis et à la Jordanie pour 8 milliards de dollars sans l'aval du Congrès.

    La Maison-Blanche a déclaré à plusieurs reprises qu'elle ne cherchait ni la guerre ni à renverser le régime. Mais les experts craignent qu'une erreur puisse entraîner une confrontation plus grave. Les responsables iraniens nient leur implication dans les attaques, qualifiant ces accusations de «risibles».

    Mais certains analystes pensent que John Bolton cherche un prétexte pour durcir la position de «faucon» vis-à-vis de l'Iran. Par le passé, l'ex-diplomate avait ouvertement appelé à renverser le régime en Iran.

    Sous le poids de sévères sanctions américaines Téhéran a annoncé la suspension de plusieurs engagements qui avaient été pris dans le cadre de l'accord nucléaire iranien de 2015.

    Plus tôt, Donald Trump avait proclamé organisation terroriste  le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI). L'ayatollah  Ali Khamenei, le guide suprême de l'Iran qui contrôle le CGRI, a déclaré à différentes occasions que son pays ne céderait pas à la pression des États-Unis.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (juin 2019) (26)

    Lire aussi:

    Il prend sa retraite à 24 ans grâce à une épargne agressive
    «L’armée française n’est pas venue au Niger par hasard!» – ministre d’État nigérien
    Des terroristes de Daech arrêtés à Moscou par les forces spéciales russes - vidéo
    Tags:
    Mohammed ben Salmane Al-Saoud, John Bolton, Donald Trump, Qatar, La Mecque, Iran, Riyad
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik