Ecoutez Radio Sputnik
    Dollar

    La Malaisie propose de «dédollariser» le commerce extérieur en Asie

    CC0 / geralt
    Lu dans la presse
    URL courte
    Nezavissimaïa gazeta
    Traduction de la presse russe (juin 2019) (26)
    3201

    Pour faire face à la pression d'autres États, les pays d'Asie doivent créer une monnaie commune pour leurs opérations commerciales extérieures: tel est l'appel lancé récemment par le Premier ministre malaisien Mahathir Mohamad.

    Les experts interrogés jugent l'idée du Premier ministre malaisien de créer une monnaie commune pour l'Asie est intéressante, mais difficile à réaliser pour l'instant, écrit le quotidien Nezavissimaïa gazeta. Ils reconnaissent tout de même que théoriquement, l'apparition d'une nouvelle monnaie commune pourrait significativement affaiblir l'influence du dollar.

    Si les pays d'Asie veulent s'unir, «ils doivent commencer par créer une monnaie commerciale commune basée sur l'étalon-or», a déclaré le chef du gouvernement malaisien Mahathir Mohamad. Et d'ajouter: «L'or est bien plus stable.»

    D'après Mahathir Mohamad, la nouvelle monnaie ne sera pas utilisée pour les paiements intérieurs mais uniquement dans les opérations commerciales entre les pays.

    «Dans le système mondial actuel d'échange monétaire, les moyens de paiement sont soumis aux facteurs extérieurs et font l'objet de manipulations», a-t-il poursuivi.

    Certains experts estiment que ces propos sont surtout symboliques, dans la mesure où ils ont coïncidé avec la publication du rapport du Trésor américain mentionnant une liste de pays dont la politique monétaire et économique doit, selon le département, être minutieusement analysée par les États-Unis. Comme l'a rapporté l'agence de presse Bloomberg, cette liste s'est élargie de 12 à 21 pays.

    Elle inclut désormais l'Irlande, l'Italie, le Vietnam, Singapour et la Malaisie, en plus de la Chine, du Japon, de la Corée du Sud, de l'Allemagne et d'autres qui y figuraient déjà. Ces pays sont soupçonnés par les USA «d'ingérence sur les marchés monétaires». Des communiqués ont annoncé début mai que la Russie se trouvait également sur cette liste, mais Moscou n'est pas mentionné dans le rapport paru fin mai.

    Selon les experts interrogés par le quotidien Nezavissimaïa gazeta, en soi la proposition de la Malaisie est intéressante et même positive en grande partie, car elle stimulera la dédollarisation des opérations commerciales.

    «L'idée de créer une nouvelle monnaie plane dans l'air depuis longtemps. L'accumulation progressive d'or par les pays asiatiques, Chine y compris, ainsi que le processus progressif de dédollarisation en Asie, contribuent aux négociations sur la création d'une nouvelle monnaie asiatique contribuant à réduire les barrières commerciales entre les économies de la région et à améliorer son climat d'investissement», déclare Ekaterina Novikova, chargée de cours à l'Université russe d'économie.

    Mais tout le monde ne pense pas qu'il sera possible de réaliser ce projet.

    «Une coïncidence très proche des économies sur plusieurs indicateurs est importante dans tout projet, pour un fonctionnement normal du système (et l'exemple de l'euro l'a montré)», explique Andreï Chelepov, chercheur au Centre d'études des institutions internationales à l'Académie russe de l'économie nationale et du service public auprès du président de la Fédération de Russie.

    Selon lui, en règle générale, la principale question qui se pose lors de la création d'une monnaie est de savoir où se situera le centre d'émission.

    «En tant qu'initiateur de l'idée la Malaisie voudra elle-même profiter des bienfaits de ce projet. La question est de savoir comment les autres pays y réagiront», souligne Andreï Chelepov.

    «Les perspectives de la monnaie asiatique commune ne sont pas évidentes. En Europe, la création de l'euro a été conditionnée par une intégration étroite des pays, l'Union douanière et la présence d'une Banque centrale commune. Il n'y a rien de tel en Asie. Les pays asiatiques sont en concurrence pour les investissements, il y a de nombreux différends entre les pays. Il existe des centres de force différents comme le Japon, la Chine, et l'Inde», explique Sergueï Souverov, analyste chez BKS Premier.

    Les experts sont toutefois ouverts à évoquer les conséquences éventuelles de l'apparition hypothétique d'une telle monnaie, et notamment ses diverses conséquences pour la Russie.

    «En ce qui concerne l'économie russe, d'une part, une initiative de ce genre est positive car elle constituera une monnaie concurrente pour le dollar et l'euro. D'autre part, il ne faut pas oublier que la Russie possède son propre projet d'Union économique eurasiatique, qui ne montre pour l'instant aucun résultat au niveau mondial», estime Ekaterina Novikova.

    «La création d'une monnaie asiatique commune ferait chuter la part du dollar dans la circulation monétaire mondiale, et la demande en monnaie américaine en tant que moyen de paiement diminuerait. Avec la chute de la part du dollar dans les paiements, son cours par rapport à d'autres monnaies baisserait d'environ 5%. Mais ce serait un processus à long terme. Le cours du rouble pourrait également augmenter par rapport au dollar à cause de ce facteur, toutes choses égales par ailleurs, mais pas significativement, car il est peu probable que l'usage du rouble dans les opérations internationales se renforce», explique Sergueï Souverov.

    Et d'ajouter que la part du rouble pourrait n'augmenter dans les règlements mutuels qu'avec certains États.

    En cas de création d'une monnaie asiatique commune, le dollar et l'euro perdraient tous les deux leurs positions dans le commerce mondial, reconnaît le directeur du centre Alpari Alexandre Razouvaev. Sachant que le dollar serait plus touché, selon lui.

    «En ce qui concerne le cours du change, une dévaluation de 10-15% du dollar est envisageable. Même si je pense que les États-Unis n'y verraient pas d'inconvénient, parce que cela profiterait à leurs exportations. Pour le cours du rouble, c'est probablement un événement neutre. L'impact des sanctions et le prix du baril sont plus importants pour nous», déclare l'expert.

    «Aujourd'hui, le cours du rouble par rapport au dollar ne dépend pas tant de la force de la monnaie américaine que des décisions prises par le Trésor. De plus, il est possible de supposer que l'apparition d'un instrument alternatif utilisé pour les règlements mutuels entre les plus grandes économies asiatiques ferait réagir la Réserve fédérale américaine, qui réduirait tout simplement l'offre du dollar pour équilibrer son cours», pense Alexeï Antonov, analyste d'Alor Broker.

    Et de poursuivre: «Le passage à un nouveau moyen de paiement pour effectuer des règlements dans le commerce ne mènera certainement pas à l'abandon des monnaies nationales et à la formation de réserves de change diversifiées de ces pays, par conséquent le dollar devrait continuer d'être très demandé.»

    Alexeï Antonov précise que le passage à un tel moyen de paiement «n'aurait de sens que d'un point de vue géopolitique afin de réduire l'influence des USA, ce qui est tout à fait logique dans les conditions d'une guerre commerciale».

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (juin 2019) (26)
    Tags:
    guerre commerciale, commerce, échanges, dollar US, monnaie, États-Unis, Asie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik