Ecoutez Radio Sputnik
    Doha

    Deux ans de blocus du Qatar: les vainqueurs et les perdants

    © Sputnik . Vitaliy Belousov
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    Traduction de la presse russe (juin 2019) (26)
    0 190
    S'abonner

    La crise qatarie entre dans sa troisième année, et rien n'indique qu'elle prendra fin prochainement.

    Quand, le 5 juin 2017, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis (EAU) avaient annoncé le blocus économique du Qatar, ils s'attendaient à obtenir le résultat escompté assez rapidement, écrit le site d'information Vestifinance.

    Étant donné que plus de 60% des échanges du Qatar transitaient via les ports émiratis et l'Arabie saoudite, les pays à l'origine du blocus croyaient que son isolement entraînerait un effondrement de l'économie qatarie.

    Ce grand choc commercial, avec le soutien attendu de Donald Trump, était censé pousser Doha à accepter les exigences saoudiennes de modifier sa politique étrangère «inadmissible».

    A la grande surprise de Riyad et d'Abou Dabi, la situation n'a pas évolué selon leurs attentes. Dès l'annonce du blocus, l'Iran et la Turquie se sont empressés d'apporter leur aide au Qatar en proposant de créer de nouveaux itinéraires commerciaux et de lui livrer les différents produits de consommation dont il avait besoin par bateau et avion. L'Iran a ouvert son espace aérien aux vols commerciaux à destination du Qatar, qui n'étaient plus autorisés à survoler les EAU, l'Arabie saoudite, Bahreïn et l’Égypte.

    La première réaction du dirigeant américain avait été d'exprimer son soutien au blocus sur Twitter. Mais il s'est rapidement avéré que les États-Unis avaient adopté une position ostentatoirement neutre dans la crise qatarie. Le secrétaire d’État américain de l'époque, Rex Tillerson, avait tenté de régler le problème par la médiation, mais en vain.

    Au final, le Qatar, encouragé par le soutien militaire turc, est resté insoumis. Avant le blocus, la Turquie disposait d'un contingent réduit au Qatar en signe de coopération militaire. A la demande du Qatar, Ankara a renforcé ses troupes jusqu'à 3.000 hommes en 2017.

    En plus des facteurs extérieurs, la population peu nombreuse du Qatar et ses grandes richesses étatiques ont également permis de faire face au blocus.

    Le gouvernement qatari a utilisé ses réserves financières pour honorer les dépenses de transport élevées pour les importations et soutenir l'industrie nationale, qui subissait des pertes à cause de l'isolement.

    Par ailleurs, les statistiques économiques du Qatar pour 2017 et 2018 indiquent que l'impact négatif du blocus sur les investissements et l'activité économique a été modéré.

    La croissance annuelle est restée positive, mais elle est passée de 2,1% en 2016 à 1,58% en 2017, avant d'augmenter jusqu'à 2,2% en 2018. A noter qu'en 2017, l'économie saoudienne a reculé de -0,7% et celle des EAU n'a augmenté que de 0,7%.

    Malgré une pénurie temporaire de nombreux produits, le blocus n'a pas provoqué de hausse des prix au Qatar. L'inflation annuelle en 2017 était inférieure à 1%, précise The Globe Post.

    Dans le même temps, la crise qatarie a entraîné de graves conséquences régionales. De facto, elle a paralysé le travail du Conseil de coopération du Golfe (CCG), qui souffrait déjà de divisions et de différends internes.

    Fondé en 1981 afin de faire face aux menaces régionales émanant d'Irak et d'Iran, le CCG a engagé plusieurs démarches pour la sécurité et la coopération économique. Cette organisation a également joué le rôle de groupe régional dans plusieurs cycles de négociations commerciales et d'investissement avec l'UE, la Chine et l'Inde entre 2000 et 2010.

    Certains membres forment de nouvelles alliances qui pourraient faire s'effondrer le CCG. Fin décembre 2017, l'Arabie saoudite et les EAU ont annoncé la formation d'une nouvelle alliance militaro-économique bilatérale, en grande partie suite à leur coopération étroite dans la guerre au Yémen et sur d'autres questions régionales.

    D'un autre côté, le Qatar a significativement renforcé ses liens économiques avec l'Iran et la Turquie. Des compagnies turques du bâtiment ont remporté plusieurs contrats pour la construction de sites de la Coupe du monde de football - qui auraient été obtenus par des compagnies émiraties dans le cas contraire. Plusieurs sociétés iraniennes, sous la pression d'Abou Dabi à cause des relations tendues entre l'Iran et les EAU, ont déménagé leurs bureaux à Doha.

    Mais surtout, la politique étrangère hyperactive du Qatar a peu changé: Doha continue de faire concurrence à l'Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis dans la lutte pour l'influence dans le monde arabe et en dehors.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (juin 2019) (26)
    Tags:
    Riyad, blocus, crise, Qatar
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik