Lu dans la presse
URL courte
Par
Traduction de la presse russe (juillet 2019) (45)
10192
S'abonner

Le réalisateur Luc Besson a expliqué dans une interview à RBC-Style l'intérêt des studios hollywoodiens pour l'histoire russe et les films qui l'évoquent.

Dans un entretien au quotidien RBC, Luc Besson est revenu sur l'attractivité de l'histoire russe

«Ce thème est un véritable océan sans fin. Vous avez une riche histoire permettant de produire des solutions créatives intéressantes. Elle est suffisante pour trois siècles, voire plus. L'époque d'Ivan le Terrible, de Raspoutine, la mort des Romanov, Staline - tellement d'images vives. Et je suis loin d'avoir tout énuméré», a expliqué le réalisateur.

Luc Besson a déclaré qu'il avait «une idée intéressante» associée à la Russie, sans entrer dans les détails.

Anna, le nouveau thriller d'action de Luc Besson, vient de sortir sur grand écran en Russie. Ce film parle d'une mannequin russe devenue l'une des tueuses à gage les plus dangereuses du monde. Les rôles principaux sont assurés par la top-modèle et actrice russe Sasha Luss et l'acteur Alexandre Petrov. Ce thriller est un remake du film culte du réalisateur, Nikita.

L'histoire russe ne cesse d'attirer des artistes du monde entier. 

Fin juin est sorti le drame franco-belge Koursk sur le naufrage du sous-marin nucléaire russe du même nom en mer de Barents, également réalisé par Luc Besson. En début d'été, la chaîne HBO a présenté sa mini-série Tchernobyl consacrée à l'accident de la centrale nucléaire en avril 1986. Au même moment sortait la série Les derniers tsars sur la chute de la dynastie Romanov.

Dossier:
Traduction de la presse russe (juillet 2019) (45)

Lire aussi:

Didier Raoult répond à l’AP-HP qui l’avait accusé de «faux témoignage»
Cet aliment contribuerait au vieillissement des artères et à l’apparition de maladies cardiaques
Covid-19: la deuxième vague, une fiction?
Macron propose à Philippe une mission en vue de 2022 après sa démission
Tags:
Thriller, histoire, Russie, Luc Besson
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook