Ecoutez Radio Sputnik
    Conférence monétaire et financière des Nations unies dans la ville américaine de Bretton Wood, 4 juillet 1944

    Comment le système de Bretton Woods a changé l'économie mondiale

    © AP Photo / ABE FOX
    Lu dans la presse
    URL courte
    RT
    Traduction de la presse russe (juillet 2019) (45)
    374

    Il y a 75 ans, les pays de la coalition antihitlérienne ont approuvé la création du système monétaire de Bretton Woods. Le dollar américain, alors fermement rattaché à l'or, était devenu le principal moyen de paiement pour tous les États.

    Le nouvel ordre financier basé sur le système de Bretton Woods a permis de faire sortir l'économie mondiale de la crise d'après-guerre, tout en conduisant à l'hégémonie monétaire des États-Unis. 30 ans plus tard, les lacunes de ce système sont devenues évidentes pour tous les signataires des accords et il a été décidé de changer de nouveau l'ordre monétaire mondial, indique le site de la chaîne RT.

    Début du monopole du dollar

    Pendant l'été 1944, quand l'issue de la Seconde Guerre mondiale était déjà connue, les gouvernements de différents pays ont songé à prendre des mesures visant à rétablir l'ordre dans l'économie mondiale après la guerre. Les discussions sur le mécanisme de stabilisation en question se sont déroulées du 1er au 22 juillet dans la ville américaine de Bretton Woods (New-Hampshire) pendant la Conférence monétaire et financière des Nations unies. Les délégués des 44 pays membres de la coalition antihitlérienne y ont participé, notamment l'URSS, les États-Unis et la Chine.

    A l'issue de trois semaines de discussions, les États ont réussi à s'entendre sur l'adoption de nouveaux principes des relations monétaires et des règlements commerciaux. C'est ainsi que le système monétaire de Bretton Woods est né il y a 75 ans.

    Le nouvel ordre financier a remplacé l'étalon-or. Auparavant, dans chaque pays, l'unité de la monnaie nationale était directement associée à une certaine quantité fixe du métal précieux. Sachant que les gouvernements des pays établissaient le taux de change eux-mêmes.

    Avec le début de la Première Guerre mondiale et l'arrivée de la crise économique mondiale à la fin des années 1920 et au début des années 1930, de nombreuses puissances ont commencé à renoncer à l'étalon pièce d'or au profit des lingots d'or, suspendant ainsi la libre conversion des billets de banque en or. Sachant que pour obtenir des avantages commerciaux et économiques, les États ont commencé à dévaluer massivement leur propre monnaie, ce qui a renforcé l'instabilité financière générale.

    Au final, pour rétablir les relations commerciales et une concurrence loyale, il a été décidé d'associer à l'or une seule monnaie et de l'utiliser dans les opérations internationales. Ainsi, selon les conditions des accords de Bretton Woods, le dollar a été choisi en tant qu'étalon monétaire, et le taux de change a été fixé à hauteur de 35 dollars pour l'once troy.

    La livre britannique était considérée comme la deuxième candidate au statut de principale monnaie de réserve mondiale. Mais, selon les experts interrogés par RT, étant donné que l'économie américaine avait moins souffert que les autres de la guerre, les signataires des accords ont automatiquement choisi la monnaie américaine.

    «A cette époque l'économie des États-Unis s'était renforcée après la guerre, et les USA ont été choisis selon le principe de stabilité financière et économique. La guerre n'était pas encore terminée en Europe, les pays étaient divisés, c'est pourquoi il n'était pas très pratique d'accorder la priorité au Royaume-Uni», a déclaré à RT Alexandre Abramov, responsable de laboratoire à l'Institut d'études économiques appliquées affilié à l'Académie russe de l'économie nationale et du service public auprès du président russe.

    Conformément aux accords conclus, les monnaies des autres États ont été directement associées au dollar. Comme l'indique Alexandre Abramov, les taux de change ont été fermement rattachés et maintenus par les banques centrales nationales. Les régulateurs et les gouvernements étaient aidés par des institutions de stabilisation spécialement créées. Ainsi, la Banque mondiale a vu le jour en 1946, et en 1947 le Fonds monétaire international (FMI) et l'Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT).

    La Banque mondiale a aidé les États à reconstruire et développer leur économie après la guerre, et le FMI a accordé des crédits pour soutenir les cours monétaires et couvrir le déficit des balances de paiement. Le travail du GATT facilitait le commerce aux participants aux accords en supprimant les barrières tarifaires et en réduisant les taxes douanières. A partir de 1995, l'association a été transformée en Organisation mondiale du commerce (OMC).

    Dollaro-dépendance

    Les experts interrogés par RT soulignent que le nouveau mécanisme remplissait en grande partie sa tâche et a conduit à un net élargissement du commerce et à l'accélération de l'économie mondiale après la guerre.

    Si, entre 1913 et 1950, la croissance moyenne de l'économie mondiale s'élevait à environ 1,82% par an, entre 1950 et 1973 cet indice a pratiquement triplé, jusqu'à 5,3%, comme l'indique l'étude de l'historien économiste Angus Maddison.

    «Les cours stables ont permis de bien planifier les opérations internationales. Cela signifie que le commerce mondial est devenu bien plus simple, et que les entrepreneurs pouvaient compter sur le retour de leurs investissements, notamment grâce aux succès sur les marchés étrangers», explique à RT Oleg Chibanov, professeur de finances à la Nouvelle école d'économie.

    Selon les informations disponibles dans la base des statistiques de l'Onu pour le commerce de marchandises, en 1938 les exportations mondiales s'élevaient à 22,7 milliards de dollars. Sachant qu'au cours des premières années des accords de Bretton Woods, ce chiffre a pratiquement triplé pour atteindre 61 milliards de dollars en 1950, et 127 milliards de dollars en 1960.

    «Le système a poussé les pays à développer différentes coordinations au niveau des tarifs et de la politique douanière, tout en conduisant au rétablissement des économies de nombreux États. En même temps, bien que les accords aient garanti la stabilité dans les investissements et les interactions de marchandises, le prix à payer était l'hégémonie des États-Unis et du dollar», a noté Alexandre Abramov.

    Comme l'indiquent les experts, conformément aux termes des accords le niveau de la masse monétaire dans l'économie devait égaler le volume des réserves de change. En d'autres termes, le pays ne pouvait pas émettre une certaine quantité de nouveaux billets tant qu'il ne vendait pas quelque chose sur le marché mondial pour des dollars en remplissant ses réserves de change. De cette manière, à mesure du renforcement du rôle de la monnaie américaine grandissait l'influence de la Fed sur les autres banques centrales.

    Après la signature des accords, l'Union soviétique ne les avait pas ratifiés et n'a donc pas rejoint le travail du FMI et de la Banque mondiale. Comme l'a souligné Alexandre Abramov, l'URSS tenait en grande estime l'importance de sa propre monnaie et ne voulait pas établir un cours équivalent entre le dollar et le rouble.

    La faille du système

    Dans l'ensemble, les accords de Bretton Woods ont existé près de 30 ans, après quoi, au début des années 1970, ils ont perdu de leur efficacité. Les experts pensent que cela est dû aussi bien aux lacunes inhérentes au système qu'aux tendances générales dans l'économie mondiale.

    «Quand l'économie mondiale a commencé à croître rapidement et que les pays se sont rétablis après la guerre, l'étalon-or est devenu un fardeau pour tous, parce qu'un pays ne peut pas utiliser une plus grande quantité d'argent s'il ne dispose pas de la réserve de change nécessaire», explique Alexandre Abramov.

    D'après Oleg Chibanov, la situation s'est détériorée à cause des différends politiques entre l'UE et les États-Unis, de la montée en flèche du prix du baril, ainsi que de l'inflation élevée dans de nombreux États. Ainsi, en 1971, le Président américain Richard Nixon a annoncé la suspension de l'étalon-or en prononçant de facto le retrait des États-Unis des accords.

    «Le système ne pouvait plus exister. Les gouvernements n'appréciaient pas la domination du dollar et l'attachement obligatoire de leur monnaie nationale à la devise américaine. Il était plus pratique pour les pays de passer aux cours flottants dépendant de l'efficacité de l'économie nationale, du potentiel d'exportation et d'importation», ajoute Alexandre Abramov.

    En 1976 a été adopté le nouveau système monétaire basé sur les Accords de la Jamaïque, encore en vigueur aujourd'hui. Conformément aux nouvelles conditions, les cours monétaires ne sont plus associés à l'or mais sont définis par le marché dans la plupart des pays et deviennent flottants.

    Le retrait du dollar de ses positions d'étalon dans le système financier mondial a entraîné un renforcement notable du rôle d'autres monnaies. Selon les experts, cela s'est tout particulièrement manifesté ces dernières années. D'après le FMI, en vingt ans la part du dollar dans les réserves internationales s'est réduite de 71,2% à 61,8%, et la part de l'euro a augmenté, au contraire, de 18,1% à 20,2%. Sachant que les analystes soulignent un net renforcement du yuan (de 1,2% à 1,9%), qui est devenu l'une des monnaies de réserve principales en 2016.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (juillet 2019) (45)

    Lire aussi:

    Un Boeing 757 subit de graves dommages lors d'un atterrissage d’urgence aux Açores – vidéo
    Poutine en France: des chasseurs suisses s'approchent de l'avion transportant une délégation russe - vidéo
    La gendarmerie italienne donne des précisions sur le randonneur français retrouvé mort
    Tags:
    or, États-Unis, Bretton Woods, dollar US
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik