Ecoutez Radio Sputnik
    Billetes de euro, dólares estadounidenses, libras y yuanes

    Pékin garde des atouts dans sa manche pour les mauvais jours

    © REUTERS / Kacper Pempel
    Lu dans la presse
    URL courte
    Vestifinance.ru
    Traduction de la presse russe (août 2019) (36)
    1240

    Les autorités chinoises s'abstiennent de recourir à des stimulations monétaires d'envergure, préférant garder cette option en réserve au cas où la guerre commerciale contre les États-Unis dégénère en guerre monétaire globale.

    La Banque populaire de Chine a appelé la semaine dernière à analyser «rationnellement» les facteurs négatifs actuels en signalant qu'elle maintiendrait une «approche ciblée» du soutien de l'économie, indique le site d'information Vestifinance. Les informations sur les investissements, les ventes au détail et les créances, dont on attend la publication cette semaine, devraient confirmer le ralentissement de la deuxième économie mondiale, écrit l'agence de presse Bloomberg.

    Les autorités adoptent une stratégie monétaire prudente, même dans le contexte des tensions accrues dans les relations avec les États-Unis: les accusations de Donald Trump, qui a déclaré que Pékin manipulait sa monnaie, rendent la question des stimulations éventuelles susceptibles de faire pression sur le yuan très délicate.

    Dans le même temps, l'affaiblissement de la monnaie chinoise, qui a dépassé 7 yuans pour un dollar, lève l'une des barrières à la réduction du taux directeur si la guerre commerciale s'aggravait à tel point qu'elle nécessiterait des mesures de plus grande ampleur.

    «Les autorités trouvent l'état actuel de l'économie satisfaisant. Mais si la croissance continuait de ralentir, à un moment donné la stabilisation de l'économie deviendrait prioritaire», déclare Larry Hu, économiste en chef pour la Chine chez Macquarie Securities Ltd à Hong Kong.

    Les accusations américaines selon lesquelles la Chine manipulerait sa monnaie signifient que la guerre commerciale devient financière et monétaire, et les autorités devraient se préparer à des conflits à long terme.

    D'après les prévisions du Fonds monétaire international, si les États-Unis adoptaient des taxes supplémentaires sur les importations chinoises à partir du 1er septembre, cela entraînerait de graves effets secondaires pour l'économie mondiale.

    C'est dans le cas où un tel scénario se réaliserait que la Chine pourrait avoir besoin de recourir à un soutien monétaire plus agressif, même avec une hausse des risques intérieurs de la dette.

    Depuis le début du mois, le yuan a considérablement diminué par rapport au dollar, sachant que cette baisse perdure depuis dix jours consécutifs.

    Guerres monétaires

    A leur tour, les États-Unis tentent d'appliquer une politique qui a déjà fait ses preuves: accuser d'autres pays et déclencher des guerres monétaires. Cette approche fait partie depuis longtemps de la stratégie des autorités américaines pour écraser leurs concurrents éventuels.

    Steve Hanke, expert de l'Institut américain d'études économiques (AIER), professeur d'économie à l'université Johns Hopkins, rappelle que les États-Unis ont déjà mené des guerres monétaires en Asie au XXe siècle.

    En particulier, les États-Unis avaient déjà accusé le Japon d'abaisser le cours du yen dans le contexte d'un important déficit commercial, quand la paire dollar/yen était restée à hauteur de 360 yens le dollar jusqu'au début des années 1970. Sous la pression américaine, le Japon avait engagé des mesures visant à renforcer sa monnaie. Steve Hanke explique que la baisse du cours de la devise japonaise jusqu'à 80 yens le dollar n'a pas fait disparaître le déficit commercial américano-japonais, sans remarquer que la déflation qui a commencé à la fin des années 1980, notamment à cause de la hausse du yen [ainsi que le maintien à flot de compagnies-zombies, les prix excessifs de l'immobilier, la démographie et bien d'autres facteurs, ndlr], a de facto enterré le Japon en tant que candidat à devenir l'un des leaders mondiaux parmi les pays développés.

    Avant le conflit avec le Japon, les États-Unis avaient déclenché leur première guerre commerciale contre la Chine. Au début des années 1930, la Chine utilisait le système monétaire basé sur l'étalon-argent, ce qui n'était déjà plus le cas aux USA, cependant le cours yuan-dollar était déterminé de facto par le prix de l'argent en dollars américains. Durant son premier mandat, le Président Franklin Roosevelt avait présenté son plan de «stabilisation» de ce cours monétaire.

    Par la suite, avec la hausse conséquente du prix de l'argent en dollars, le cours du yuan par rapport au dollar a lui aussi significativement augmenté. La hausse majeure de la monnaie nationale faisait partie des principaux facteurs ayant contribué au déclin de l'économie chinoise. La Chine a été confrontée à sa propre Grande dépression des années 1930: entre 1932 et 1934, le PIB chinois a chuté de 26%.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (août 2019) (36)

    Lire aussi:

    Un avion d'Air France reliant Moscou et Paris envoie un signal de détresse
    Qu'a dit Poutine sur les Gilets jaunes que les médias français ont omis?
    Un Boeing 757 subit de graves dommages lors d'un atterrissage d’urgence aux Açores – vidéo
    Tags:
    Banque de Chine, États-Unis, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik