Ecoutez Radio Sputnik
    Google Maps

    Huawei et Yandex préparent un concurrent à Google Maps

    © Sputnik .
    Lu dans la presse
    URL courte
    Vestifinance.ru
    Traduction de la presse russe (août 2019) (34)
    1311

    La compagnie chinoise Huawei, en collaboration avec la compagnie internet russe Yandex, plancherait sur la création d'un nouveau service cartographique. Si rien ne changeait dans les mois à venir, ce nouveau venu sur le marché devrait s'appeler Map Kit.

    Les partenaires de Huawei dans la conception de Map Kit seront la compagnie russe Yandex et le site touristique américain Booking Holdings. Il est prévu de connecter ce système aux différents services cartographiques locaux, ainsi que de le traduire en 40 langues dans 150 pays, écrit le site d'information Vestifinance. 

    D'après la presse chinose, le service Map Kit ne sera pas directement accessible aux consommateurs: la compagnie proposera ses élaborations aux développeurs qui pourront créer des applications utilisant ses capacités.

    Huawei pourra utiliser ses stations de base de communication dans plusieurs pays pour compléter le positionnement satellite pour son service cartographique.

    Map Kit proposera un système de navigation sophistiqué capable de déterminer en temps réel quand une voiture change de voie, et sera compatible avec la cartographie 3D pour la réalité augmentée (AR).

    La semaine dernière, Huawei a mentionné Map Kit pendant une conférence de développeurs. Il s'agit de l'un des projets de services mobiles de Huawei (HMS). D'autres incluent Site Kit, Location Kit, Drive Kit, Scan Kit, etc.

    Concurrencer Google

    Le développement de sa propre plateforme cartographique confirme les plans de la compagnie chinoise de développer et d'élargir l’écosystème en préparation, qui lui permettra à terme de faire sérieusement concurrence à Google. Et compte tenu des capacités financières de Huawei et de sa notoriété auprès des consommateurs, elle a toutes les chances non seulement de priver le géant américain d'accès à tout son auditoire, mais également de la dépasser sur le marché en termes d'influence.

    Pour la même raison, la compagnie développe activement son propre système d'exploitation. Car en cas d'abandon d'Android, la compagnie ne pourra plus utiliser les services de Google, notamment Google Maps.

    Récemment, Huawei a officiellement annoncé le lancement d'HarmonyOS, un système d'exploitation censé remplacer Android sur les appareils de la compagnie chinoise et réduire sa dépendance envers Google. Selon les représentants du géant chinois, son propre système d'exploitation pour les smartphones et les ordinateurs portables sera prêt d'ici la fin de l'année en Chine, et d'ici l'été 2020 pour les marchés internationaux.

    Richard Yu, chef de la promotion des produits de consommation de Huawei CBG, a souligné  que le système d'exploitation était fourni avec un code source ouvert, tout comme Android. Le responsable avait déclaré plus tôt qu'il serait utilisé seulement pour les smartphones et les notebooks si Huawei ne parvenait pas à obtenir un accès à Google Android ou aux systèmes d'exploitation de Microsoft Windows.

    Ce système, tout comme Android, est basé sur Linux.

    Selon Huawei, «HarmonyOS fonctionne plus vite et efficacement qu'Android grâce à une optimisation spéciale».

    Le noyau de HarmonyOS répartit automatiquement la priorité entre les tâches, d'où un délai minimal dans le fonctionnement des applications et de l'interface utilisateur, indique la compagnie. HarmonyOS assure une interaction sûre des appareils de différents types dans l'écosystème global grâce à la technologie Trusted Execution Environment. A l'aide d'un outil spécial, les développeurs pourront garantir la compatibilité de leurs applications pour les appareils de différents types en les adaptant aux différents scénarios d'utilisation.

    Pendant la présentation, Huawei a accordé beaucoup d'attention à la sécurité. La nouvelle architecture assure une sécurité séparée de chaque module - de l'interface, de la mémoire, de la puce et ainsi de suite - alors que les autres systèmes d'exploitation utilisent un seul système de sécurité pour tous les modules. Richard Yu a souligné que HarmonyOS pouvait être utilisé dans les domaines les plus exigeants en matière de sécurité, notamment l'aérospatial.

    Pour l'instant, en ce qui concerne la version d'HarmonyOS pour les smartphones, la compagnie a manifestement décidé d'attendre le règlement définitif de la situation avec les sanctions américaines et la stratégie de Google. Mais le haut responsable de Huawei affirme qu'HarmonyOS pourrait facilement et rapidement remplacer Android. Il a déclaré que le passage au nouveau système d'exploitation ne prendrait qu'un ou deux jours, et que c'était «très pratique».

    HarmonyOS sera utilisé dans les «produits à écran intelligent», comme les télévisions, dès la fin de l'année. D'ici trois ans le système d'exploitation sera introduit dans d'autres appareils, notamment portables. Huawei a annoncé que ce système serait d'abord lancé en Chine, avec une expansion prévue dans le monde entier.

    Les services Google sont bloqués en Chine. Huawei pourrait donc utiliser sur le marché intérieur une version modifiée d'Android dépourvue d'applications Google. Cela signifie que l'absence d'accès à Google n'est pas un grand problème pour la Chine. Cependant, si Huawei était privée de la possibilité d'utiliser Android au niveau international, les analystes pensent que cela pourrait nuire aux affaires du vendeur chinois à l'étranger.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (août 2019) (34)

    Lire aussi:

    La Chine prête à l’«option nucléaire» dans sa guerre commerciale avec les États-Unis
    Les États-Unis émettent un mandat de saisie pour le pétrolier iranien Grace 1 libéré par Gibraltar
    La diplomatie polonaise assure avoir trouvé le moyen d’«effrayer la Russie»
    Tags:
    Yandex, Huawei, Google
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik