Ecoutez Radio Sputnik
    Réservoirs de stockage de pétrole

    L’Arabie saoudite réoriente brusquement ses exportations

    © REUTERS / Stringer
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    Traduction de la presse russe (août 2019) (54)
    4120
    S'abonner

    Ces derniers mois, l’Arabie saoudite a fortement augmenté ses exportations pétrolières vers la Chine.

    Les livraisons de pétrole saoudien vers la Chine ont doublé en un an, alors que les fournitures vers les États-Unis ont perdu deux tiers en glissement annuel, indique le site d'information Vestifinance.

    La société TankerTrackers.com suit les déplacements des cargos pétroliers et les déchargements à l’aide d'images satellite. Selon ses données, l’Arabie saoudite a exporté vers la Chine un volume colossal de pétrole: 1.802.788 barils par jour en juillet 2019 contre 921.811 en août 2018. En même temps, ses exportations vers les États-Unis se sont chiffrées à 262.053 barils par jour en juillet 2019 contre 687.946 barils par jour en août 2018 (une chute de 62%).

    La situation a changé après l’introduction de sanctions américaines contre le pétrole iranien. Les principaux importateurs asiatiques d’énergie, tels que la Chine, ont été obligés de renoncer aux achats à la République islamique et d’élargir leurs acquisitions du pétrole saoudien afin de combler le déficit.    

    Aujourd’hui, les États-Unis sont plus indépendants que jamais grâce à la révolution de schiste qui a transformé le pays en premier producteur mondial de pétrole à la fin de l’année dernière. Les indicateurs font néanmoins ressortir une combinaison d’une tactique à court terme et d’une stratégie à long terme chez les Saoudiens, estiment les experts du secteur.

    Les Saoudiens «freinent» aux États-Unis

    «Suite à la première réduction de la production de l’OPEP en 2017, l’Arabie saoudite a compris qu’elle avait obtenu le rendement maximal possible de chaque dollar en réduisant au maximum les flux visant le marché le plus grand et le plus transparent: les États-Unis. La réduction des flux arrivant aux États-Unis a été le meilleur moyen de limiter les réserves et de faire évoluer les tendances à la baisse. Les Saoudiens utilisent actuellement la même tactique», fait remarquer Matt Smith de ClipperData, citant la réduction de production de l’OPEP et de ses alliés. Cette dernière avait été décidée afin de maîtriser la chute des prix du pétrole.

    Les données de ClipperData diffèrent de celles de TankerTrackers car les deux entreprises utilisent des méthodes de suivi différentes. Dans tous les cas, elles démontrent que les importations de pétrole saoudien vers les États-Unis ont chuté en juillet de plus de 60% par rapport à octobre dernier.  

    Matt Smith fait remarquer que l’Arabie saoudite «freine sur le marché le plus transparent et envoie des volumes importants de pétrole vers la Chine, le marché le moins transparent»

    C’est là que Riyad emploie une tactique à court terme, «en influant sur l’indicateur le plus visible du marché: les réserves pétrolières des États-Unis», explique Antoine Halff, cofondateur de la société d’analyse du marché énergétique Kayrros.

    Les séances boursières s’appuient en général sur les données hebdomadaires des États-Unis, qui présentent la meilleure image disponible des conditions du marché.

    Les informations sur les réserves du marché international sont tout à fait accessibles grâce aux données des satellites.

    Toutefois, l’«objectif d’influer sur l’indice boursier américain est tout à fait réel pour l’OPEP en général et le royaume en particulier: à tort ou à raison, c’est l’indice par lequel tout le monde se laisse guider», fait remarquer Antoine Halff.  

    D’un autre côté, la Chine est beaucoup plus réticente à publier les données sur ses réserves que les pays de l’OCDE. Ses données principales sont moins transparentes pour le marché. Contrairement aux titres américains, les actions chinoises n’ont aucune référence fixée, souligne Antoine Halff.

    «Les producteurs sont considérablement moins concernés par les actions chinoises que par celles des États-Unis ou de l’OCDE du point de vue de ce que cela pourrait dire au marché», estime-t-il.  

    Samir Madani, cofondateur de TankerTracker, considère la Chine comme un «trou noir» des exportations internationales de pétrole, qui «absorbe facilement des barils du marché, surtout en période de chute des prix». Compte tenu de ces éléments, beaucoup d’analystes considèrent que Pékin mène une politique claire.

    «Les Chinois sont des acheteurs très expérimentés et lucides. Les exportateurs qui assurent leurs achats ont des raisons très sérieuses de le faire», fait remarquer Antoine Halff.

    Dans le contexte des prix bas, le premier importateur mondial de pétrole augmente volontiers ses achats de pétrole saoudien, et son appétit ne cesse de croître compte tenu du lancement de deux nouvelles raffineries qui devraient élargir les capacités de traitement du pays de 800.000 barils par jour.

    Suite à l’introduction par Donald Trump de sanctions unilatérales contre l’Iran après la décision américaine de quitter le «deal» sur le nucléaire iranien de 2015, les données ont montré une croissance rapide des importations et des réserves chinoises. Cette situation s’explique en partie par la disponibilité du pétrole saoudien et est liée aux précautions, à l’opportunisme financier ou aux préparatifs de l’apparition de nouvelles raffineries, souligne Antoine Halff.  

    Le jeu au long cours de l’Arabie saoudite en Asie

    S’assurer une partie du marché asiatique: tel est l’objectif principal à long terme de Riyad et d’autres producteurs régionaux qui veulent eux aussi s'emparer de capacités de production sur tout le continent. Le projet de Saudi Aramco d’acheter 20% du géant indien du secteur du raffinage Reliance en est l’exemple le plus éloquent.

    Tout cela est très utile pour les Saoudiens. Par ailleurs, ils ne risquent en aucun cas de perdre les États-Unis en tant que client grâce à la raffinerie géante Motiva (Texas), appartenant à Saudi Aramco.

    «Aramco veut augmenter ou réduire ses affaires avec les États-Unis en fonction de ses besoins», estime Ellen Wald, présidente de Transversal Consulting et auteure du livre Saudi Inc.

    Quant à la Chine, Saudi Aramco satisfera les besoins des clients car elle veut conserver ces relations, explique-t-elle.

    «En bref, Aramco augmente ou réduit sans problème ses exportations vers les États-Unis en fonction de ses besoins. La société veut en même temps satisfaire la demande chinoise sur la base des volumes requis par les clients», conclut-elle. 

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (août 2019) (54)

    Lire aussi:

    Un requin arrache une partie du bras d’un plongeur qui parvient à nager jusqu’à la côte – photos
    La Turquie évoque une fermeture de la base d'Incirlik en réponse aux sanctions US contre les S-400
    Un énorme incendie dévaste une usine chimique près de Barcelone, la population cloîtrée - vidéos
    Une meute de loups entame une «chasse à l’homme» en Russie – vidéo
    Tags:
    pétrole, Chine, Arabie Saoudite
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik