Ecoutez Radio Sputnik
    Rohani dévoile le nouveau système antimissile Bavar 373

    L’Iran présente son équivalent du système S-300 russe

    © Photo. Capture d'écran: Sputnik France Play
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    Traduction de la presse russe (août 2019) (54)
    5283
    S'abonner

    L'Iran a présenté le 22 août son système de missiles sol-air Bavar-373, qu'il considère comme une arme un peu plus avancée que son analogue russe, le S-300. Il a été dévoilé par le président Hassan Rohani à l’occasion de la journée du complexe militaro-industriel iranien. Le dirigeant a souligné que tout pourparler était «inutile», car l’accord de Téhéran avec les autres pays était «en train de s'écrouler».

    L’Iran a présenté le 22 août son système de missiles sol-air de longue portée, Bavar-373, qui afficherait de meilleures caractéristiques que son analogue russe le S-300, écrit le site d'information Gazeta.ru.

    Le Bavar-373 a été officiellement dévoilé à l’occasion de la journée de l’industrie de la défense de l’Iran par le président Hassan Rohani, indique la chaine Al Mayadeen.

    Le ministre iranien de la défense Amir Hatami avait déjà indiqué par le passé que suite à une démonstration officielle, le système serait transmis aux unités spécialisées de défense antiaérienne des forces armées iraniennes.

    Le Bavar-373, complètement conçu et créé en Iran, a passé son cycle d’essais avec succès en 2017. Les spécialistes iraniens soulignent que le Bavar-373 est plus avancé que le S-300 et est tout à fait en mesure de concurrencer cette arme russe. 

    La présentation du Bavar-373 incluait notamment une allocution télévisée du président iranien Hassan Rohani, qui a souligné: «Aujourd’hui que nos ennemis n’acceptent pas la logique, nous ne pouvons pas répondre par la logique».

    «Quand l’ennemi lance un missile contre nous, nous ne pouvons pas prononcer un discours et dire: «Monsieur le missile, ne frappez pas s’il vous plaît notre pays et nos gens innocents. Celui qui a lancé le missile doit comprendre qu’il suffira de pousser un bouton pour détruire son missile en vol», a ajouté le leader iranien.

    Il a souligné le caractère stratégique du conflit entre l’Iran et les États-Unis.

    «Notre problème avec les États-Unis n’est pas économique ou politique, mais stratégique. Il se base sur des visions du monde différentes».

    Le chef de l’État a également souligné l’«inutilité» des négociations, car le deal nucléaire de Téhéran avec les puissances mondiales «est en train de s'écrouler».

    Il faisait allusion au Plan d’action global commun sur le programme nucléaire iranien signé en 2015. Ce texte prévoyait le passage du programme sous le contrôle de l’AIEA en échange de la levée des sanctions. Le groupe 5+1 comprenait initialement les États-Unis, la Russie, la Chine, le Royaume-Uni et la France (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’Onu), ainsi que l’Allemagne. 

    Le président américain Donald Trump a annoncé en 2018 le retrait des USA de l’accord car il estimait que ce «deal» ne répondait pas aux intérêts de l’Amérique. Il a également annoncé des sanctions supplémentaires contre l’Iran. En 2019, Téhéran a riposté en annonçant la suspension de la mise en œuvre de certains aspects de l’entente.

    Un symbole de confiance

    Le Bavar-373 vise à assurer la défense antiaérienne et antimissile non-stratégique des groupements d’armée et des sites stratégiques contre les frappes des missiles de croisière, aérobalistiques, balistiques et tactiques, ainsi que contre les avions militaires tactiques et stratégiques.

    Il assure une riposte efficace aux raids massifs des aéronefs modernes dans un contexte de brouillage actif et est en mesure de remplir ses objectifs de combat de jour comme de nuit indépendamment des conditions météorologiques.

    Selon les médias iraniens, le Bavar-373 est muni des missiles Sayyad-4 capables de frapper leur cible à une altitude de 27 km et à une distance de 200 km. Qui plus est, le système est en mesure de dépister des objets aériens dans un rayon de plus de 300 km.

    Le Bavar-373 se base sur le châssis à roues multiaxial de production iranienne Zoljanah. Ce véhicule de 21 tonnes est capable de traverser des réservoirs d’une profondeur de 1,5 m et de porter une charge de 30 tonnes.  

    La composition du Bavar-373 est équivalente à celle du système de missiles russe S-300. Autrement dit, un ensemble de régiment comprend des moyens de gestion et des divisions des missiles sol-air. Plus précisément, le système de missiles Bavar-373 est composé d’un poste de commandement muni d’un radar de détection (qui peut être doté de capacités de renseignement supplémentaires) contrôlant jusqu’à six systèmes de tir. Le poste de commandement sert à répartir automatiquement les cibles entre les divisions de missiles.

    «On ne connaît pas le nombre exact de système de missiles sol-air transmis aux force aériennes de l’Iran. Mais une défense antiaérienne efficace des centres administratifs et politiques, des principaux sites du pays et des forces armées, ainsi que des groupements militaires, exigerait d’utiliser des centaines de divisions de Bavar-373», explique Konstantin Makienko, directeur adjoint du Centre d’analyse des stratégies et des technologies.

    Selon lui, une défense antiaérienne stable de l’Iran requiert non seulement les missiles sol-air: il est nécessaire de déployer un système efficace de renseignement radar et de couverture par les chasseurs. Il s’agit des centaines de stations et de systèmes de radar modernes, ainsi que de systèmes automatisés de collecte et de traitement des informations.  

    En ce qui concerne la couverture par les chasseurs, une défense antiaérienne efficace de l’Iran nécessite au moins huit ou neuf régiments de chasseurs, affirme l’expert. Qui plus est, le niveau technique des avions doit être comparable à celui des aéronefs d’attaque de l’ennemi potentiel.

    Quant à la défense non-stratégique contre les missiles balistiques tactiques, les systèmes de missiles sol-air ne sont pas en mesure d’atteindre ces objectifs par eux-mêmes: il est nécessaire d’avoir au moins un réseau de radars terrestres d’alerte de frappes de missiles fonctionnant 24 heures sur 24, ainsi que des moyens spatiaux capables d’enregistrer au moins les tirs des missiles balistiques, fait remarquer Konstantin Malienko.

    Ce pays, qui fait l’objet de sanctions occidentales sévères, n’a évidemment pas assez de fonds pour déployer un système antiaérien et antimissile à part entière. Les compétences technologiques nécessaires manquent également dans beaucoup de cas, estime l’expert.

    Qui plus est, on ignore même les capacités du complexe militaro-industriel iranien dans le domaine du déploiement de la production en série des Bavar-373. Tester un prototype et organiser sa présentation est une chose, mais mettre en place une production en série de grande envergure de missiles sol-air au niveau de sept à neuf ensembles de régiment par an en est une chose, complètement différente. On ne connaît rien des capacités de l’Iran dans ce domaine, mais il serait erroné de les surestimer, conclut Konstantin Makienko.   

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.  

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (août 2019) (54)
    Tags:
    armes, missiles, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik