Ecoutez Radio Sputnik
    Académie militaire des Forces de missiles stratégiques nommé d’après Pierre le Grand

    «Perspective alarmante»: comment l’IA pourrait déclencher une guerre nucléaire

    © Sputnik . Pavel Gerassimov
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    Traduction de la presse russe (septembre 2019) (8)
    3710
    S'abonner

    L'utilisation de l'intelligence artificielle dans le secteur militaire pourrait déclencher une guerre nucléaire entre les États-Unis et la Russie, estime l'ancien sous-secrétaire américain à la Défense Robert Work. Une théorie qui est loin d'être irréaliste, car l'Histoire a déjà connu une erreur du système ayant failli mener à une guerre atomique.

    D'après l'ancien sous-secrétaire américain à la Défense Robert Work, un tel système pourrait évaluer des facteurs peu risqués comme une menace. Les USA et l'URSS avaient déjà été au seuil de la guerre nucléaire dans les années 1980 à cause d'une erreur du système de prévention, écrit le site d'information Gazeta.ru. 

    Robert Work a déclaré au journal américain Breaking Defense que l'IA pourrait être extrêmement dangereuse si elle était utilisée par les militaires pour décider ou non de lancer une frappe nucléaire. L'ancien responsable américain a souligné que de tels systèmes ne devaient pas être utilisés dans le contrôle des armes nucléaires dans la mesure où il existe plusieurs paramètres et indicateurs pour leur lancement.

    Le spécialiste a qualifié de «perspective alarmante» le fait que, dans certaines situations, l'intelligence artificielle pourrait évaluer des facteurs sans danger comme étant une menace.

    Il a notamment cité l'exemple du système russe Perimetr, qui pourrait confondre une activité sismique avec des explosions nucléaires. Dans ce cas, il enverrait une requête à l'état-major, et en cas de silence il pourrait donner l'ordre de lancer des missiles intercontinentaux.

    Robert Work a ajouté que l’utilisation de cette technologie à des fins militaires pourrait aboutir à des conséquences dramatiques, même si elle ne participait pas directement au contrôle de l’armement nucléaire. Son utilisation dans l’analyse des renseignements et des systèmes d’alerte précoce pourrait être également dangereuse.

    «Imaginez-vous un système d’intelligence artificielle au centre de commandement chinois, qui, après l’analyse des données opérationnelles, conclurait que les États-Unis se préparent à attaquer la Chine et recommanderait une frappe préventive», résume Robert Work.

    Cependant, ce dernier admet que l'IA pourrait s'avérer utile pour le domaine militaire à condition que son application soit limitée et ne concerne pas l’armement nucléaire afin d'éviter un «scénario catastrophe».

    Une telle théorie est loin d'être irréaliste, car l'histoire a déjà connu une erreur du système ayant failli déclencher une guerre nucléaire.

    C'était à l'époque de la Guerre froide entre les États-Unis et l'URSS. Dans la nuit du 25 au 26 septembre 1983, l'Union soviétique a reçu un faux avertissement l'informant d'une attaque américaine. A 00 heures 15 minutes, le poste de commandement du système d'avertissement d'une attaque par missile a indiqué qu'un missile continental avait été lancé depuis le territoire américain en direction de l'URSS.

    «L'alarme retentissait très fort, au-dessus l'écran affichait «Lancement» en grandes lettres rouges. Cela signifie qu'un missile intercontinental avait été tiré. Je regardais en bas le calcul opérationnel. A ce moment certains se sont levés de leur poste, ils ont commencé à se retourner dans ma direction. Il a fallu hausser le ton pour que tout le monde revienne à sa place. Il fallait vérifier l'information reçue. Il ne pouvait pas se trouver qu'il s'agissait réellement d'un missile balistique avec des ogives embarquées», racontera par la suite le colonel Stanislav Petrov qui était de service.

    Rapidement après ces avertissements, il est devenu clair qu'il s'agissait d'une fausse alerte. Cela a été confirmé par de nombreux appareils de surveillance de l'espace aérien. La décision du colonel Petrov selon laquelle la menace n'était pas réelle a permis d'éviter une guerre nucléaire.

    Après la rupture du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI), signé entre les États-Unis et l'URSS puis resté en vigueur avec la Russie, le monde a commencé à s'inquiéter de la possibilité d'une guerre nucléaire. Des chercheurs de l'université Rutgers, du Centre national d'études atmosphériques et de l'université de Colorado à Boulder ont conclu dans une étude conjointe qu'une guerre nucléaire à part entière entre les Etats-Unis et la Russie engendrerait un hiver froid et sombre pour près d'une décennie.

    Selon le journal Daily Mail, les scientifiques ont utilisé dans la simulation de cette situation une nouvelle méthode qui se distingue par un plus grand pouvoir de résolution et un plus grand seuil d'utilisation:140 km au-dessus de la surface, soit 60 km de plus par rapport à la simulation antérieure de la NASA.

    A en juger par le résultat de cette étude, les incendies provoqués par une utilisation massive de l'arme nucléaire émettraient dans l'atmosphère 147 millions de tonne de suie. En quelques semaines elle se propagerait avec les vents stratosphériques sur toute la planète, ce qui bloquerait la lumière du Soleil. D'après les prévisions des spécialistes, la dispersion de ce rideau demanderait près de sept ans, et encore trois années seraient nécessaires pour retrouver le niveau normal de luminosité à la surface de la Terre.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

    Dossier:
    Traduction de la presse russe (septembre 2019) (8)
    Tags:
    défense, Russie, États-Unis, armée, guerre nucléaire, IA
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik