Election de Trump : un vertige apocalyptique ?

Désaccord majeur
URL courte
Par
Donald Trump, 45e président des États-Unis (182)
6213
S'abonner

Au lendemain de la victoire de Donald Trump, notre chroniqueur Edouard Chanot se sentait tout bizarre.

Deux tweets, profondément politiques. Gérard Araud, l'Ambassadeur de France à Washington, semble être sorti de sa réserve diplomatique : « Après le Brexit et cette élection, tout est désormais possible. Un monde s'effondre devant nos yeux. Un vertige », a-t-il posté avant d'ajouter: « la fin d'une époque, celle du néolibéralisme ».

Un diplomate qui manque d'élégance

Evidemment, les internautes ont réagi au quart de tour. « How dare he ?  » — comment ose-t-il ?— commentait la commentatrice Anne Bayefsky, tandis que le député du FN Gilbert Collard postait immédiatement une QE, une question écrite au gouvernement, pour exiger la révocation de cet embarrassant ambassadeur… qui s'est d'ailleurs empressé de supprimer les tweets incriminés, mais trop tard.

Alors bien sûr, Araud n'en est pas à son coup d'essai… en octobre, il tweetait encore « la passion de l'extrême droite pour D. Trump est logique. Qui se ressemble s'assemble ». Et le 24 octobre, il se réjouissait des résultats d'un sondage, où la popularité de Poutine en France était de 20 % et celle de Trump de 9 %, mais 84 % pour Obama et 71 % pour Clinton.

Pas de doute donc, Araud outrepasse régulièrement ses fonctions, et manque quand même par-là de tenue et d'élégance. Sans surprise, il twittait aussi cette nuit à la suite de l'élection : « Présidentielle américaine : les marchés financiers s'effondrent » ou encore « la Bourse de Tokyo chute de 5,36 % en clôture ». L'émotion du portefeuille après le coup de sang politique.

Un vertige fascinant

Mais cela étant dit, son tweet du jour a quelque chose de fascinant. À vrai dire, j'aurais pu dire exactement la même chose. Je ne riais pas aux éclats ce matin à l'idée de la défaite de Clinton, devant la mine contrite des innombrables militants qui officient dans les médias dits « mainstream », je n'avais pas non plus les larmes aux yeux devant le spectacle assez touchant de l'Amérique périphérique victorieuse… et ce, bien que je sois plutôt sensible à la cause de l'enracinement face à celle de l'émancipation absolue.

En fait, j'ai beaucoup aimé les trois phrases que nous avons lues… car ce matin, j'ai vu la même chose qu'un ambassadeur dont je ne partage pas les vues. Un vertige matinal. Araud évoque l'effondrement d'« un monde », non « du monde » — même s'il semble évoquer le sien.

Quand même, peut-être a-t-il exprimé là, parfaitement, le basculement, la fin du cycle néolibéral qui nous ouvre le champ de l'incertain.

Mais pour nous extraire un peu de ces promesses apocalyptiques, ou plutôt pour leur donner une dimension autre, je vous propose une minute histoire, une seconde culture G, un instant philo'. Je vais vous parler du « Kairos »…

La chevelure ne fait pas le dieu

Ce Kairos, chez nos très lointains ancêtres hellènes, c'était le basculement… les Anciens se représentaient ce Kairos comme un dieu — nu, cela va de soi, c'est la Grèce — mais, ironie de l'histoire, avec une chevelure abondante. Et ce Kairos, nous disent les Grecs, il faut le saisir, c'est-à-dire saisir le moment opportun. Et comment le saisir me demanderez-vous? Et bien par les cheveux… Bon, je ne peux pas vous dire s'il était blond platine comme le prochain hôte de la maison blanche, nous n'en avons aujourd'hui que des représentations monochromes… mais quand même, l'analogie pourra vous faire sourire.

C'est là une jolie leçon, me semble-t-il: nous vivons un Kairos, un basculement qui s'accompagne souvent de mélancolie. Mais dans ce moment, l'essentiel n'est pas la mélancolie mais le discernement, c'est-à-dire mieux voir les choses… pour mieux agir. Alors peut-être l'Amérique en a-t-elle fait preuve, mais surtout devra-t-elle en faire preuve encore, car toutes proportions gardées, la Maison Blanche n'est quand même pas l'Olympe, et la chevelure ne fait pas le Dieu.

Dossier:
Donald Trump, 45e président des États-Unis (182)

Lire aussi:

Un énorme husky joue avec un minuscule chaton – vidéo
Vladimir Poutine promet de «fermer la bouche ignoble» de ceux qui tentent de réécrire l’Histoire à l’étranger
Un berger allemand défigure une ado en pleine séance photo d’un coup de mâchoire - images
Plusieurs individus soupçonnés de préparer un attentat interpellés à Brest
Tags:
apocalypse, Présidentielle américaine 2016, Donald Trump, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik