Voies sur berges piétonnes, le peuple est contre, les bobos pour!

Désaccord majeur
URL courte
Par
0 153
S'abonner

Contre la région Île-de-France, contre 168 maires franciliens, Anne Hidalgo maintient la piétonnisation des voies sur berges. Elle n’a cure des embouteillages, de la pollution, des inconvénients subis par des dizaines de milliers d’habitants. Parce que pour elle, l’important, c’est l’idéologie écologiste.

Ce qui est effarant avec les idéologues, c'est leur capacité à suivre leurs idées néfastes sans se soucier le moins du monde de leurs effets dans la vraie vie. Parce que la vraie vie, voyez-vous, c'est vulgaire et populiste.

Prenez par exemple notre maire de Paris, Mme Hidalgo. Elle fait partie d'une clique qui estime que la voiture, c'est mal. Donc il faut la combattre. Pas proposer des alternatives crédibles à ceux qui en ont besoin pour aller bosser tous les jours, parce qu'ils habitent loin d'un métro ou d'un RER et que de toute façon, entre les grèves, les agressions et les pannes, le RER, comment dire ? Ce n'est pas une solution.

Non. La combattre. Combattre le mal. Alors, on élargit les voies de bus, on rend les sens de circulation complètement absurdes juste pour rigoler et on piétonnise les voies sur berges, rive droite, après que celles de la rive gauche aient été interdites de voiture il y a trois ans par Delanoë. Vous savez, ces voies de circulation qui permettaient de traverser Paris de part en part rapidement et qui étaient très utiles pour tous les employés vivant à l'est de Paris, dans les communes populaires et bossant à l'ouest, là où sont les bureaux.

Que tous les experts interrogés trouvent l'idée de multiplier les bouchons pour faire baisser la pollution complètement absurde n'y a rien changé.

Que la région Île-de-France et cinq départements franciliens aient déposé un recours contre cette décision, on s'en fiche.

Que maintenant 168 maires d'île de France —168 maires ! — écrivent à Anne Hidalgo pour lui dire tout le bien qu'ils pensent de cette mesure, que pensez-vous qu'il va arriver ? Hum ? Hum ? Allez, on réfléchit dans le fond… 

Rien, une bonne réponse d'un auditeur de Carpentras ! Au mieux, elle va en faire des cocottes, au pire… je ne veux même pas savoir !

Qu'est-ce qu'ils dénoncent, ces affreux maires majoritairement de droite ? je cite :
« L'aggravation des encombrements entraîne une détérioration de la vie quotidienne de dizaines de milliers de Franciliens qui ne demandent qu'à exercer leur activité professionnelle, parfois à plus d'une heure de leur domicile ».

Un problème social qui touche les plus modestes, en somme. Mais le peuple, c'est populiste, donc on s'en fiche, Anne Hidalgo a d'autres projets en tête que de faciliter la vie de ses administrés et accessoirement celle des millions de Franciliens, qui dépendent bon gré mal gré de ses décisions.

Non, son projet pour les voies sur berges, c'est boboland !

Au programme, ouvrez les guillemets, avec des pincettes : un « atelier vélo solidaire de sensibilisation et de réparation », où l'on pourra soi-même réparer sa bicyclette, une buvette solidaire, un café-club équitable avec une scène-tremplin pour les jeunes artistes et espaces de débats. Sans oublier des pistes de pétanque et des boutiques de « souvenirs touristiques équitables ».

Je veux bien fermer les guillemets, mais pas ma gueule !

Voilà donc la vision sociale de la maire de Paris : quelques baraques à frites et boutiques à la con affublées de « solidaire » et « équitable » pour faire joli ! Un genre de Paris plage light, mais ouvert toute l'année, qui va attirer les quatre pelés et trois tondus qui tomberont dans le panneau de ces termes politiquement corrects comme ils tombent d'ailleurs dans tous les panneaux du même genre.

Des bobos, quoi, des mecs qui bossent dans la comm', le marketing ou l'événementiel, qui gagnent assez bien leur vie pour se payer les loyers exorbitants du Marais ou de Bastille, des DINK, « double income, no kids » qui consomment à tout va et qui votent à gauche pour se donner bonne conscience et parce que tout le monde le fait autour d'eux.

Pas de sales prolos, employés de bureaux ou artisans, qui sentent mauvais en fin de journée et qui votent peut-être à droite, voire à l'extrême-droite. Ceux-là, ils ont fui en banlieue et c'est tant mieux. Qu'ils ne viennent pas perturber les belles ambitions d'Hidalgo de s'afficher comme une Jeanne d'Arc de l'écologie municipale ! qu'ils aillent pointer au chômage, au moins ils ne prendront plus leur sale bagnole !

Parce que ce n'est pas Hidalgo l'écolo qui créer de la pollution en multipliant les bouchons, non, ce sont bien tous ces cons avec leur bagnole.

Vous allez encore dire que j'exagère, mais si peu. Que voulez-vous, cette gauche-là, qui méprise le peuple, n'a droit ni à mon indulgence, ni à ma mesure !

Lire aussi:

Un garçon de 12 ans laisse son chiot sur le seuil d'un refuge avec une note déchirante - photos
Coronavirus: deux nouveaux cas recensés en France
Ce célèbre Français a perdu près de 5 milliards de dollars en 24h à cause du coronavirus
Tags:
Anne Hidalgo, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook