Ecoutez Radio Sputnik
    Désaccord majeur

    Frais de campagne: 17 millions pour la timbale et quelques questions

    Désaccord majeur
    URL courte
    Stanislas Tarnowski
    0 70

    Les frais de campagne viennent d’être publiés et suscitent quelques questions. Si bien sûr on glose sur les 16,8 millions dépensés par le candidat Macron pour arriver à la magistrature suprême, on ne dit rien sur ce qu’a coûté la formidable campagne de presse en sa faveur ni sur l’origine controversée de certains fonds.

    16,8 millions d'euros! Vous n'avez pas pu passer à côté, tous mes estimés confrères se sont rués sur la publication des comptes de campagne au Journal officiel, et c'est donc Macron qui remporte la palme des dépenses, avec 16, 8 millions d'euros avoués.

    Notez bien que ce n'est pas une franche surprise, on savait le monsieur dépensier. Si l'on en croit sa déclaration de patrimoine quand il est devenu ministre de l'Économie en 2014, Emmanuel Macron a claqué un SMIC par jour pendant les trois ans, soit les 1,4 million —après impôts- gagnés à la banque Rothschild qui ont disparu de son patrimoine…

    Mais pour en revenir à la campagne électorale, nous apprenons donc que notre Golden Boy de service a dépensé 5 millions d'euros en SMS, sondages et autres campagnes ciblées. Le marketing digital, façon «nation builder», ce programme qui permet aux candidats de construire sur-mesure leur campagne, ça coûte des sous, mais ça paye.

    Vous allez me dire qu'il a dépensé encore plus en meetings, la politique à la papa, quoi. Oui, c'est vrai, près de 6 millions pour les meetings, mais en lecteur fidèle de Sputnik, vous vous souvenez que nous parlions des applis qui permettaient de diriger au micro-poil les chauffeurs de salle. Bref, on est bien dans la start-up, le digital et tous ces jouets diablement efficaces que Macron affectionne, tout va bien.

    Et puis, au final, il a gagné. 17 millions pour remporter le pompon, ce n'est finalement pas si cher payé, surtout quand on se souvient que Hollande avait dépensé près de 22 millions pour le même résultat en 2012 et que Sarko avait dépassé les 22,5 millions autorisés… pour se planter face à Flamby.

    Que penser alors de Benoît Hamon? Le candidat du PS a claqué 15,2 millions d'euros pour obtenir 6,35% des voix. Je ne suis pas fort en calcul, mais ça m'a l'air de faire diablement cher le bulletin de vote. Encore une chance —pour le PS, pas pour les finances publiques- qu'il ait passé la barre des 5% qui permet à son parti d'être remboursé.

    Bon, tout ça, c'est bien sûr si les comptes de campagne sont validés. On verra bien, mais moi, il y a tout de même quelques petites questions que nos confrères, pudiques comme ils sont, n'ont pas soulevées. Concernant les frais de campagne, par exemple, nulle part il n'est fait mention des dizaines de «Une» complaisantes, d'émissions veules, de documentaires lèche-bottes, d'articles flagorneurs sur l'actuel locataire de l'Élysée et/ou sa femme, sans parler de tous ceux, presque aussi nombreux, qui s'acharnaient sur ses adversaires.
    Comment intégrer cette campagne de propagande inédite des médias en faveur de Macron? Au tarif de la page de pub —auquel cas il a du souci à se faire- ou à celui du pigiste de base —auquel cas, il devrait rester, tout juste, dans les limites autorisées par la loi?

    Et puis bien sûr, il y a la question du financement, cette question si vite étouffée comme inconvenante par nos confrères dès que l'on parlait des dîners de levée de fonds organisés à Londres, Bruxelles, Berlin, ou New York, dont certains alors qu'il était encore ministre et dont on nous assurait, la main sur le cœur, qu'aucun donateur n'excédait le plafond autorisé de 7.500 euros par tête de pipe.

    Macron ayant emprunté 8 millions aux banques —on dira ce qu'on voudra, ça doit quand même un peu aider de sortir de chez Rothschild et d'être soutenu par une sacrée brochette de grands patrons- et ayant engrangé, selon ses dires, 3 millions de dons privés via son site —3 millions, mazette c'est pas mal —, ça nous fait 734 donateurs à 7.500 euros. Moi, je ne sais pas si dans ses dîners, ils étaient 180 à chaque fois, mais je vais tout de même attendre la validation de ces comptes pour me faire une idée. 

    Lire aussi:

    Macron, le candidat le plus prodigue de la présidentielle 2017
    Mieux vaut jouer les fourmis que les cigales: Trump se prépare à la présidentielle 2020
    Brigitte Macron et les abus du statut
    Tags:
    campagne, Emmanuel Macron, François Hollande
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik