Le non au référendum italien: le début de la fin de l’euro?

Le Désordre mondial
URL courte
Par
330
S'abonner

60% des Italiens ont rejeté le 4 décembre le référendum proposé par leur premier ministre, Matteo Renzi. Quels enseignements sur l’Union Européenne et l’Euro peut-on tirer ? Entretien de Rachel Marsden avec Yannos Papantoniou, ancien ministre de la Défense, de l’Economie et des Finances de la Grèce.

Le président du think-tank « Centre for Progressive Policy Research » replace le rejet du référendum italien dans un contexte occidental: « l'ampleur de la défaite m'a choqué mais je pense que ça à avoir avec une tendance plus globale exprimée par le Brexit, par l'élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis. C'est une tendance au populisme, c'est-à-dire une tendance à un mélange de nationalisme, de xénophobie qui rejette les structures nationales. »

Suite au résultat négatif du référendum et à la démission de Matteo Renzi, l'Italie peut-elle bientôt prendre la décision de se retirer de la zone euro? Yannos Papantoniou estime que « l'Italie sortira de la zone euro si l'alliance entre le Mouvement 5 Etoiles et la Ligue Nord est majoritaire, c'est évident. On ne peut pas l'exclure, c'est tout à fait possible. »

 

Lire aussi:

Deux millions de Français contaminés par le Covid-19, affirme une étude britannique
Un couple gagne pour la deuxième fois au loto en 35 ans, voici leur secret
Le préfet de Paris estime que les personnes en réanimation sont celles qui n'ont pas respecté le confinement
Covid-19: «Président africain cherche clinique européenne?» Revenez une autre fois!
Tags:
référendum, Matteo Renzi, Italie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook