Trump sur l’Accord de Paris: «extrêmement grave» car il «en fait une question religieuse»

Le Désordre mondial
URL courte
Par
0 80
S'abonner

Donald Trump annonçait le 1er juin sa décision de retirer les États-Unis de l’Accord de Paris sur le climat. Rachel Marsden revient avec Nicolas Imbert, directeur exécutif de Green Cross France et Territoires, sur les engagements de l’Accord de Paris ainsi que sur les raisons qui peuvent justifier ce retrait.

La décision du Président américain de se retirer de l'Accord de Paris a été critiquée par de nombreux dirigeants internationaux notamment Emmanuel Macron qui l'a imploré de « rendre à la planète sa grandeur ».

Nicolas Imbert rappelle que l'Accord de Paris de novembre 2015 « est non-contraignant c'est-à-dire que les pays se sont imposés eux-mêmes des limites et des modes d'action dans la lutte du dérèglement climatique qu'ils étaient capables d'atteindre […]. On ne sait pas si l'Accord de Paris va permettre de limiter l'augmentation de la température du monde à deux degrés. Ça sera vraisemblablement, si on regarde la somme de ces contributions plutôt 2,5 degrés. Par contre ce que l'on sait, c'est que c'est une feuille de route collective qui permet d'assurer la transition écologique de l'économie ».

Pour le dirigeant de Green Cross France, la décision de Donald Trump est « extrêmement grave » car « il a porté la question du réchauffement climatique qui est une question scientifique sur laquelle il y a un consensus et il y a des entreprises notamment américaines qui sont mobilisées pour lutter contre […]. Trump en fait une question religieuse en niant pour des questions qui touchent à la foi et à la conviction l'évidence du dérèglement climatique ».

Retrouvez l'intégralité de l'émission sur notre chaine YouTube

Lire aussi:

«Collabos!»: la présidente de l’UNEF huée à Paris lors de l’hommage à Samuel Paty - vidéo
Des élèves auraient accepté de l’argent du terroriste de Conflans pour le renseigner sur Samuel Paty
Attentat de Conflans: les auteurs de 80 messages d'hommage à l'assaillant contrôlés dès lundi
Son refus de serrer la main à une femme lui fait perdre sa naturalisation allemande
Tags:
COP 21, Donald Trump, États-Unis, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook