Ecoutez Radio Sputnik
    Le Désordre mondial avec Rachel Marsden

    Comment le Canada réagit face au «Muslim ban» de Donald Trump

    Le Désordre mondial
    URL courte
    Rachel Marsden
    210

    Le 30 juin, la Cour suprême américaine autorisait la mise en place du « Muslim Ban », décret de Donald Trump visant les ressortissants de sept pays musulmans. Rachel Marsden reçoit Mathieu Arès, chercheur au Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation de l’Université de Québec.

    Le « Muslim Ban » remis partiellement en vigueur par la plus haute juridiction américaine aura-t-il des conséquences sur le voisin canadien? C'est un fait, on le sait, le premier ministre canadien, Justin Trudeau, est plutôt favorable à l'accueil des migrants.

    Selon Mathieu Arès, les politiques d'immigration des deux États nord-américains sont clairement opposées: « Le Canada s'est positionné très tôt, par notamment le premier ministre Trudeau, en disant qu'on maintenait les frontières ouvertes et qu'on allait accueillir les réfugiés. Cette politique d'accueil des réfugiés s'est évidemment très sentie durant la crise des immigrants syriens. On se rappellera qu'il y a eu à peu près cinquante mille réfugiés syriens qui ont été parrainés soit par le gouvernement soit par des particuliers alors que pour les États-Unis, c'est relativement faible, autour de deux mille personnes. »

    Le chercheur explique que le Canada est confronté dorénavant à une arrivée de migrants provenant des Caraïbes, les Haïtiens: « depuis à peu près un mois, c'est une vague d'Haïtiens qui se présente aux frontières et qui rentre illégalement au Canada pour demander l'asile. »

    Retrouvez l'intégralité de l'émission sur notre page Soundcloud Sputnik France

    Lire aussi:

    Justin Trudeau sous la pression des migrants
    Justin Trudeau, adoré sur internet mais peu apprécié au Canada
    Une déferlante de migrants en provenance des USA s’abat sur le Canada
    Tags:
    musulmans, Donald Trump, Canada
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik