Ecoutez Radio Sputnik
    Le Désordre mondial avec Rachel Marsden

    Charlottesville: Trump au milieu d’un conflit racial?

    Le Désordre mondial
    URL courte
    Rachel Marsden
    11630210

    Le drame de Charlottesville met-il en lumière une violence profondément ancrée dans la société américaine ou bien relève-t-il d’un affrontement entre groupes radicaux qui ne concerne pas la «majorité silencieuse»? Analyse avec André Bercoff, journaliste, et Olivier Piton, avocat et homme politique.

    Après la mort, le 12 août dernier, d'une militante antiraciste à Charlottesville, en Virginie, tuée à la voiture-bélier par un suprémaciste blanc, les réactions se sont multipliées quand Donald Trump a d'abord tardé à condamner ces violences, puis a renvoyé dos à dos les deux camps. Indignation légitime ou bien-pensance médiatique? Pour faire le point, Rachel Marsden reçoit André Bercoff, journaliste et écrivain, auteur de Donald Trump: les raisons de la colère, et Olivier Piton, avocat en droit public français, européen et américain, et président de la Commission des lois à l'Assemblée des français de l'étranger.

    Selon André Bercoff, «Il était certain que l'élection de Donald Trump entrainerait une très forte redistribution des cartes et une montée des antagonismes. Il ne faut pas oublier que l'establishment, la majorité de la presse et les cadres républicains étaient contre lui. Il a été élu en dépit de tout, pour certaines personnes c'était un usurpateur. Mais il a été élu par l'Amérique "périphérique", celle qui n'est pas à New York, Los Angeles ou en Floride: il s'est adressé à tous ces gens et leur a parlé le langage qu'ils avaient envie d'entendre».

    D'après Olivier Piton, la possibilité d'affrontement dans la société américaine est particulièrement forte aujourd'hui: «Il y a deux pans de la société américaine qui en sont arrivés à un point d'incandescence incroyable et qui aujourd'hui, par ce catalyseur qu'est Donald Trump, se retrouvent à se haïr l'un l'autre». Olivier Piton détaille par ailleurs la situation à Charlottesville: «Je connais bien cet endroit, c'est une ville extrêmement libérale, au sens américain du terme, dans une région plutôt conservatrice. Mais il y a aussi là-bas une crispation identitaire incroyable depuis quelques années, à laquelle Donald Trump donne sans doute la possibilité de s'exprimer, et qui tient au fait qu'un certain nombre de points de repères semblent perdus par une partie de la population paupérisée blanche. C'est cette catégorie qui s'est rassemblée dans cette manifestation, les organisateurs avaient clairement dit qu'ils voulaient faire un grand coup d'éclat à Charlottesville, ils savaient pertinemment ce qu'ils faisaient. Les contre-manifestants en face savaient eux aussi très bien quel était l'enjeu, c'est pour ça qu'ils sont venus nombreux, et ça a malheureusement dégénéré».

    En définitive, pour André Bercoff, la tournure polémique qu'a pris cette affaire après la réaction de Donald Trump tient au fait que l'establishment soit contre lui: «L'objectif, c'est de faire disparaître Trump, et le plus vite serait le mieux, donc tout ce qui peut alimenter la fureur anti-Trump est bon à prendre».

    Lire aussi:

    Un ex-leader du Ku Klux Klan remercie Trump pour «la vérité» sur Charlottesville
    Charlottesville: deux morts dans le crash d’un hélicoptère de police
    Le maire de Charlottesville critique Trump pour la montée de l’extrémisme aux USA
    Tags:
    Donald Trump, Charlottesville
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik