Ecoutez Radio Sputnik
    Le Désordre mondial avec Rachel Marsden

    Rex Tillerson face aux pressions sur la «lutte contre la propagande russe»

    Le Désordre mondial
    URL courte
    Rachel Marsden
    0 1510331

    Le secrétaire d’État américain Rex Tillerson refuserait selon la presse d’utiliser un fonds de 80 millions de dollars pour lutter contre la « propagande russe ». Rachel Marsden fait le point avec François-Bernard Huyghe, spécialiste en communication et en cyberstratégie.

    Alors que le Congrès des États-Unis débloque un fonds de 80 millions de dollars pour lutter contre la propagande de l'État islamique et la « désinformation russe », le secrétaire d'État Rex Tillerson serait, d'après le site d'information américain Politico, réticent à l'utiliser. Selon des sources citées par le média conservateur, la raison de cette position serait d'éviter d' « énerver Moscou ». À quoi servirait concrètement cet argent, qui en profiterait, et Rex Tillerson pourrait-il finir par céder à la pression des caciques du Département d'État? Rachel Marsden reçoit François-Bernard Huyghe, directeur de recherche à l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), spécialiste en communication, en cyberstratégie et en intelligence économique, et responsable de l'Observatoire géostratégique de l'information.

    François-Bernard Huyghe rappelle que « Ce centre, le Global Engagement Center (GEC), a été créé par Barack Obama en 2016, mais il renvoie à quelque chose de beaucoup plus ancien qui était un centre de production de contre-discours anti-djihadiste. Obama a transformé cette structure, lui a donné un nouveau nom, mais jusque-là c'était censé combattre le discours de radicalisation et l'extrémisme violent. Et juste au moment où il allait quitter le pouvoir, fin 2016, quand il y avait toute la polémique sur l'interférence russe dans l'élection de Donald Trump, Barack Obama a signé un décret qui assignait à ce centre une mission de lutte contre la propagande étrangère. Donc ce centre de lutte contre la radicalisation a été transformé en un centre de lutte contre la "désinformation" russe, et l'administration Trump s'est retrouvée avec ce bébé sur les bras. »

    Retrouvez l'émission en intégralité sur notre page Soundcloud:

    ​​

    Lire aussi:

    Visite de Tillerson: Moscou étonné par la fuite d’information
    Trump a suivi en direct la rencontre Lavrov- Tillerson
    Attaque frontale: comment le Congrès a obligé Trump à signer la loi sur les sanctions
    Tags:
    propagande, Rex Tillerson, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik