Le rôle trouble de la CIA dans le coup d’État iranien de 1953

Le Désordre mondial
URL courte
Par
351
S'abonner

En 1953, Mohammad Mossadegh, alors premier ministre du shah d’Iran, a été confronté à un coup d’État orchestré par la CIA pour avoir nationalisé le pétrole iranien. Retour sur cet épisode avec Thierry Coville, chercheur à l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS) et spécialiste de l’Iran.

La nationalisation de l'Anglo-Iranian Oil Company par Téhéran en 1951 n'a pas du tout été du goût de Londres et de Washington. Selon des documents récemment déclassifiés, la CIA apparaît même être à l'initiative du renversement en 1953 du gouvernement de Mohammad Mossadegh, ce dernier ayant forcé le Shah d'Iran à s'enfuir provisoirement au moment des faits. Après avoir contribué à une longue série de changement de régime au Moyen-Orient, les États-Unis sont-ils encore en mesure de déstabiliser l'Iran?

Selon Thierry Coville, la publication de ces nouveaux documents a dévoilé un secret de polichinelle, à savoir que «la CIA et les États-Unis étaient impliqués dans le coup d'État contre Mossadegh.» Le coût de cette opération baptisée Ajax? «Un peu plus de 5 millions de dollars de l'époque, utilisés à la fois pour payer les gens qui ont manifesté contre le gouvernement Mossadegh et pour renforcer le nouveau gouvernement formé par le général Zahedi.»

Après avoir consulté ces documents le chercheur de l'IRIS s'est dit frappé par la très forte implication de l'ambassadeur américain à Téhéran. Ainsi, il note «une sorte de rapport de domination entre l'ambassadeur des États-Unis et le Shah d'Iran. Un moment, on apprend dans le document que l'ambassadeur des États-Unis lui ordonne carrément de prendre le pouvoir après la déposition de Mossadegh.»

Retrouvez l'intégralité de l'émission sur notre page Soundcloud Sputnik France

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
La vague épidémique est «extrêment élevée» et les jours à venir vont être «difficiles», alerte Édouard Philippe
Tags:
pétrole, CIA, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook