Ecoutez Radio Sputnik
    Le Désordre mondial avec Rachel Marsden

    Pourquoi Macron chute-t-il dans les sondages?

    Le Désordre mondial
    URL courte
    Rachel Marsden
    31281040

    L’état de grâce n’aura pas duré: depuis sa prise de fonction en mai, la popularité d’Emmanuel Macron a fondu, passant de 62% à 40%. Rachel Marsden en a débattu avec Charles Beigbeder, entrepreneur et conseiller municipal LR et Eric Verhaeghe, entrepreneur et auteur de «Faut-il quitter la France?».

    Durant ses 100 premiers jours, Nicolas Sarkozy, élu également sur un programme de profondes réformes, avait finalement déçu. François Hollande n'a jamais convaincu et a terminé son mandat isolé et ignoré. Problèmes de communication ou désaccords sur le fond, comment le nouveau Président de la République peut-il éviter le sort de ses prédécesseurs?

    Charles Beigbeder, entrepreneur et conseiller municipal LR, rappelle ainsi qu'Emmanuel Macron a été élu sur une petite base électorale: «il a été élu avec assez peu de personnes qui ont voté pour lui au 1er tour, autour de 20%.» Son impopularité croissante va-t-il gêner la mise en place de réformes structurelles? «Pas du tout» selon l'essayiste qui prend exemple sur le chancelier «Schröder en Allemagne, lorsqu'il a mené ces réformes courageuses.»

    La condition pour que Macron ait une chance de réussir son mandat? Selon Eric Verhaeghe, entrepreneur et auteur de «Faut-il quitter la France?», le président de la République doit «fixer clairement sa doctrine. Aujourd'hui, il a pied d'un côté, un pied de l'autre et on ne sait pas exactement vers où il veut aller.»

    Retrouvez l'intégralité de l'émission sur notre page Soundcloud Sputnik France

    Lire aussi:

    Retrouvailles: Hollande promet d’être toujours aux côtés de Macron
    «Macron parle avec le cœur de l’intelligence mais pas avec l’intelligence du cœur»
    2e tour : Macron – Le Pen, le dur dilemme des Républicains
    Tags:
    sondages, Emmanuel Macron
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik