Ecoutez Radio Sputnik
    Le Désordre mondial avec Rachel Marsden

    Soupçons de corruption aux USA: Airbus, Alstom, même combat?

    Le Désordre mondial
    URL courte
    Rachel Marsden
    5103

    Airbus est visé par plusieurs enquêtes pour corruption, notamment aux USA. De précédentes affaires similaires ont abouti au démantèlement des entreprises visées. Rachel Marsden invitait pour en débattre Éric Denécé, directeur du CF2R et Marc German, spécialiste en intelligence compétitive, diplomatie d’entreprise et en industrie de la défense.

    La direction d'Airbus est décimée par les affaires. Début décembre, le PDG allemand de la multinationale, Tom Enders, annonçait son départ, fragilisé par les enquêtes de corruption, menées par le PNF (Parquet national financier), le SFO (Serious Fraud Office) et le Département d'État américain. Comment expliquer cette avalanche d'affaires politico-financières alors que la santé du groupe aéronautique est au plus haut?

    Pour Éric Denécé, directeur du CF2R (Centre Français de Recherche sur le Renseignement), il s'agit tout à fait du même scénario qu'a vécu Alstom: «Airbus et Tom Enders se trouvent exactement dans la même situation qui a été celle de Patrick Kron, au moment du rachat d'Alstom par General Electric, c'est-à-dire après avoir nié dans un premier temps la véracité des accusations de corruption qui ont été portées contre lui, Enders s‘est rendu compte qu'il ne pouvait pas ne pas coopérer avec la justice américaine. Donc il a fait un virage à 180 degrés, ça va amener à des poursuites pénales et à des amendes que va payer Airbus à la justice britannique et américaine». Pour résumer l'affaire, Éric Dénécé considère qu'on «est à la fois dans une affaire économico-politique de haut niveau et surtout dans des petites rivalités humaines un peu classiques».

    Pourtant, Airbus n'a jamais enregistré un carnet de commandes aussi rempli, un paradoxe que pointe Marc German, spécialiste en intelligence compétitive et en diplomatie d'entreprise: «des ventes record et des livraisons record cette année, 700 appareils livrés».

    Il s'interroge à son tour sur les divisions internes au sein de la multinationale: «dès 2012 un nouveau pacte d'actionnaires a été signé à la demande de l'industriel et avec l'aval de certains haut-fonctionnaires français et allemands pour redistribuer les cartes au sein de l'entreprise». La participation de Berlin et de Paris au capital d'Airbus a également été revue à la baisse, autour de 11%: «si bien qu'ils se sont coupés de toute capacité d'influence sur les orientations stratégiques de l'entreprise et surtout ils se sont coupés de toute information directe sur la bonne gouvernance».

    Retrouvez l'intégralité de l'émission en vidéo sur notre chaîne YouTube Radio Sputnik

    Lire aussi:

    Airbus, nouvelle proie des autorités américaines
    Scandale Alstom: «une opération d’hégémonie et de guerre économique»
    Vente de missiles à Taiwan en 1992: Airbus condamné à verser 104 mln EUR
    Tags:
    corruption, Airbus Group, Alstom, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik