Ecoutez Radio Sputnik
    Le Désordre mondial avec Rachel Marsden

    Lycée de Parkland: la fusillade de trop aux États-Unis?

    Le Désordre mondial
    URL courte
    Rachel Marsden
    0 131104

    Les 17 morts du lycée de Parkland en Floride le 14 février peuvent-ils faire évoluer la législation très libérale sur les armes à feu aux États-Unis? C’est le sujet de ce Désordre Mondial, avec pour invité Pierre-Maxime Sarron, directeur de l’Institut Mirabeau, spécialisé dans l’action législative en matière d’armement et de légitime défense.

    C'était la 18e fusillade dans un établissement scolaire américain depuis le début de l'année: le massacre de Parkland en Floride, a fait 17 morts, le 14 février dernier. La 18e et celle de trop? Après l'échec de Barack Obama pour imposer sur un contrôle plus accru des armes à feu, quelle peut être l'action de Donald Trump sur le sujet?

    Retrouvez l'intégralité de l'émission en vidéo sur notre chaîne YouTube Radio Sputnik

    Comment décrypter la séquence médiatique si particulière après cette fusillade? Pierre-Maxime Sarron, directeur de l'Institut Mirabeau, spécialisé dans l'action législative en matière d'armement, considère que ce scénario polémique se répète régulièrement:
    «Il y a souvent le même processus à l'issue d'une fusillade. C'est qu'il y a l'aspect émotion et après l'aspect où on essaie de conforter la problématique des armes à feu au contexte politique américain».

    Le chercheur rappelle qu'il est très compliqué de faire changer la donne aux États-Unis à cause du Second Amendement: «la détention d'armes, le port d'armes est considéré comme un droit fédéral et la Cour Suprême l'a précisé avec clarté depuis 2006, comme un droit inaliénable, un droit individuel, un droit qui garantit l'aspect des libertés publiques».

    Pour Pierre-Maxime Sarron, les textes législatifs existent déjà, mais ont été mal appliqués: «il faut rendre effectif le contrôle des antécédents psychiatriques d'une part et des antécédents pénaux d'autre part». Selon lui, la NRA (National Rifle Association), puissant lobby proarmes, tient un discours jusqu'au-boutiste qui dessert ses intérêts, en rappelant qu'une grande majorité des Américains est favorable au port d'armes, mais qu'ils sont également favorables à un contrôle des antécédents psychiatriques et pénaux.

    Lire aussi:

    Des Américains manifestent pour demander un durcissement du contrôle des armes
    Des témoignages glaçants d’enfants qui ont survécu à des fusillades aux USA
    Quand l’aéroport de Londres-Heathrow embauche un potentiel terroriste
    Tags:
    fusillade, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik