Ecoutez Radio Sputnik
    Le Désordre mondial avec Rachel Marsden

    Ingérence russe: une «dérive de la démocratie américaine extrêmement inquiétante»

    Le Désordre mondial
    URL courte
    Rachel Marsden
    164

    Nouvelle semaine, nouvelles révélations sur l’ingérence étrangère dans l’élection présidentielle américaine. Et cette fois-ci, ce n’est pas la Russie qui est mise en cause, mais les Émirats arabes unis. Le Désordre Mondial revient sur ces accusations avec Eric Denécé, directeur du Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R).

    Abou Dhabi désormais dans le viseur de la justice américaine? C'est le quotidien américain, le New York Times, qui révélait début mars qu'un homme d'affaires libano-américain aurait été interrogé par le procureur spécial Robert Mueller au sujet de l'enquête sur l'ingérence russe dans la campagne présidentielle américaine. Décrit comme conseiller du prince héritier émirati Mohammad bin Zayed al-Nahyan, cet homme d'affaires, Georges Nader, aurait cherché à influer sur la politique étrangère américaine afin de favoriser les Émirats.

    Retrouvez l'intégralité de l'émission en vidéo sur notre chaîne YouTube Radio Sputnik

    À chaque semaine, son lot de révélations sur l'enquête de la justice américaine sur une éventuelle ingérence russe dans la présidentielle américaine qui aurait contribué à favoriser Donald Trump. Début mars, une fuite bien orchestrée publiée dans la presse laissait entendre que le Président américain aurait été, via des intermédiaires, «acheté» par les Émiratis. Eric Dénécé, directeur du CF2R, Centre Français de Recherche sur le Renseignement, considère qu'il s'agit une nouvelle fois d'une «affaire qui n'a pas de fondement» et parle ainsi de «cabale» et de «chasses aux sorcières». Selon lui, le magistrat Robert Mueller essaie de trouver quelque chose à tout prix, un processus qui dure depuis la campagne de 2016 et qui reflète selon lui une «dérive de la démocratie américaine qui est extrêmement inquiétante».

    Tandis que le camp démocrate ne cesse d'accuser Trump d'être un agent de l'étranger, Eric Dénécé rappelle que les États-Unis ont procédé dans de nombreux pays à des regime change, à la déstabilisation ou à l'élection de leur candidat le plus favorable: «un certain nombre de représentants politiques américains notamment des services, expliquent très clairement que dans le passé, ils ont interféré dans des processus électoraux à l'étranger notamment dans la réélection de Boris Eltsine».

    Pour Eric Denécé, directeur du Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R), l'information selon laquelle Abou Dhabi aurait cherché à influencer sur Donald Trump est dénuée de fondement logique: «quels intérêts les Émirats arabes unis auraient-ils eu à acheter l'influence de Donald Trump? De toute façon, la politique américaine leur est favorable, quel que soit le président élu». Le Directeur du CF2R souligne ainsi le rôle stratégique des Émirats pour la politique américaine au Moyen-Orient, notamment afin de contourner l'embargo contre l'Iran, lui-même mis en place par Washington: «c'est aux Émirats que se trouve toute une série de sociétés qui permettent aux Américains de continuer à faire du commerce avec l'Iran».

    Lire aussi:

    Qui peut bien être à l’origine des «Macron Leaks»?
    Macron aux Émirats arabes unis, piégé par sa politique d'équilibre?
    La Chine espionne la France pour assurer son développement en Afrique
    Tags:
    élection présidentielle, Donald Trump, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik