Ecoutez Radio Sputnik
    Le Désordre mondial avec Rachel Marsden

    La CIA à la tête du Département d’État: vers plus de cohérence?

    Le Désordre mondial
    URL courte
    Rachel Marsden
    370

    Donald Trump vient de remplacer le Secrétaire d’État Rex Tillerson par l’ex-directeur de la CIA, Mike Pompeo. Ce changement à la tête de la diplomatie américaine signifie-t-il davantage de cohérence face aux dossiers iranien et nord-coréen? Rachel Marsden recevait Sébastien Cochard, conseiller au Parlement européen et ancien diplomate.

    Beaucoup plus en phase avec Mike Pompeo, le président américain a débarqué Rex Tillerson pour placer à la tête du Département d'État l'ex-directeur de la CIA. Quel bilan peut-on faire de l'année que Tillerson, a passée à la tête de la diplomatie américaine et quelle vision prospective peut-on dresser des conceptions diplomatiques de Mike Pompeo?

    Retrouvez l'intégralité de l'émission en vidéo sur notre chaîne YouTube Radio Sputnik

    Sébastien Cochard, conseiller au Parlement européen et ancien diplomate, salue ce changement, déclarant que Rex Tillerson n'était ni écouté par Donald Trump ni de ses fonctionnaires:

    «Un progrès parce que le problème du Secrétaire Tillerson est que tout le monde savait qu'il ne représentait que lui-même, c'est-à-dire qu'il était à la fois coupé de la volonté présidentielle, le président Trump menait sa diplomatie étrangère seul […] et Tillerson par ailleurs, était coupé également de son Département. Il avait essayé au début de désigner lui-même ses assistants Secretary of State, ses adjoints, la Maison-Blanche avait en gros rejeté les noms […] Par ailleurs, les relations entre Tillerson et ses fonctionnaires étaient extrêmement mauvaises».

    Affichant un bilan catastrophique selon Sébastien Cochard, l'ancien PDG d'Exxon Mobil semblait pourtant être «de facto un diplomate, il avait sillonné la planète, rencontré au plus haut niveau, y compris le président Poutine qu'il connaissait personnellement». Cette année au Département d'État a révélé ainsi un personnage paradoxal en adoptant notamment «une position beaucoup plus antirusse et beaucoup plus soucieuse de rechercher la vérité derrière le Russiangate que cela n'était attendu». Surtout, il n'a absolument pas été soutenu par la diplomatie trumpienne: «Tillerson venait quelque part, disait quelque chose et puis le lendemain le président Trump pouvait tout à fait faire l'inverse».

    Ainsi avec la nomination de Mike Pompeo, plus aligné sur ses positions, le président Trump estime être mieux à même de remettre en cause l'accord sur le nucléaire iranien et de mener à bien les négociations avec la Corée du Nord. Pour l'ancien diplomate français, il sera plus crédible puisque soutenu par la Maison-Blanche: «Pompeo qui va lui être plus proche du fonctionnement intellectuel du président Trump et qui va être considéré au moins au départ comme plus crédible par les interlocuteurs étrangers que Tillerson ne l'était». 

    Lire aussi:

    Pourquoi Trump a changé de secrétaire d’État
    Les jours de Tillerson au poste de secrétaire d’État sont-ils comptés?
    Trump lève le voile sur ses relations avec Tillerson
    Tags:
    CIA, Rex Tillerson, Mike Pompeo
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik