Ecoutez Radio Sputnik
    Le Désordre mondial avec Rachel Marsden

    «L’Afrique intéresse tout le monde»

    Le Désordre mondial
    URL courte
    Rachel Marsden
    263

    L’Afrique, nouvel enjeu de la mondialisation? Les États-Unis, la Chine, les Européens et de nombreux autres pays se disputent de plus en plus le continent africain. C’est le sujet d’un nouvel épisode du Désordre Mondial en compagnie d’Emmanuel Dupuy, président de l’IPSE et spécialiste de l’Afrique.

    «Shithole countries» (ou pays de merde) et le muslim ban: alors que les Africains ont essuyé des insultes du président américain et le l'interdiction d'entrée sur le territoire américain de certains de leurs ressortissants, Donald Trump a récemment envoyé Rex Tillerson faire une tournée en Afrique. Son désormais ancien Secrétaire d'État a croisé par hasard, pour son dernier voyage officiel, son homologue russe, Sergei Lavrov, également en visite. C'est dire tout l'intérêt paradoxal que portent les grandes puissances mondiales sur ce continent.

    Retrouvez l'intégralité de l'émission en vidéo sur notre chaîne YouTube Radio Sputnik

    Pour Emmanuel Dupuy, président de l'IPSE (Institut Prospective et Sécurité en Europe), l'Afrique devient un enjeu géoéconomique essentiel pour tous les pays du monde. Ainsi, le spécialiste de la zone dresse la liste des pays intéressés: dernièrement la Turquie, dont «le président Erdogan a passé quelques heures au Mali», la Chine, dont l'investissement atteindra l'année prochaine «200 milliards d'euros», l'Inde, dont l'investissement atteindra les «100 milliards d'euros, augmentés de 30 milliards d'euros par an», mais aussi l'Iran, le Qatar ou encore l'Arabie Saoudite. Il estime à trois milliards d'euros le montant de l'investissement russe en Afrique subsaharienne et rappelle surtout les relations historiques entre la Russie avec l'Algérie et l'Égypte. Pourquoi l'Afrique représente-t-elle tant d'enjeux pour ces pays? Le dirigeant de l'IPSE estime que «le continent africain est le laboratoire de tout ce que le monde connaît de problèmes structurels: "la question environnementale" et la "question de l'immigration".»

    Alors que la visite de Sergei Lavrov se terminait en Éthiopie, celle de Rex Tillerson débutait dans le ce pays le 8 mars dernier. Les deux diplomates ne se sont pas rencontrés, bien qu'ils résidassent dans le même hôtel. Selon le président de l'IPSE, les deux diplomates «se sont retrouvés dans une certaine forme de relents de Guerre froide». Pourtant, le Département d'État souhaitait apaiser les tensions et calmer le jeu avec les pays africains. Ainsi Emmanuel Dupuy rappelle que «le Tchad s'est retrouvé dans une liste bannissant ses ressortissants de rentrer aux États-Unis, sous prétexte de terrorisme» alors que «le Tchad est une grande puissance militaire dans la région, le Tchad appartient au G5».

    Que représente Washington en Afrique? M. Dupuy considère que la présence militaire américaine sur le continent africain est protéiforme: «sur les 54 pays que compte l'Union africaine, 35 ont des accords avec les États-Unis avec symboliquement des places fortes américaines avec 4.000 hommes sur le camp Lemonnier à Djibouti et un certain nombre d'ancrages de plus en plus structurés, l'installation de bases de drones, à Djibouti et à Niamey».

     

     

    Lire aussi:

    La Russie a besoin d'une nouvelle stratégie en Afrique
    Annonce de Trump sur Jérusalem: en Afrique, «on ménage la chèvre et le chou»
    La Russie en Afrique : le grand retour?
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik